Archives de l’auteur : Nicolas Pierchon

avatar

À propos de Nicolas Pierchon

Passionné d’opéra et de théâtre, en particulier baroques et classiques, Nicolas Pierchon poursuit des études littéraires dixseptiémistes et travaille actuellement à l’édition d’une tragi-comédie de Gabriel Gilbert, entre autres champs de recherche. En matière d’opéra, ses préférences vont à la musique ancienne (Vivadi, Haendel, Rameau et le baroque français), à Mozart, R. Strauss et à la tradition de l’opéra français (de la tragédie lyrique au Grand opéra, en passant par le répertoire d’opéra comique, Bizet, Gounod, Massenet, etc.) et du côté de la musique symphonique ou de chambre, à Ravel, Debussy, Chausson, etc.
Les Miz de retour au pays

Les Misérables de retour au pays

Vingt-cinq ans après la création en version anglaise de la comédie musicale d’Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg, créée cinq ans plus tôt en français au Palais des Sports, la partition prend aujourd’hui tous les airs d’un palimpseste. Comme l’écrit le producteur Cameron Mackintosh, «Over the years, every note and word of the score and libretto has been refined by us all». Au texte français original d’Alain Boublil et Jean-Marc Natel, ...
L’Amazonie à Broadway… et à Paris !

L’Amazonie à Broadway… et à Paris !

Magdalena «L’Amazonie à Broadway», promettait le Théâtre du Châtelet. Et parce que Magdalena est en grande partie composée de pièces antérieures de Villa-Lobos, cette «aventure musicale», pour reprendre son sous-titre générique original, est une parfaite invitation à découvrir ou redécouvrir celui qui fut sans doute le plus grand compositeur brésilien mais aussi l’un des compositeurs les plus originaux du XXe siècle. L’histoire oppose la jeune Maria, jefa des indiens Muzos, qui ...
La lumière du martyre

Dialogues des carmélites, la lumière du martyre

Pour Gilles Bouillon et son dramaturge Bernard Pico, la Révolution française n’est, dans Dialogues des Carmélites, qu’une toile de fond. Décapitées à l’été 1794, les Carmélites martyres de Compiègne sont les victimes d’un crime commis au nom d’une idéologie, d’un jugement sommaire et d’une exécution arbitraire, qui pourraient prendre place dans de nombreux autres contextes historiques et politiques. Il est vrai que l’essentiel de l’action se passe dans l’espace clos ...
Berlioz le shakespearien

Béatrice et Bénédict shakespearien à l’Opéra-Comique

Il fallait tout l’art de Dan Jemmett pour parvenir à monter un spectacle cohérent à partir d’une œuvre aussi bancale que Béatrice et Bénédict. L’ouvrage n’est pas la simple transposition lyrique de Beaucoup de bruit pour rien mais une pochade développée à partir de l’intrigue secondaire de cette comédie, qui voit deux farouches opposants au mariage, Béatrice et Bénédict, tomber amoureux et décider de s’unir et l’exploitation de ce fil ...
Enfin Werther !

Enfin Werther !

 Enfin Werther ! Non que l’œuvre soit peu donnée à Paris – on a pu l’entendre sur la même scène il y a moins d’un an – mais rarement dans un tel souci de cohérence et de vérité de l’œuvre. Enfin un jeune poète beau et élancé – et une Charlotte au diapason, superbement costumée par Christian Gasc –, enfin un ténor sacrifiant les éclats de voix garants d’un succès facile ...
Une année sans…

Au temps des croisades de Claude Terrasse: une année sans…

Il y aura eu bien des années avec, et voilà la première année sans. C’est la première fois depuis qu’on les connaît que Les Brigands se fourvoient, avec un spectacle bien en-deçà du niveau du divertissement qu’ils présentent au public parisien chaque année au Théâtre de l’Athénée, faisant escale, le temps des fêtes, au sein d’une vaste tournée nationale. A vrai dire, il semble que la compagnie avait atteint son ...
J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé

Fortunio d’André Messager à l’Opéra-Comique

J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé André Messager, dont on cite spontanément le «duo de l’escarpolette», n’est pas seulement le compositeur de Véronique (1898). L’œuvre légère qu’est la «comédie lyrique» n’était pas selon lui la simple opérette à la Lecocq ou l’opéra-bouffe parodique où triomphait un Offenbach mais un genre issu de l’opéra-comique français, dans la tradition des Dalayrac, Boieldieu et Auber, même si elle abandonne ...
Deux grandes musiciennes

Sandrine Piau & Ann Hallenberg, grandes musiciennes

Certes il s’agissait d’un concert tout à fait – et ouvertement – promotionnel, à l’occasion de la sortie chez Naïve du dernier disque de Sandrine Piau, et certes le programme de cette soirée était particulièrement rebattu car constitué en très large partie d’extraits d’Ariodante et de Giulio Cesare in Egitto, deux des opéras de Haendel les plus représentés de nos jours, là où l’on attend encore la redécouverte de bien ...
Une reine et ses musiciens

Une reine et ses musiciens

C’était Marie-Antoinette «La singularité de son destin, sa violence ont fait entrer Marie-Antoinette dans la légende dès qu’elle gravit les marches de l’échafaud.» C’est de ce mythe que part l’historienne Evelyne Lever, pour le livret du spectacle C’était Marie-Antoinette, présenté à l’Opéra Comédie de Montpellier dans le cadre du Festival de Radio France. L’ouverture la montre la nuit précédant sa mort : «Je vous dis adieu, vous qui portez maintenant ma légende. ...
Le défi du seria

Le défi du seria

Ezio Ezio, le vingt-cinquième opéra de Haendel, ne connut, lors de sa création au King’s Theatre en janvier 1732, que cinq représentations. Haendel reprenait l’un des inusables livrets de Métastase (d’après une pièce de Thomas Corneille, Maximian, créée en 1662) déjà mis en musique par une quarantaine de compositeurs dont Hasse, Porpora, Jommelli et Gluck, pour ne citer que quelques uns d’entre eux. Le général Ezio revient à Rome, auréolé de ...
Ecrin symphonique pour mezzo mythique

Ecrin symphonique pour mezzo mythique

Festival de Radio-France et Montpellier 2009 C’est au tour du Philharmonique de Radio-France, dirigé par Eliahu Inbal, d’investir la vaste salle de l’Opéra-Berlioz après les orchestres prestigieux qui s’y sont déjà succédés lors de cette édition du Festival de Radio France et Montpellier, pour cette soirée rassemblant autour des Quatre derniers Lieder de Strauss deux grands morceaux symphoniques très Mitteleuropa post-romantique. Avant de donner quatre parmi les plus beaux et délicats lieder ...
Le dramaturge et son double

Cyrano de Bergerac, le dramaturge et son double

Long est le chemin qui sépare la création parisienne en 1936 de l’opéra de Franco Alfano, Cyrano de Bergerac, d’après la pièce de Rostand, de sa reprise dans la capitale aujourd’hui. Grands amateurs de raretés, Roberto Alagna et Plácido Domingo l’ont remis à l’honneur, le premier l’exhumant à Montpellier (représentations dont témoignent les intégrales audio et vidéo, chez Deutsche Grammophon) et Monte-Carlo, le second le promenant sur les plus prestigieuses ...
Pour les ténors uniquement

Idomeneo à Munich, pour les ténors uniquement

Après quatre ans de travaux de restauration, le Théâtre Cuvilliés de Munich, petit opéra rococo de 520 places, donnait pour sa réouverture Idomeneo, re di Creta de Mozart, choix évident puisque la création de cet opera seria eut lieu dans ce théâtre, le 29 janvier 1781. Jürgen Rose présente une scénographie très épurée. Le plateau est nu, grand espace froid en contraste avec les ors de la salle, pour représenter ...
ariadne1_tours

Création tourangelle d’Ariane à Naxos

Ariadne auf Naxos C’était une gageure que de donner Ariadne auf Naxos de Strauss avec une distribution francophone, une de ces audaces inconnues à Paris, et le pari de l’Opéra de Tours est largement tenu. Tours entendait pour la première fois la dispute de Zerbinetta et du compositeur et le long monologue d’Ariane abandonnée, et, malgré le peu de moyens dont dispose sa maison d’opéra, l’entendait dans des conditions idéales. Mireille ...
Fascinante Mireille Delunsch

Fascinante Mireille Delunsch

Idomeneo, re di Creta Alors que l’opéra de Mozart et Varesco modifie la fin tragique du livret de Danchet pour l’Idoménée de Campra (1712) – fin elle-même issue de la tragédie de Crébillon père (1705) – et sauve la vie d’Idamante grâce à un oracle de Neptune, le spectacle proposé par Luc Bondy pour l’Idomeneo mozartien exploite la gravité du livret et occulte le lieto fine : le nouveau couple royal à ...
Une autre comtesse

Une autre comtesse

Le nozze di Figaro Enfin un metteur en scène d’opéra qui ose faire du théâtre ! Introduire des pauses, des silences interloqués, mais aussi de la vie, des rires, le bruissement d’une conversation. La production de Jean-Louis Martinoty est bien connue, le Théâtre des Champs-Elysées en donnant cet hiver la quatrième série de représentations depuis la création en 2001. Cette nouvelle reprise se justifie pleinement tant Martinoty propose une vraie direction d’acteurs ...
Glaciale tragédie

Les Enfants terribles, glaciale tragédie

Gérard, le narrateur du roman de Jean Cocteau, raconte l’histoire de Paul et Elisabeth, un frère et une sœur qui se meuvent essentiellement dans le monde imaginaire qu’ils se sont créés. Après que Paul a été frappé par son idole Dargelos du coup d’une boule de neige dans laquelle était cachée une pierre, il doit rester à la maison avec sa sœur pour garde-malade. Entretenus mais non éduqués, le frère ...
Si jeunes et déjà si accomplis

Si jeunes et déjà si accomplis

Don Giovanni A l’heure où la disparition des troupes a rendu plus difficiles les débuts des jeunes chanteurs lyriques, comment ne pas se réjouir de la création en 2008 par l’ensemble Opera Fuoco d’une troupe-atelier d’une vingtaine de chanteurs ? Ceux-ci sont accompagnés pendant trois ans et peuvent ainsi se perfectionner et faire leurs premiers pas sur scène dans de bonnes conditions. On connaissait l’ensemble sur instruments anciens de David Stern, on découvre ...
Une pétaudière bien ordonnée !

Une pétaudière bien ordonnée avec Les Brigands à la Cour du roi Pétaud

Ils sont devenus incontournables en ces périodes de fêtes, autant que la bûche et les marrons glacés. «Ils», ce sont Les Brigands, une joyeuse compagnie de théâtre lyrique qui s’installe à l’Athénée chaque hiver depuis Noël 2002, faisant ainsi escale au sein d’une grande tournée nationale. On peut leur faire confiance pour exhumer des ouvrages oubliés d’un répertoire léger mais toujours exigeant, avec quelques fidélités, comme les œuvres méconnues d’Offenbach ...
Così expressionniste

Così expressionniste

Così fan tutte Un Così expressionniste. Oubliez les lectures sages, galantes, poétiques. Jean-Christophe Spinosi ne craint pas l’abus du forte jusqu’à couvrir les solistes – un écueil pourtant rare dans Così. Plus à même de traduire la virtuosité quasi gratuite de Vivaldi, l’ensemble Matheus semble hors de propos chez Mozart. Du génie de Salzbourg il manque l’esprit, la mélancolie. Les timbales sont agressives, les cuivres maladroits, les violons manquent totalement de ...
« et mon luth constellé… »

« et mon luth constellé… »

Le Chant des Constellations Nous avons embarqué à Paris, quai de Loire, sur une péniche, pour deux heures de voyage. Un voyage dans le temps, à la découverte, aux côtés de Lully, Rameau et Gluck, de compositeurs français moins connus mais non moins passionnants. Un voyage dans le temps mais pas dans l’espace, me direz-vous, puisque la péniche reste à quai ? Eh bien si, dans l’espace. Et vous ne croyez pas si ...
Reprise de routine

Reprise de routine du Rigoletto par Jérôme Savary à la Bastille

Peut-être autant critiquées que les relectures, les mises en scène traditionnelles (et celle-ci en particulier) tombent fréquemment sous le coup de la critique. Si l’on peut comprendre la lassitude de voir donner encore une fois à l’Opéra-Bastille cette même production de Jérôme Savary, rendons-lui justice en évoquant les sompteux costumes historiques, un grand dispositif scénique rotatif qui permet d’évoquer une ville et un palais en ruine – en symbole, peut-être, ...
Espagnolades

Espagnolades

L'heure espagnole Maurice Ravel et Manuel de Falla pour un même concert. Le rapprochement s’imposait : lorsqu’il arriva à Paris, de Falla rencontra rapidement Ravel et devint son ami. De plus, la référence à l’Espagne s’impose chez l’un et l’autre. De Falla fut parmi les premiers à admirer la Rapsodie espagnole qu’écrivait alors Ravel et faisait découvrir à ce dernier son drame lyrique, La vida breve. La genèse de L’Amour sorcier fut mouvementée. ...
june_anderson

June Anderson, bel canto intérieur

Bien sûr la voix n’est plus ce qu’elle fut. La tessiture s’est restreinte, l’aigu et le trille sont laborieux, le grave est souvent caverneux. Bien sûr les couleurs ne sont pas lumineuses. Dans les passages virtuoses d’un répertoire bel canto, June Anderson déçoit quelque peu. Les cabalettes de Sonnambula et d’Anna Bolena ne sont pas le feu d’artifice légitimement attendu. Mais il y a tout le reste et… excusez du peu ! ...
Viva Despina, che sa servir

Viva Despina, che sa servir

Così fan tutte En ouverture de sa nouvelle saison et d’un cycle «1789» consacré aux musiques de la Révolution, la Cité de la Musique donnait en concert un Così tout droit venu de Rouen. A contre-courant de l’actuelle doxa baroqueuse, la lecture très classique du directeur musical de l’Opéra de Rouen surprend avec des tempi bien lents dans lesquels s’enlisent d’interminables quintette «Di scrivermi ogni giorno» et trio «Soave sia il ...
« Paris, Paris, splendeur de mes désirs »

« Paris, Paris, splendeur de mes désirs »

Louise Aujourd’hui disparue de notre paysage culturel, Louise fut un des piliers du répertoire d’opéra-comique dans la première moitié du XXe siècle où elle atteignit le millier de représentations. L’ouvrage, par-delà certains aspects datés, est particulièrement intéressant en ce qu’il illustre le naturalisme en musique. « C’est Zola en musique », résumait Paul Morand. L’argument était particulièrement audacieux pour l’époque (la jeune Louise et le poète Julien s’aiment sans la légitimation ...
Une complète réussite !

Une complète réussite !

Falstaff Fin de saison triomphale au Théâtre des Champs-Elysées ! Le dernier opéra mis en scène de la saison est aussi le dernier opéra de Verdi, et une comédie qui appelle un peu de légèreté dans la grisaille parisienne où le printemps n’en finit pas de se faire attendre. La réussite est d’abord celle d’une mise en scène respectueuse de l’ouvrage et d’une direction d’acteurs très fouillée. Mario Martone transpose l’action dans ...
Sandrine Piau l’égyptienne

Sandrine Piau l’égyptienne

Giulio Cesare in Egitto Distribué avec art, ce Giulio Cesare in Egitto, donné en concert à la salle Pleyel, démarrait sous les meilleurs augures. A commencer par le rôle-titre : Lawrence Zazzo est un magnifique héros, à la voix éblouissante. Le contre-ténor déploie une palette de nuances qui semble infinie et dévoile un art subtil de la coloration. Plus élégiaque qu’héroïque, on pourra souligner qu’il manque parfois un peu de graves. ...
La Fille du régiment

La Fille du régiment avec Natalie Dessay et Juan Diego Flórez

Quarante ans après Joan Sutherland et Luciano Pavarotti, ce sont Natalie Dessay et Juan Diego Flórez qui s’emparent de La Fille du régiment, opéra-comique de Donizetti, lors d’une une coproduction entre les maisons d’opéras londonienne, viennoise et new-yorkaise. Les échos de ces représentations triomphales nous parviennent enfin aujourd’hui grâce à la captation réalisée à Covent Garden. Une fois les dialogues actualisés par Agathe Mélinand, Laurent Pelly n’a plus qu’à utiliser ...
En rouge et noir, Giulietta et Romeo

En rouge et noir, Giulietta et Romeo

I Capuleti e i Montecchi Toujours là où on ne l’attend pas, Gerard Mortier a surpris son monde en programmant un spectacle aux antipodes de ce qu’il présente habituellement à son public durant ses mandats. Pour Les Capulets et les Montaigus, la première scène lyrique française réunit une affiche digne du Metropolitan Opera de New-York ou du Staatsoper de Vienne, c’est-à-dire des chanteurs médiatisés et place au glamour ! L’événement était de ...