Archives de l’auteur : Jean-Luc Clairet

Salome
Musikdrama in einem Aufzug von Richard Strauss
 
Musikalische Leitung: Tomáš Netopil
Inszenierung: Mariame Clément
Bühne und Kostüm: Julia Hansen
Video: fettFilm
Dramaturgie: Svenja Gottsmann
 
Foto: Martin Kaufhold
 
Die Veröffentlichung ist nur dann honorarfrei, wenn die Bilder im Zusammenhang mit einer Berichterstattung über das Schauspiel Essen bzw. die Theater und Philharmonie Essen GmbH verwendet werden.
http://martinkaufhold.de/
 
Annemarie Kremer (Salome)

Une nouvelle vie pour Salomé à Essen

Haute tension à l'Aalto-Musiktheater d’Essen pour cette nouvelle production de Salomé. Un orchestre survolté et fascinant au service d’une mise en scène d’une grande intelligence et qui renouvelle complètement notre perception de l’héroïne straussienne. Ceux qui ont adoubé un peu vite Mariame Clément en maîtresse hors-pair de divertissements lyriques haut de gamme seront tentés de revoir leur jugement avec cette Salomé allemande qui, juste avant une Lulu chilienne pour l’été prochain, ...
CH

Christophe Honoré pour le Don Carlos lyonnais

D’abord écrivain, puis cinéaste et metteur en scène de théâtre, Christophe Honoré devient metteur en scène d’opéra en 2014 à l’Opéra de Lyon. Juste avant la première de sa quatrième mise en scène lyrique avec Don Carlos, il se confie avec une passion tranquille et une humilité sincère à ResMusica. « Don Carlos est un totem. » ResMusica : Passer de Così fan tutte à Don Carlos, cela représente-t-il un grand écart ? Christophe Honoré : Ce qui ...
Carmen 19 OONM @ Marc Ginot

Montpellier envoie Carmen dans l’espace

L’Opéra de Montpellier attire forcément les regards avec cette Carmen rhabillée de fond en comble par le metteur en scène Aik Karapetian. Et de deux ! Après Rodolphe dans la Bohème à l'Opéra de Paris, Carmen quitte notre Terre. Mais que se passe-t-il en cette saison avec nos héros favoris ? Apparemment les traversées temporelles auxquelles pléthore de mises en scène les ont contraints depuis un bon demi-siècle ne leur suffisent plus. ...
DC2

Don Carlos à Lyon par Christophe Honoré, de pères en fils

Double événement autour du plus long opéra de Verdi. Daniele Rustioni dirige la première quasi-intégrale dans sa version originale française. Christophe Honoré, pour sa quatrième mise en scène lyrique, surprend une nouvelle fois. L’Histoire allait-elle se répéter ? En 1990, l’Opéra Bastille ouvrait avec pour l’annonce de la première intégrale française des Troyens (Chung / Pizzi) et ç’avait été des Troyens sans ballets : il fallait finir avant minuit, s’était-on défaussé alors... Les ...
M3

Chute financière de Macbeth à Lyon, un nouvel espoir

Salutaire piqûre de rappel que la reprise de ce Macbeth de 2012. La transposition opérée par le metteur en scène Ivo van Hove dans le monde de la finance n’a hélas rien perdu de son actualité. Première journée d’un festival Verdi en trois épisodes autour du thème du Pouvoir. Notre ennemi c’est la finance : c’est l’avertissement clairement lancé par l’ouverture muette du rideau sur le vide d’un espace où la couleur ...
SB6

Sombre et prenant Simon Boccanegra à Dijon

Opéra sombre pour Temps sombres ? Une modernisation bienvenue, une scénographie intelligente : la vision de Philipp Himmelmann plonge le spectateur au plus près du drame étouffant de Verdi. « Toute joie sur la terre est un charme mensonger. Le cœur humain est source de larmes infinies. » Ainsi se clôt Simon Boccanegra. Le Maître tenait à son vingt-troisième opéra (à bien des égards sa Clémence de Titus), qu’il remania en 1881, vingt-quatre ans après ...
MB3

De Limoges à Nagasaki par le tandem Clarac-Deloeuil

Le spectacle imaginé par Clarac-Deloeuil>le lab pour le troisième volet de leur résidence au Grand Théâtre de Limoges témoigne du beau dynamisme de cette maison d'opéra. Pure entreprise de communication que ce titre arrangé – Butterfly, Itinéraire d’une jeune femme désorientée – car c’est bien Madame Butterfly qui est là : durée habituelle, grand orchestre, comprimarii… Soupçonné a priori de tripatouillage de chef-d’œuvre, le tandem Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil est intronisé ...
penser l'opéra lexa

Olivier Lexa et les philosophes de l’opéra

Dramaturge, historien, écrivain, metteur en scène, Olivier Lexa, fondateur du Centre de Musique Baroque de Venise et actuel directeur de la Fondazione delle Arti - Venezia, tisse un lien, par-delà les siècles, entre deux compositeurs-phares (Monteverdi et Wagner). Mais surtout, il entreprend une moisson exhaustive des écrits des philosophes de la planète face à cet art prétendument total : l’opéra. La récolte s’avère des plus contrastées. Le sixième opus d’Olivier Lexa, bourré ...
T1

La force de la frêle Traviata de Judith Chemla

Nous avions tant envie, après le succès de sa création aux Bouffes du Nord à l’automne 2016, de vibrer à ce spectacle en tournée à Besançon. Le bilan s’avère pourtant mitigé. Et pas pour les raisons que l’on pourrait imaginer. Judith Chemla est de ces actrices (Delphine Seyrig, Edith Scob, Jeanne Balibar) à qui nous avons décerné très tôt tous les César. Dès les rôles les plus brefs, parler d’apparition plutôt ...
NORMA_2 - Opéra Nice Côte d'Azur ©Jaussein

Nice met Norma à mort

Très belle partie musicale pour cette Norma niçoise. Importée de Saint-Gall où elle a été créée en 2016, elle s’appuie sur une production intelligemment remise au goût du jour. Si, comme le rappelle le programme de salle, « les indiens d’Amérique, la Gaule, les siècles barbares et obscurs » étaient à la mode au temps de Bellini, ce n’est plus guère le cas aujourd’hui et l’on sait gré à Nicola Berloffa de nous ...
Rinaldo à Besançon, l’enchanteresse Croisade de la Co[opéra]tive

Rinaldo à Besançon, l’enchanteresse Croisade de la Co[opéra]tive

Bonne pioche pour la Co[opéra]tive : le style de Claire Dancoisne fait des merveilles dans l’opéra baroque. Avec la grâce d’une poignée d’excellents chanteurs, dont une fracassante révélation, et un orchestre sorti de sa réserve, la réussite est au rendez-vous. Assister à la première mise en scène d’opéra d’un metteur en scène de théâtre est toujours un moment captivant. C’est cette invite au glissement des genres que Loïc Boissier, directeur de ...
DIALOGUES DES CARMELITES - 
De : Francis POULENC - 
Direction musicale : Jeremie RHORER - 
Chef de choeur : Mathieu ROMANO - 
Mise en scene : Olivier PY - 
Scenographie et costumes : Pierre Andre WEITZ - 
Lumiere : Bertrand KILLY - 
Avec : 
Veronique GENS (Madame Lidoine) - 
Sabine DEVIEILHE (Soeur Constance de St Denis) - 
Au Theatre des Champs Elysees - 
Orchestre National de France - 
Ensemble Aedes - 
Le 03 02 2018 - 
Photo : Vincent PONTET

Dialogues des carmélites par Olivier Py : que La Force soit avec nous

Pour son retour au Théâtre des Champs-Élysées, Dialogues des carmélites dans la mise en scène d'Olivier Py hypnotise une salle qui retient son souffle. 2013 fut une année importante pour Olivier Py. Claude à Lyon, Il Trovatore à Munich, puis un vibrant Alceste à la craie à Garnier, une rutilante Aïda en forme de leçon d’histoire à Bastille, et enfin  Dialogues des carmélites au Théâtre des Champs-Élysées. Le prolifique metteur en scène ...
CH3

Les Contes d’Hoffmann à Monaco : Juan Diego Flórez passe aux choses sérieuses

Événement : Juan Diego Flórez, avec un Hoffmann d’exception, voit s’ouvrir devant lui le boulevard d’un répertoire plus dramatique. À l’instar peut-être de Jacques Offenbach lui-même qui, juste avant sa mort en 1880, souhaitait passer « aux choses sérieuses » en écrivant enfin, avec Les Contes d’Hoffmann, un véritable opéra, le célèbre ténor péruvien délaisse l’insouciance rossinienne et les démonstrations à effets, d’opus souvent dépourvus de conséquences dramatiques. Ce virage dans une carrière exceptionnelle ...
25012018-_MG_1374

Wonderful Town à Toulon : les Demoiselles de New York

Réussite absolue que la création française de cette comédie musicale de Leonard Bernstein par l’Opéra de Toulon. Un couronnement en DVD serait totalement mérité. Bien que Wonderful Town ait vu le jour en 1953, c’est un peu la suite des Demoiselles de Rochefort, sorties sur les écrans en 1967. À la fin du chef-d’œuvre de Jacques Demy, les sœurs Garnier quittaient Rochefort pour monter « vivre de leur art » à Paris. Au ...
_DSC2894

Adriana Lecouvreur à Saint-Étienne : Adrienne, Sarah et Béatrice

Entre Monaco et Marseille, Adriana Lecouvreur fait escale chez son deuxième coproducteur. La mise en abyme de Davide Livermore (réalisée à Saint-Étienne par Alessandra Premoli), qui avait déjà invité Sarah Bernhardt, bénéficie à Saint-Étienne, de l’arrivée d’une autre belle tragédienne : Béatrice Uria-Monzon. Battons notre coulpe en préambule : nous n’avions jamais pris très au sérieux cet avatar du vérisme, créé en 1902 entre Bohème et Tosca, certes bien écrit mais moins immédiatement ...
LC1

À Bâle, une Cenerentola d’une grande ouverture d’esprit

Pour sa troisième mise en scène lyrique, le metteur en scène de théâtre italien Antonio Latella, malgré une spectaculaire économie de moyens - à l’opposé de la récente version Herheim à Lyon -, signe une lecture de Cenerentola aussi audacieuse qu’attachante. Une excellente équipe musicale suit, faisant de ce Triomphe de la Bonté (sous-titre souvent oublié) le Triomphe de la Liberté de conscience. Salutaire. La scène, délimitée par deux parois noires, ...
E2

David Bösch met en scène Elektra à Bâle : le sang dans le sang

Le metteur en scène allemand David Bösch, actuellement dévoué aux œuvres sombres, affronte un sommet du genre, Elektra, la cadette des « petites chéries » de Strauss. À une exception près, la distribution est à la hauteur de l’onde hurlante, ainsi qu’au diapason d’un spectacle qui aurait aussi bien pu s'intituler Massacre à la tronçonneuse. Tournant le dos à l’ascétisme intense de Patrice Chéreau autant qu’à la radicale construction mentale de Ruth Berghaus, ...
between_yesterday_an_cover_750x674_88985410492_en

Michel Legrand et Natalie Dessay : vingt jours de la vie d’une femme

Natalie Dessay reprend le flambeau, déposé il y a presque un demi-siècle par Barbra Streisand, de Between yesterday and tomorrow (L’histoire extraordinaire d’une femme ordinaire). La découverte de cette ambitieuse et très zweigienne évocation d’une vie humaine est aussi l’occasion de faire le point sur l’art protéiforme de Michel Legrand. « Monodrame lyrique » est probablement ce qui semble le mieux caractériser cette suite de chansons pour soprano et grand orchestre, dont le ...
ldc1

Bâle : un Lac des cygnes entre deux eaux

Stijn Celis revoit et corrige pour Bâle le Lac des Cygnes qu’il avait conçu en 2006 pour Berne où il fut le directeur artistique du ballet de 2004 à 2007. Malgré quelques problèmes de lisibilité, sa vision novatrice mérite le détour. Des trois grands ballets de Tchaïkovski, le Lac des Cygnes (premier ballet dû à un « compositeur symphonique » et pour beaucoup « le ballet des ballets ») est celui dont le pouvoir émotionnel ...
bac138-cover-lesindesgalantesrecto-e1506329293169

La modernité atemporelle des Indes galantes par Sidi Larbi Cherkaoui

Pour son premier Rameau, le Bayerische Staastoper s’inscrit dans la veine dépoussiérante de la partition lyrique la plus célèbre de son auteur. Hélas, le plaisir de l’oreille s’avère inversement proportionnel à celui de l’œil, qui erre entre un judicieux foisonnement humaniste et une réalisation scénique problématique. Opéra-ballet à l'origine, Les Indes Galantes abandonne peu à peu son statut de « comédie musicale » pour celui de véritable opéra aux êtres de chair ...
AVSA9924INEXCELSISDEO

Valls, Desmarest et Savall entre la Catalogne et la France

Leçon musicale et leçon d’histoire, comme souvent avec le chef catalan. Cette dernière entre cette fois en résonance plus que troublante avec l’actualité, tout au long d’un très prenant double disque nous faisant voyager de Versailles à Barcelone. La Missa Scala Aretina de Francesc Valls pour onze voix réparties en trois chœurs, et la Messe à deux chœurs d'Henry Desmarest, composées de chaque côté des Pyrenées, ne sont pas des inédits ...
flute toulon 1

À Toulon, René Koering confie sa Flûte enchantée à Elvis Presley

L’on était très curieux de voir ce que René Koering allait faire de l’avant-dernier Mozart. Le frisson d’une sublime Ouverture laisse vite la place à la circonspection face à un spectacle inégalement distribué où le prêt-à-porter d’une sympathique modernisation a priori s’avère totalement impuissant à masquer une lecture au final bien peu stimulante. La Bohême spatiale conçue par Claus Guth a alimenté bien des réveillons. De quelque bord que l’on se ...
O et C

Opéra et cinéma : les amants maudits

Un important volume compile les travaux très fouillés issus de quatre universités françaises et destinés à célébrer les noces tumultueuses de deux arts majeurs qui ont très tôt convolé alors qu’en apparence tout semblait les opposer. D’un côté l’aîné, parfois élitiste, de l’autre le cadet, souvent populaire. Le premier mérite de cet ouvrage, parfois cérébral (le néophyte naviguera souvent entre diégétisme, synesthésie, idiosyncrasie…), bourré de renvois, est de rappeler combien le 7ème ...
blh_5124_1

La Traviata ne veut pas mourir à Bâle

Bâle coproduit avec l’English National Opera La Traviata mise en scène par Daniel Kramer, également directeur artistique depuis 2016 de la deuxième scène lyrique londonienne. Malgré l’originalité de quelques séduisantes idées, cette énième production de l’opéra le plus populaire de Verdi, où un certain classicisme l’emporte aux points, ne renouvelle qu’insuffisamment la vision du chef-d’œuvre. Après un lever de rideau plus que prometteur, le somptueux décor en hémicycle de Lizzie Clachan ...
operawarrequiem46_copyrightstofleth (1)

À Lyon, un War Requiem déchirant et déchiré

L’Opéra de Lyon ouvre sa saison 2018 avec un spectacle en demi-teinte, déchiré entre une partie musicale tellurique et une mise en scène frôlant la mise en espace. À l’image des tensions sociales exprimées en préambule de la représentation par le personnel et sa direction ? La barre était placée très haut pour Yoshi Oida. Dans le paysage des œuvres religieuses non destinées à la scène au départ, deux monuments projettent une ...
FD

Embarquement immédiat avec Félicien David

Très attendu, depuis sa résurrection en 2014 au Festival Berlioz et à Versailles, le Christophe Colomb de Félicien David sort enfin en CD. L'impatience du mélomane se voit récompensée par une copieuse livraison du Palazetto Bru-Zane accompagnant l'ode-symphonie de deux autres disques consacrés à un compositeur extrêmement attachant. Vivement la suite. En fera-t-il deux ? », écrivit Paul Scudo, « la bête noire » de Berlioz comme de David, qui ne pouvait, à l'instar d'un ...
IMG_2083

Mam’zelle Nitouche à Toulon par Pierre-André Weitz, une leçon de vie

Deuxième volet de l’aventure Hervé rêvée par le Palazetto Bru Zane, Mam’zelle Nitouche a droit, comme pour Les Chevaliers de la Table ronde, à la hauteur esthétique du regard de Pierre-André Weitz. Cerises sur le luxueux gâteau : Miss Knife et Olivier Py. Toulon crée. Nantes, Limoges, Rouen, Montpellier reprendront. Le Palazetto enregistre pour les fêtes. Cette année, Noël commence en automne. Mam’zelle Nitouche est l’œuvre la plus célèbre d’Hervé (de son ...
kla043couv_low

Un Chant de la terre de chambre en cinémascope

Le Chant de la terre chambriste imaginé par Schoenberg sert de vitrine à la qualité solistique acquise aujourd'hui par l'Orchestre Victor Hugo de Jean-François Verdier. Le duo formé par Eve-Maud Hubeaux et Jussi Myllys s'accorde parfaitement à ce coup de jeune donné au chef-d’œuvre de Mahler. Schoenberg avait fondé, de 1918 à 1921, une Société des Concerts qui permettait l'accès à la « musique moderne ». Les contraintes budgétaires de cette belle utopie ...
Lucio Silla Bale17

Lucio Silla à Bâle, ou la sexualité des dictateurs

Les metteurs en scène ont fort à faire s'ils veulent hausser Lucio Silla à la hauteur des grands Mozart. Si Chéreau y était quasiment parvenu, plus de trente années après, malgré l'orchestre et les chanteurs remarquables mis à sa disposition, Hans Neuenfels navigue assez laborieusement dans les contraintes de l'opera seria. Pour le grand public lyrique, Hans Neuenfels est surtout connu pour son « Lohengrin des rats » à Bayreuth entre 2010 et ...
Ben Glassberg (c) Petit_1 (2) ter

Le Festival de Besançon a 70 ans

Le deuxième plus ancien festival français (1948, un an après Aix) fait preuve d’une belle vitalité en agrémentant ses fondamentaux (la musique symphonique, symbolisée par la haute tension de son Concours international de jeunes chefs d’Orchestre) d’une quantité de manifestations populaires qui lui permettent de s’affranchir de tout élitisme. Coup de projecteur sur sept instants choisis. Solidement campé sur le trésor de sa mémoire – le rédacteur de ces lignes en ...