Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Le Festival du Périgord Noir fête ses quarante ans

Plus de détails

Saint-Léon-sur-Vézère. Eglise. 03-VIII-2022, 18h. Antonin Dvorák (1841-1904) : Sérénade pour cordes en mo majeur opus 22 ; Concerto pour violoncelle et orchestre n°2 en si mineur opus 104. Michiaki Ueno, violoncelle. Ensemble Appassionato, direction et arrangements : Mathieu Herzog

03-VIII-2022, 21h. Franz Schubert (1797-1828) : Sonate Arpeggione en la mineur D 821 ; Der Tod und das Madchen (La jeune fille et la mort) opus 7 n°3 D 531 ; Der hirt auf dem feslsen (Le Pâtre sur le rocher) pour voix, clarinette et piano opus 129 D 965 ; Quatuor n°14 en ré mineur D 810 « La jeune fille et la mort ». Jeanne Gérard, soprano. Pierre Génisson, clarinette. Orchestre Appassionato, direction et arrangements : Mathieu Herzog

04-VIII-2022. Johann Nepomuk Hummel (1778-1837) : Fantaisie pour alto et orchestre. Leonard Bernstein (1918-1990) : « I feel pretty » extrait de « West side story ». Charles Gounod (1818-1893) : « Je veux vivre extrait de « Roméo et Juliette ». Gustav Mahler (1860-1911) : Adagietto de la Symphonie n°5. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour clarinette et orchestre KV622. Giacomo Puccini (1858-1924) : « O moi babino caro » ; « Mi chiamano mimi ». Franz Lehar (1870-1948) : « Meine Lippen, die kussen so heiss », lied de l’opérette « Giuditta ». Carla Maria von Weber (1786-1826) : Andante et Rondo hungarese pour alto et orchestre en ut mineur opus 35. Jeanne Gérard, soprano. Gérard Caussé, alto. Pierre Génisson, clarinette. Orchestre Appassionato, direction et arrangements : Mathieu Herzog

Le Festival du Périgord Noir vient de fêter ses quarante ans avec, entre autres, trois concerts dans l’église bondée de Saint-Léon-sur-Vézère, dont une soirée anniversaire.

Menées par le chef d’orchestre , trois productions maisons font intervenir les jeunes instrumentistes à cordes de l’, fondé par le meneur de ces soirées. On y retrouve des musiciens fidèles au festival comme l’altiste qui a participé à chaque dizaine anniversaire, ou le clarinettiste présent l’année dernière pour une mise en musique de films muets, l’une des spécificités du festival périgourdin. Place également à la nouveauté avec la soprano ou encore le premier prix de violoncelle du 75ème Concours de Genève en 2021, .

Le 3 août, l’ poursuit en fin de journée les festivités débutées quelques jours plus tôt à Montignac-Lascaux avec un programme « 100% Dvořák». L’interprétation de l’une de ses œuvres orchestrales les plus populaires aujourd’hui (en particulier son deuxième mouvement Tempo di valse), la Sérénade pour cordes en mi majeur op. 22, démontre pour commencer l’évidente cohésion des pupitres. Le raffinement et la tendresse de la partition sont déployés dans une ambiance sereine, riche en nuances suaves et chaleureuses. L’espièglerie du Scherzo Vivace sied particulièrement à cette jeunesse qui exprime une sensualité envoûtante dans son épisode central plus lent. Le tempérament lyrique (Moderato) et la délicatesse orchestrale (Scherzo Vivace) sont agréablement véhiculés par un attentionné face à ces jeunes musiciens, la connivence entre eux tous est évidente.

Autre monument du répertoire, le Concerto pour violoncelle et orchestre n°2 en si mineur op. 104 permet à de faire preuve d’un panache enthousiasmant grâce à un violoncelle étincelant qui chante éperdument d’un bout à l’autre de l’ouvrage. La profondeur du son de l’instrument est louable, tout comme la pureté de style et l’engagement de l’artiste dans la tension de l’Allegro initial mené avec ardeur. Malgré l’entente entre le soliste et l’orchestre (Michiaki Ueno se révélant très attentif à la direction de Mathieu Herzog), on regrette toutefois la version à cordes proposée ce soir, la formation étant dépourvue de la couleur des bois poétiques de l’Adagio ma non troppo notamment.

Nous voici engagés ensuite dans une soirée autour de la clarinette et de la voix. De nouveau, Mathieu Herzog se lance dans l’arrangement chambriste de deux œuvres initialement écrites pour le piano, les lieder Der hirt auf dem felsen (« Le Pâtre sur le rocher ») et Der Tod und das Madchen (« La Jeune fille et la Mort »), tout comme pour le Quatuor n°14 en ré mineur dit « La Jeune fille et la Mort ». L’orchestre de chambre se démarque par son expressivité et son lyrisme dans un tempo laissant place à quelques répits donnés par la direction du chef, sans que le discours ne se rompe, toujours en faveur d’une progression dynamique somme toute naturelle et forte d’un équilibre maîtrisé entre les instruments.

L’exubérance scénique du clarinettiste solo agace plus qu’elle ne séduit, obstruant quelque peu la perception de la qualité de jeu. Pourtant la belle musicalité de est évidente, sa dextérité et son sens du phrasé marquant sans aucune mesure sa prestation. A ses côtés pour Der hirt auf dem felsen, rayonne par un soprano d’une pureté savoureuse, déterminée sur l’ensemble de sa tessiture avec une projection généreuse et un investissement brillant.

Avec une programmation musicale sans fil conducteur particulier et quelque peu décousue le lendemain, la soirée anniversaire permet surtout à l’ensemble des protagonistes de la veille de se retrouver, rejoints par un habitué du festival en la personne de . Figure incontournable de l’alto actuel, le musicien ouvre le concert avec la Fantaisie pour alto et orchestre de . Il y déploie un charisme rayonnant et le son corsé et assuré de son instrument. On le retrouvera tout aussi flamboyant en fin de soirée avec l’Andante et Rondo hungarese pour alto et orchestre en ut mineur opus 35 de Weber.

Les impressions ressenties la veille se confirment durant cette soirée festive : un rayonnement vocal et généreux pour Jeanne Gérard, autant par le biais de la comédie musicale (I feel pretty extrait de West Side Story) que de l’opérette (Meine Lippen die kussen so heiss, Extrait de Giuditta de Franz Lehar) ; la volubile expressivité de Pierre Génissson dans le Concerto pour clarinette et orchestre KV 622 de Mozart soutenue par une musicalité sans pareille ; et la complicité manifeste d’un orchestre d’un naturel confondant dans l’Adagietto de la Symhonie n° 5 de Mahler.

Crédits photographiques : Michiaki Ueno © Anne-Laure Lechat ; Jeanne Gérard et l’Orchestre Appassionato © Festival du Périgord Noir

(Visited 304 times, 1 visits today)

Plus de détails

Saint-Léon-sur-Vézère. Eglise. 03-VIII-2022, 18h. Antonin Dvorák (1841-1904) : Sérénade pour cordes en mo majeur opus 22 ; Concerto pour violoncelle et orchestre n°2 en si mineur opus 104. Michiaki Ueno, violoncelle. Ensemble Appassionato, direction et arrangements : Mathieu Herzog

03-VIII-2022, 21h. Franz Schubert (1797-1828) : Sonate Arpeggione en la mineur D 821 ; Der Tod und das Madchen (La jeune fille et la mort) opus 7 n°3 D 531 ; Der hirt auf dem feslsen (Le Pâtre sur le rocher) pour voix, clarinette et piano opus 129 D 965 ; Quatuor n°14 en ré mineur D 810 « La jeune fille et la mort ». Jeanne Gérard, soprano. Pierre Génisson, clarinette. Orchestre Appassionato, direction et arrangements : Mathieu Herzog

04-VIII-2022. Johann Nepomuk Hummel (1778-1837) : Fantaisie pour alto et orchestre. Leonard Bernstein (1918-1990) : « I feel pretty » extrait de « West side story ». Charles Gounod (1818-1893) : « Je veux vivre extrait de « Roméo et Juliette ». Gustav Mahler (1860-1911) : Adagietto de la Symphonie n°5. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour clarinette et orchestre KV622. Giacomo Puccini (1858-1924) : « O moi babino caro » ; « Mi chiamano mimi ». Franz Lehar (1870-1948) : « Meine Lippen, die kussen so heiss », lied de l’opérette « Giuditta ». Carla Maria von Weber (1786-1826) : Andante et Rondo hungarese pour alto et orchestre en ut mineur opus 35. Jeanne Gérard, soprano. Gérard Caussé, alto. Pierre Génisson, clarinette. Orchestre Appassionato, direction et arrangements : Mathieu Herzog

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.