Danse , Festivals, La Scène, Spectacles Danse

Sylvain Prunenec, parcours d’interprète au festival Faits d’hiver

Plus de détails

Instagram

Carreau du Temple, Paris. 19-I-24. Dans le cadre du Festival Faits d’hiver. Sylvain Prunenec : Le Fil + 48ème parallèle.
Le fil : récit parlé-dansé à propos de quelques événements survenus dans mon parcours d’interprète de Sylvain Prunenec
Conception et interprétation : Sylvain Prunenec.
Le fil contient des extraits ou citations d’œuvres de Dominique Bagouet (Necesito), Trisha Brown (One Story as in falling), Odile Duboc (Insurrection), Deborah Hay (« O,O » et Oleg Mimosa)
48e parallèle : Une création de Sylvain Prunenec en collaboration avec Sophie Laly et Ryan Kernoa
Chorégraphie, interprétation, textes : Sylvain Prunenec. Vidéo : Sophie Laly. Espace sonore et musique : Ryan Kernoa. Lumière Sylvie Garot. Assistant création lumière : Luc Jenny. Régie générale et conseil technique : Christophe Poux. Citations et inspirations : Pour une juste cause, Vassili Grossman, Tchévengour, Andreï Platonov, Eugène Onéguine, Alexandre Pouchkine.

Instagram

Interprète délicat et puissant emblématique des années 90, est mis en valeur au Carreau du Temple dans un double programme constitué de deux solos, Le Fil et 48ème parallèle, à l'occasion du Festival Faits d'hiver.

Que se passe-t-il dans la tête d'un danseur quand il danse ? Concentré sur les comptes et les mouvements à accomplir, attentif à la constitution des groupes et au croisement des danseurs, l'interprète peut aussi parfois développer une pensée autonome et esquisser un mouvement qui n'est pas inscrit dans la chorégraphie. C'est ce qui lui est arrivé à plusieurs reprises au fil de sa carrière d'interprète.

Avec humour, raconte dans Le Fil, sous la forme d'une conférence dansée (ou plutôt d'un portrait dansé) les croisements de sa mémoire, les accidents de la scène et émaille ses anecdotes d'extraits de pièces de Dominique Bagouet, de , d' ou de , chorégraphes avec lesquels il a travaillé pendant sa carrière d'interprète.

, devenu chorégraphe, a entamé en 2012, grâce à une bourse de recherche du Centre National de la Danse, une recherche sur les états de conscience de l'interprète quand il danse. Moment d'absence, de suspension, d'hésitation, qui forment le sel de l'interprétation, difficilement reproductible car inconscient. Il les raconte avec esprit et intelligence dans ce solo savoureux, précieux témoignage d'un parcours professionnel.

On ignorait le potentiel comique de Sylvain Pennec, qui l'a d'ailleurs conduit à travailler avec le duo Clédat et Petitpierre, ni le recul sur cette expérience d'interprète, nourrie de souvenirs du corps. On partage aussi avec lui l'émotion de revoir le solo de l'émir dans Necesito, la dernière pièce de Dominique Bagouet, avec cette maturité sensuelle et vigoureuse, comme il la décrit lui-même. On compatit devant la panique qui l'a saisi quand une danseuse, Claudia, s'est évanouie devant lui en pleine représentation d'Insurrection, d', et que Fabrice, un autre danseur, s'est lentement dirigé vers elle (et lui) pour cueillir la danseuse dans ses bras et l'emmener vers la coulisse.

C'est aussi en tant que chorégraphe qu'il a conçu et écrit 48e parallèle, un projet d'écriture documentaire et chorégraphique qui l'a mené à pied, en train ou en bus d'avril à octobre 2019 de la Pointe du Raz, dans le Finistère, jusqu'à l'île Sakhaline aux confins de l'Asie, en suivant le 48ème parallèle. En chemin, accompagné de deux métronomes, il danse sur des places publiques des villes parcourues : Quimper, Colmar, Munich, Odessa, Samara, Irkoutsk, Oulan Bator, Komsomolsk-sur-l'Amour… Il marche dans la nature, se frotte littéralement à la végétation, à la terre, à la roche, aux éléments, aux insectes. , vidéaste, le rejoint à trois reprises. Elle filme des marches et des danses dans des paysages. les rejoint à Sakhaline pour capter une série de sons qui complèteront les matériaux – vidéographique, chorégraphique, textuel – collectés durant ce périple.

Pour rendre tangible son voyage jusqu'à l'océan Pacifique, il utilise en effet la vidéo, devenu support plasticien, mais surtout la voix et la danse. Suivant le parcours sinueux des cours d'eau, décrivant la marche rugissante de la locomotive du transsibérien, racontant haletant sa fuite devant l'ours ou ses escapades frémissantes dans la nature, ce chorégraphe voyageur s'inscrit dans les pas des écrivains voyageur Nicolas Bouvier et Sylvain Tesson ou du romancier Emmanuel Carrère. On admire la force poétique de ses accélérations textuelles, l'inventivité de sa langue qui va de pair avec celle de ses mouvements dans cette performance qui était présentée pour une soirée exceptionnelle à l'occasion du festival Faits d'hiver.

Crédits photogtaphiques : © Marc Domage

(Visited 110 times, 1 visits today)

Plus de détails

Instagram

Carreau du Temple, Paris. 19-I-24. Dans le cadre du Festival Faits d’hiver. Sylvain Prunenec : Le Fil + 48ème parallèle.
Le fil : récit parlé-dansé à propos de quelques événements survenus dans mon parcours d’interprète de Sylvain Prunenec
Conception et interprétation : Sylvain Prunenec.
Le fil contient des extraits ou citations d’œuvres de Dominique Bagouet (Necesito), Trisha Brown (One Story as in falling), Odile Duboc (Insurrection), Deborah Hay (« O,O » et Oleg Mimosa)
48e parallèle : Une création de Sylvain Prunenec en collaboration avec Sophie Laly et Ryan Kernoa
Chorégraphie, interprétation, textes : Sylvain Prunenec. Vidéo : Sophie Laly. Espace sonore et musique : Ryan Kernoa. Lumière Sylvie Garot. Assistant création lumière : Luc Jenny. Régie générale et conseil technique : Christophe Poux. Citations et inspirations : Pour une juste cause, Vassili Grossman, Tchévengour, Andreï Platonov, Eugène Onéguine, Alexandre Pouchkine.

Mots-clefs de cet article
Instagram
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.