La Scène, Opéra, Opéras

Le Duc Pene Pati mène la danse du Rigoletto de Rouen

Plus de détails

Rouen. Opéra de Rouen Normandie. 22-IX-2022. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Rigoletto, Melodramma en trois actes (1851) sur un livret de Francesco Maria Piave, d’après le drame Le Roi s’amuse de Victor Hugo. Mise en scène : Richard Brunel. Assistant mise en scène : Alex Crestey. Décors : Étienne Pluss. Costumes : Thibault Vancraenenbroeck. Assistante costumes : Nathalie Pallandre. Lumières : Laurent Castaingt. Dramaturgie : Catherine Ailloud Nicolas. Chorégraphie : Maxime Thomas. Avec : Rigoletto, Sergio Vitale ; Gilda, Rosa Feola ; Il Duca di Mantova, Pene Pati ; Sparafucile, Paul Gay ; Maddalena, Katarina Bradić ; Il Conte di Monterone, Jean-Fernand Setti ; Giovanna, Aurélia Legay ; Marullo, Richard Rittelmann ; Matteo Borsa, Julien Henric ; Il Conte di Ceprano, Nicholas Legoux ; La Contessa di Ceprano, Juliette Raffin-Gay ; Paggio della Duchessa, Héloïse Poulet ; Madre di Gilda (rôle muet) : Agnès Letestu. Chœur Accentus/Opéra de Rouen Normandie (Chef des Chœurs : Vito Lombardi). Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, direction musicale : Ben Glassberg

Créée à Nancy, la mise en scène chorégraphique de pour Rigoletto de Verdi ouvre cette rentrée la saison lyrique de l’Opéra de Rouen Normandie, avec pour points forts le Duc de et la Gilda de .


Vue en juin 2021 à l’Opéra national de Lorraine, la production de pour Rigoletto profitait alors avant tout du rôle-titre porté par Juan Jesús Rodriguez. Placée dans une compagnie de ballet plutôt qu’à la cour du Duc de Mantoue, l’action trouve à la place du bouffon un ancien maître de danse blessé et boiteux, déchu de son titre en plus d’être détesté par une partie des danseurs. Cette transcription moderne permet de créer de belles images en plus de scènes bien portées par la dramaturgie, notamment par l’apport chorégraphique d’Agnès Letestu, ombre blanche de la mère de Gilda apparue dès l’ouverture, marquante par sa présence et ses pas avant la scène finale.

Jouée sur un tempo très rapide par le directeur musical , la partition gagne une urgence apte à toujours rendre l’action très vive, au risque de trop peu nuancer un orchestre souvent fort, qui emporte avec lui le plateau. Excellent dans ses grands moments, le -Opéra de Rouen Normandie doit cependant s’adapter à la fosse par un chant fort et énergique, heureusement parfaitement en place et d’une belle vivacité. Une qualité qu’on retrouve dans de nombreux petits rôles comme le Marullo de Richard Rittelmann, le Page subtil d’Héloïse Poulet, le Matteo Borsa cassant de Julien Henric ou encore dans le puissant Comte Monterone de la basse Jean-Fernand Setti.

Moins mis en valeur par la proposition, la Maddalena pourtant enjôleuse de comme le Sparafucile sombre à souhait de laissent surtout s’exprimer face à eux les trois rôles principaux, à commencer par celui du Duc. Porté par le jeune , qui n’avait pu le reprendre depuis sa prestation de 2017 à San Francisco, le Duc trouve un artiste fin, qui approche le chant d’une façon bel cantiste et caractérise avec intelligence le personnage. Loin d’arriver en jeune éphèbe qui entre toujours en scène pour porter ses grands airs puis repartir, il incarne ici un personnage nerveux, avec lequel il prend le parti de livrer sa première intervention à demi-mot, bouche à moitié fermée, afin de murmurer ses idées noires plutôt que les exposer au grand jour. Il devient heureusement vif et solaire ensuite, tout particulièrement pour le plus célèbre de ses airs, La donna è mobile, magnifique à l’exposition comme à la reprise dans la scène finale.

Sergio Vitale ne démérite pas pour Rigoletto, notamment par le jeu crédible pour camper un homme limité physiquement en raison de sa blessure, contraint à accepter une condition inférieure à celle de sa gloire d’antan. Il livre avec la même précision la plupart de ses parties, mais se montre plus limité dans les arias, par l’aigu au début comme par le manque de matière du bas-médium pour marquer le Cortigiani. suit le rythme de l’orchestre et monte au même aigu que Pati, contre-ré là où son rôle pourrait l’amener au mi, mais le volume sonore l’empêche clairement de nuancer mieux son chant, qu’elle tient malgré tout avec une belle application, malgré une mort compliquée à rendre trop émotionnelle, à la fois par le fait que la production y ajoute la présence de la mère jouée par Letestu, mais aussi parce que la dernière image joue sur l’éloignement de Gilda en fond de scène, plutôt que sur son effondrement sur le plateau dans les derniers instants.

Crédits photographiques : © Jean-Louis Fernandez

(Visited 625 times, 1 visits today)

Plus de détails

Rouen. Opéra de Rouen Normandie. 22-IX-2022. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Rigoletto, Melodramma en trois actes (1851) sur un livret de Francesco Maria Piave, d’après le drame Le Roi s’amuse de Victor Hugo. Mise en scène : Richard Brunel. Assistant mise en scène : Alex Crestey. Décors : Étienne Pluss. Costumes : Thibault Vancraenenbroeck. Assistante costumes : Nathalie Pallandre. Lumières : Laurent Castaingt. Dramaturgie : Catherine Ailloud Nicolas. Chorégraphie : Maxime Thomas. Avec : Rigoletto, Sergio Vitale ; Gilda, Rosa Feola ; Il Duca di Mantova, Pene Pati ; Sparafucile, Paul Gay ; Maddalena, Katarina Bradić ; Il Conte di Monterone, Jean-Fernand Setti ; Giovanna, Aurélia Legay ; Marullo, Richard Rittelmann ; Matteo Borsa, Julien Henric ; Il Conte di Ceprano, Nicholas Legoux ; La Contessa di Ceprano, Juliette Raffin-Gay ; Paggio della Duchessa, Héloïse Poulet ; Madre di Gilda (rôle muet) : Agnès Letestu. Chœur Accentus/Opéra de Rouen Normandie (Chef des Chœurs : Vito Lombardi). Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, direction musicale : Ben Glassberg

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.