Mot-clef : Michael Clark

KA4

Un King Arthur shakespearien à Bâle

Bâle restaure de fond en comble le livret de John Dryden souvent évincé des productions du King Arthur de Purcell. Bien que très problématique pour un spectateur n’étant pas totalement germaniste, la proposition du metteur en scène allemand Stephan Kimmig révèle au final une ambition de première importance. Quatre heures avec entracte ! Musique : une heure et demi. Mots (dans la langue de Goethe et non-surtitrés) : plus de deux ...
À Bâle, Lucia di Lammermoor face à l’hystérie masculine

À Bâle, Lucia di Lammermoor face à l’hystérie masculine

Le Theater Basel (élu Théâtre de l’année 2018 par le magazine Theater heute) affiche une splendide production du plus célèbre opéra de Donizetti. La distribution impressionne autour de Rosa Feola dans le rôle-titre tandis que la traduction conceptuelle et plastique du tandem Py-Weitz captive une nouvelle fois. Une immense construction de briques grises abrite une minuscule chambre devinable derrière une photo, datée de 1887, du neurologue Jean-Martin Charcot en pleine séance ...
TRP2

The Rake’s Progress à Bâle, un bijou signé Lydia Steier

Les réserves que nous avions exprimées à l’encontre de l’Alcina imaginé à Bâle par Lydia Steier fondent devant son éblouissant Rake’Progress. Créé en 1951 à la Fenice, ultime tribut néo-classique à ses aînés en musique, et forcément, pour l’époque, idéale machine à invectives à l’adresse d’un compositeur qui ne voulut jamais s’enfermer dans un système, l’unique opéra de Stravinsky a fini par imposer la singularité de son sec lyrisme, l’ingéniosité de ...
LJ1

Bâle rafle la mise avec la création suisse du Joueur

Une distribution et un orchestre chauffés à blanc, une mise en scène plutôt spectaculaire : il fallait au moins cela pour révéler au public du Théâtre de Bâle la difficile partition de Prokofiev. Le Joueur est-il un bon opéra ? Composé à toute vitesse (en quelques mois) sur un livret tiré du bref roman écrit à toute vitesse lui aussi (en quelques jours) par Dostoïevski, le deuxième opéra des huit du grand compositeur ...
LC1

À Bâle, une Cenerentola d’une grande ouverture d’esprit

Pour sa troisième mise en scène lyrique, le metteur en scène de théâtre italien Antonio Latella, malgré une spectaculaire économie de moyens - à l’opposé de la récente version Herheim à Lyon -, signe une lecture de Cenerentola aussi audacieuse qu’attachante. Une excellente équipe musicale suit, faisant de ce Triomphe de la Bonté (sous-titre souvent oublié) le Triomphe de la Liberté de conscience. Salutaire. La scène, délimitée par deux parois noires, ...
E2

David Bösch met en scène Elektra à Bâle : le sang dans le sang

Le metteur en scène allemand David Bösch, actuellement dévoué aux œuvres sombres, affronte un sommet du genre, Elektra, la cadette des « petites chéries » de Strauss. À une exception près, la distribution est à la hauteur de l’onde hurlante, ainsi qu’au diapason d’un spectacle qui aurait aussi bien pu s'intituler Massacre à la tronçonneuse. Tournant le dos à l’ascétisme intense de Patrice Chéreau autant qu’à la radicale construction mentale de Ruth Berghaus, ...
blh_5124_1

La Traviata ne veut pas mourir à Bâle

Bâle coproduit avec l’English National Opera La Traviata mise en scène par Daniel Kramer, également directeur artistique depuis 2016 de la deuxième scène lyrique londonienne. Malgré l’originalité de quelques séduisantes idées, cette énième production de l’opéra le plus populaire de Verdi, où un certain classicisme l’emporte aux points, ne renouvelle qu’insuffisamment la vision du chef-d’œuvre. Après un lever de rideau plus que prometteur, le somptueux décor en hémicycle de Lizzie Clachan ...
Lucio Silla Bale17

Lucio Silla à Bâle, ou la sexualité des dictateurs

Les metteurs en scène ont fort à faire s'ils veulent hausser Lucio Silla à la hauteur des grands Mozart. Si Chéreau y était quasiment parvenu, plus de trente années après, malgré l'orchestre et les chanteurs remarquables mis à sa disposition, Hans Neuenfels navigue assez laborieusement dans les contraintes de l'opera seria. Pour le grand public lyrique, Hans Neuenfels est surtout connu pour son « Lohengrin des rats » à Bayreuth entre 2010 et ...