Concerts, La Scène, Musique symphonique

Marin Alsop et l’Orchestre de l’ORF éteignent le folklore à Salzbourg

Plus de détails

Salzbourg. Felsenreitschule. 9-VIII-2022. György Ligeti : Concert românesc ; Georg Friedrich Haas : concerto grosso n° 1 pour quatre cors des Alpes et orchestre ; Leoš Janáček : Sinfonietta. Hornroh Modern Alphorn Quartet ; ORF Radio-Symphonieorchester Wien ; direction : Marin Alsop

Un programme passionnant est desservi par le manque d’engagement et de fougue de l’orchestre et de sa nouvelle directrice musicale.

Un programme de concert qui n’est pas qu’une juxtaposition aléatoire de pièces disparates mais propose une véritable cohérence thématique, voilà qui mérite de retenir l’attention. Pour son concert salzbourgeois annuel, l’orchestre de la Radio autrichienne et sa nouvelle directrice musicale sont à l’affût des échos des musiques populaires, de celles qu’on qualifie trop vite de folkloriques, dans la musique savante d’Europe centrale sur près d’un siècle.

Le concert commence par le réjouissant Concert roumain de , par lequel le jeune compositeur – hongrois de culture, mais roumain par le lieu de sa naissance – a cru pouvoir amadouer la censure de la Hongrie stalinienne : très attaché à la culture roumaine en même temps qu’au souvenir de Bartók, le jeune Ligeti lui a offert un monument qui devrait figurer parmi les classiques les plus populaires. Les solistes de l’orchestre s’en donnent à chœur joie dans leurs interventions directes, dans toutes les couleurs du monde pastoral qu’il restitue.

L’oeuvre la plus intrigante du programme est certainement l’œuvre concertante de pour quatre cors des Alpes et grand orchestre, créée en 2014. Ces spectaculaires instruments ne sont pas utilisés comme de simples solistes : ils sont véritablement le sujet de l’œuvre, pour les possibilités harmoniques, dynamiques, mélodiques qu’ils apportent. Il faut cependant attendre longtemps pour que l’oeuvre prenne véritablement forme : pendant une trop longue première partie, les interventions des cors des Alpes et celles de l’orchestre alternent, sans véritable interaction autre que l’imitation par l’orchestre des impulsions donnés par les solistes – et qui plus est, ce que dit l’orchestre semble toujours moins intéressant que ce qu’ont entonné les cors. Les choses deviennent heureusement plus complexes par la suite et le travail de Haas prend tout son sens, mais le doute subsiste : cette relative pâleur de l’orchestre face au quatuor soliste est-elle à mettre au compte du compositeur ou à celui de et de l’orchestre de l’ORF ? La dernière œuvre au programme de la soirée conforte sans laisser de doute la seconde hypothèse.

La Sinfonietta de Janáček commence en effet par une fanfare sans mordant, au nerf rythmique atrophié. Le tempo de la suite paraît constamment alangui, ralenti sans bénéfice audible en matière de couleurs, d’expressivité d’articulation. De mouvement en mouvement, l’intérêt se perd, ce qui est un comble dans une œuvre si gratifiante. Un programme bien construit ne fait pas tout, il faut des interprètes à la hauteur.

Crédit photographique : © SF / Marco Borrelli

 

(Visited 245 times, 1 visits today)

Plus de détails

Salzbourg. Felsenreitschule. 9-VIII-2022. György Ligeti : Concert românesc ; Georg Friedrich Haas : concerto grosso n° 1 pour quatre cors des Alpes et orchestre ; Leoš Janáček : Sinfonietta. Hornroh Modern Alphorn Quartet ; ORF Radio-Symphonieorchester Wien ; direction : Marin Alsop

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.