Mot-clef : Pavlo Hunka

Le Grand Macabre à Berlin : Ligeti, un génie célébré par Rattle

Le Grand Macabre à Berlin : Ligeti, un génie célébré par Rattle

Une belle distribution, un orchestre inspiré, et un chef-d’œuvre toujours plus indispensable : seule la version scénique de Peter Sellars est ici oubliable. Poursuivant leur série de spectacles semi-scéniques embrassant tout l'espace de la Philharmonie de Berlin, Simon Rattle et Peter Sellars ont choisi cette année d'y faire résonner l'unique opéra de György Ligeti, unique à bien des titres. Peter Sellars connaissait déjà bien l’œuvre pour avoir mis en scène la ...
Photo Wilfried Hösl

Dmitri Tcherniakov livre une Lulu sans âme ni charme à Munich

Amère déception pour la nouvelle production de Lulu à Munich par Dmitri Tcherniakov, musicalement comme scéniquement loin du but. Parfois, les dieux semblent veiller sur une production : avec une telle réunion de talents, pense-t-on, que pourrait-il arriver qui puisse tout gâcher ? Et pourtant, les promesses de la fiche de distribution sont parfois réduites à néant par la réalité de la scène : c'est ce qui est arrivé à la ...
Wozzeck_012(c) Bernd Uhlig

Berg à Berlin, triste Wozzeck

Dans le cadre d’un « cycle Berg » comprenant aussi Lulu et des concerts, une reprise du décevant Wozzeck de 2011. 1994 : moins de deux ans après avoir pris ses fonctions dans le principal opéra de la partie orientale de Berlin, Daniel Barenboim frappe un grand coup en présentant Wozzeck dans la mise en scène historique de Patrice Chéreau. 2011 : dix-sept ans plus tard, c’est avec Andrea Breth qu’il fait équipe pour ...
berlin janacek chereau

La Maison des morts de Chéreau

Le Staatsoper de Berlin propose une reprise de la déjà légendaire production de La Maison des morts de Janáček de Patrice Chéreau sous la direction de Sir Simon Rattle.  Le titre du dernier opéra de Janáček est douloureux ; l’œuvre elle-même est pleine de l'effroi que suscite toujours (que devrait toujours susciter) l'enfermement sans espoir d'êtres humains, mais surtout elle tire sa lumineuse évidence de sa croyance profonde en l'humanité de ceux ...
lulu-hannigan

Lulu possède Barbara Hannigan

La barre était placée très haut pour Barbara Hannigan  et son metteur en scène Krzysztof Warlikowski pour leur Lulu à la Monnaie. Pour sa prise de rôle, la soprano réalise une prise de rôle époustouflante. Alban Berg a été gâté depuis une dizaine d'années avec une succession de productions incarnées avec maestria par Laura Aikin à Bastille dans une mise en scène de Willy Decker, Agneta Eichenholz à Covent Garden vue ...
Schönberg, Erwartung, par Jean-Louis Fernandez

Festival Justice-Injustice à l’Opéra de Lyon

Comme de nombreuses institutions du service public de la culture, l’Opéra de Lyon organise un festival annuel en son sein. En interne, cette initiative trouble la routine de la stagione (une nouvelle production pousse la précédente) et oblige les équipes à adopter des rythmes et coopérations nouveaux. Quant au public, il attiédit ses inclinations automatiques vers des répertoires d’élection et peut se montrer sensible à des ouvrages qu’une communication globale ...
Olivier Py, Lulu : épuisant!

Olivier Py, Lulu : épuisant!

Depuis plusieurs semaines, Olivier Py s’est répandu avec générosité dans une presse qui ne cesse de le poursuivre de ses assiduités pour expliquer sa conception du spectacle qu’il est en train de monter. Mais alors qu’il s’agit de la sulfureuse Lulu d’Alban Berg, la presse goûte déjà l’idée que le metteur en scène va pouvoir s’éclater dans la provocation, comme il a pu le faire lors de précédentes prestations. Raté ! ...
La mort et son corps

Le Grand Macabre à La Monnaie : La mort et son corps

Après Staatstheater, l’anti-opéra de Mauricio Kagel, ou les Aventures et Nouvelles Aventures de György Ligeti, le compositeur hongrois lance, avec Le Grand Macabre, « un anti-anti-opéra », créé à Stockholm en 1978. Plus de textes abstraits, mais une action compréhensible ; un opéra, oui, en quelque sorte, qui garde les traces des blessures de la crise qui bouleversa le genre… La grande farce baroque du bruxellois Michel de Ghelderode (1898-1962) sert de ...
Wagner humanisé

Wagner humanisé

Siegfried Si Richard Wagner avait vu le troisième acte de Siegfried tel que mis en scène par François Girard, décoré par Michael Levine et éclairé par David Finn, il aurait sans doute renoncé à publier les deux premiers actes. Soustraire le troisième volet de la légende des Nibelungen pour présenter Siegfried comme un opéra en soi est un tour de force que le metteur en scène canadien réussit parfaitement. Racontant l’intrigue ...
De l’origine du monde au théâtre du monde

De l’origine du monde au théâtre du monde

Il Segreto di Susanna et Eine Florentinische Tragödie Défenseur de la comédie comme divertissement aristocratique légitime, et ce faisant héritier de Verdi et de son Falstaff, Ermanno Wolf-Ferrari allait à l’encontre de toute une tradition du livret d’opéra sérieux. Pour autant, ses postures esthétiques bien peu modernistes furent reprochées à ce compositeur dont le style a retenu les leçons du XVIIIème siècle musical. Vite surnommé « Mozart revividus », Mozart ressuscité, Wolf-Ferrari ne ...
maison_janacek_geneve

Quand Janácek s’enthousiasme pour l’expressionnisme

« De la Maison des Morts » au Grand Théâtre de Genève Le dernier opéra de Janácek est à l’affiche du Grand Théâtre de Genève ces jours-ci. L’ouvrage La maison des morts, pour lequel le compositeur apposa sa double-barre en 1927, explore un univers noir, oppressant puisqu’il s’agit d’un pénitencier russe. Le compositeur n’a pas pu mener à terme ses projets de révision du dernier acte puisque la mort l’a emporté ...