tous les dossiers(1)

Les 50 ans de Melodia par Andrey Krichevskiy

Aller + loin, Directeurs, Entretiens

Le label russe Melodyia célèbre ses 50 ans. Fondé à l’époque de l’URSS, Melodyia a enregistré tous les grands artistes soviétiques et russes. Le label est l’une des dernières légendes du disque, secteur malmené par la crise et les fusions. A l’occasion de cet anniversaire Andrey Krichevskiy, directeur de Melodyia nous présente les actuelles ambitions du label.

 

AK_Melodiya

« Nos archives se composent de plus de 230.000 cassettes analogiques avec des enregistrements uniques »

ResMusica :  Qu’est ce qui fait l’ADN de Melodia ?
Andrey Krichevskiy : L’ADN de Melodia c’est l’histoire de la vie musicale russe  depuis plus de 50 ans.  L’ADN de Melodia c’est l’addition de plusieurs caractéristiques : la tradition musicale, la profonde vénération de la musique et de ses créateurs, le style unique et distinctif formé par des générations d’artistes talentueux ainsi que le travail des ingénieurs du son et des éditeurs.
En outre, Melodia est également un centre d’archives qui n’a que très peu d’équivalents dans le monde.  Nos archives se composent de plus de 230.000 cassettes analogiques avec des enregistrements uniques. La tâche principale de Melodia est de moderniser et de sauver ce patrimoine culturel. Nous dépensons d’énormes ressources – humaines et financières – pour la numérisation des archives.  Pour nos 50 ans, nous pouvons dire que nous avons numérisé 50% de nos archives.

RM : N’est-il n’est pas  intimidant de diriger une entreprise avec de tels trésors dans les archives?
AK : C’est un grand honneur mais c’est intimidant. Pour moi, en tant que Russe, plus la mission est intimidante, plus elle est intéressante à mener.

RM : Comment se porte le marché du disque en Russie ? Quels sont vos meilleurs marchés d’exportation?
AK : Le marché du disque en Russie est un marché en métamorphose avec la croissance de la sphère numérique. iTunes a été lancé en Russie il y a seulement un an. Le marché du disque russe est résistant et nous avons des positions commerciales fortes comme dans le domaine des contes populaires. Ces séries enregistrées dans les années 1950 se vendent toujours très bien auprès des nouvelles générations. A l’export, nos ventes de disques résistent aussi très bien. Nos meilleurs marchés sont : la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Etats-Unis et le Japon. Il faut dire que nous avons la chance d’avoir un catalogue porté par des noms universellement connus des amateurs de musique : Richter, Gilels, Rostropovitch, Yudina, Kissin…

RM : Comment choisissez-vous les enregistrements à rééditer ?
AK : Nous avons un département éditorial important. Il sélectionne avec soin des bandes à éditer. Chaque semaine, nous effectuons les réunions éditoriales pour discuter de la politique de publication. Nos critères sont : la qualité de la performance, la qualité du son et la rareté de l’enregistrement. Nous essayons aussi de répondre aux besoins du marché, aux besoins de nos distributeurs et, bien sûr, de suivre les produits de nos concurrents.

RM : Melodia publie également de nouveaux enregistrements avec des artistes du XXIe siècle. Comment combinez-vous le passé et le présent ?
AK : Pour nous, il n’y a pas de différence entre le passé et le présent – il n’y a qu’un seul critère de sélection : la qualité. Nous publions des enregistrements d’artistes contemporains uniquement s’ils répondent aux plus hautes exigences professionnelles.

RM : Vous venez de sortir une collection de 33 tours à l’occasion de votre anniversaire. Pouvez-vous expliquer la philosophie de ce projet ?
AK : L’année dernière, nous avons organisé un vote par Internet. Nous avons demandé aux internautes de sélectionner les 50 enregistrements les plus populaires de l’histoire de  Melodia. Après avoir reçu les résultats du vote et après discussions avec notre staff éditorial, nous avons établi la liste des 50 vinyls de différents genres – musiques rock et pop russes,  classique  et contes populaires. Aujourd’hui, nous avons déjà publié  la moitié de la série et le reste sera édité progressivement tout au long de l’année. Chaque pressage est limité à 500 exemplaires et chaque album est numéroté de 1 à 500 – pour les collectionneurs. Nous avons déjà une demande pour la poursuite de cette série et nous allons bientôt commencer à publier de nouveaux disques mais dans un emballage plus « ordinaire ».

RM : Melodia travaille sur une édition complète de la musique russe pour piano solo. Pouvez-vous nous expliquer ce projet ?
AK : Cette anthologie de la musique pour piano de compositeurs russes et soviétiques  est un projet commun entre Melodia et la Fondation . La série est divisée chronologiquement  en 4 : la musique russe (avant 1917), la musique composée entre 1917 et 1991, la musique contemporaine (1991-2010) et de la musique de compositeurs russes expatriés. En ce moment, nous préparons le septième volume avec des œuvres de compositeurs contemporains : K.Volkov, T.Chudova , T.Shakhidi , Yu.Vorontsov  et A.Sergunin Sysoev. Un huitième disque sera édité à l’automne.
Le projet est conçu comme une série de 30 disques contenant des enregistrements des chefs-d’œuvre reconnus de la musique russe et soviétique, mais aussi des enregistrements des compositions injustement oubliées. Cette anthologie est une tentative pour rassembler la musique constituant la fierté de la culture russe. La série comprendra des œuvres de compositeurs tels que Nikolai Myaskovsky, Aram Khatchaturian, , Andrei Eshpai, , , Vissarion Chebaline, Mieczyslaw Weinberg, , Alexandre Alexandrov, , Galina Ustvolskaya, Dmitri Kabalevsky, Konstantin Makarov-Rakitine et bien d’autres. Une  importante partie des compositions est enregistrée pour la première fois. Cette série est en premier lieu un aperçu, pour le XXIe siècle, de la musique des deux siècles précédents.  L’anthologie propose quelques-uns des jeunes virtuoses actuels tels que : , , , Asiya Korepanova, , Ekaterina Mechetina et bien d’autres. Ces musiciens ont également pris part à la recherche des partitions dans les archives des éditeurs et ils ont donné leurs avis sur les musiques qui méritaient l’attention des auditeurs.

RM : Quels sont les autres projets futurs de Melodia ?
AK : Nous avons des plans ambitieux pour notre année anniversaire. Nous avons  publié des coffrets consacrés à Emil Gilels, et .  Chacun de ces coffrets contient des enregistrements inédits. Nous préparons également d’autres box avec des enregistrements rares des pianistes et . Nous allons aussi republier les enregistrements de dont nous fêtons les 100 ans cette année.  Du côté des nouveaux enregistrements, nous avons une collaboration avec la soprano . Nous venons de publier un récital en solo et nous venons de finir, dans la salle historique du Conservatoire,  l’enregistrement d’un programme russe : Rachmaninov, Prokofiev et quelques raretés de Miaskovsky.  Nous préparons aussi des enregistrements du duo de piano  et , ainsi que des albums  du pianiste Vazgen Vartanian et de la violoniste .

Crédits photographiques  : Melodia

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.