Danse , La Scène, Spectacles Danse

L’Iran dansant d’Hooman Sharifi au Centquatre Paris

Plus de détails

Paris. Le Centquatre. 18-I-2023. Hooman Sharifi : Sacrificing while lost in salted earth. Théâtre de la Ville hors-les-murs. Dans le cadre du festival Les Singuliers-es. Chorégraphie, et lumières : Hooman Sharifi. Danseurs : Ali Moini, Tara Fatehi Irani, Ehsan Hemat, Hooman Sharifi, Sepideh Khodarahmi, Ashkan Afsharian, Masoumeh Jalalieh. Musique : Arash Moradi. Son : Terje Wessel Øverland. Technicien lumières : Martin Myrvold. Production : Rikke Baewert

Avec une grande liberté, le chorégraphe s’entoure de sept interprètes iraniens pour Sacrificing while lost in salted earth au Centquatre Paris.

Pas de scénographie, si ce ne sont les projecteurs descendus des cintres qui dominent et ponctuent le plancher de bois peint en noir, et les rideaux de velours noir qui encadrent la scène, pour ce spectacle intime et fort.

Chorégraphe d’origine iranienne, réfugié en Norvège depuis l’âge de 14 ans, , qui approche la cinquantaine, a notamment assuré la direction artistique de la compagnie norvégienne Carte Blanche. Il danse dans ses propres spectacles, produits par sa compagnie, . Sa présence massive et rassurante sert de lien aux sept interprètes exclusivement iraniens qui forment la distribution de Sacrificing while lost in salted earth.

En Iran, la danse est interdite, elle est même punie de mort. Alors, ces jeunes Iraniens exilés dansent, d’abord seuls, un par un, puis dans des compositions de groupe. C’est une danse brute, sincère et authentique, puisant aux sources de la danse traditionnelle et chantant aux sons de la lutte. La musique du tanbur, ce petit instrument à cordes persan que le musicien tient comme une guitare, est un appel vers le Moyen-Orient, la profondeur des liens qui unissent ces compatriotes avec leurs frères et sœurs luttant là-bas pour plus de liberté. Alors que sur le sol se répand le sang des victimes innocentes du mouvement Femme, vie, liberté, les danseurs reprennent leurs variations inaugurales pour un manifeste de groupe autour de la notion de sacrifice.

Crédits photographiques : © Arash A Nejad / Nyebilder

(Visited 110 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Le Centquatre. 18-I-2023. Hooman Sharifi : Sacrificing while lost in salted earth. Théâtre de la Ville hors-les-murs. Dans le cadre du festival Les Singuliers-es. Chorégraphie, et lumières : Hooman Sharifi. Danseurs : Ali Moini, Tara Fatehi Irani, Ehsan Hemat, Hooman Sharifi, Sepideh Khodarahmi, Ashkan Afsharian, Masoumeh Jalalieh. Musique : Arash Moradi. Son : Terje Wessel Øverland. Technicien lumières : Martin Myrvold. Production : Rikke Baewert

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.