Mot-clef : Ballet de l’Opéra national de Paris

La poupée qui fait non

Coppélia, la poupée qui fait non

Bilan mitigé pour cette première de Coppélia : si le ballet a bénéficié d’une interprétation pleine de brio, cette version de Patrice Bart ne nous a cependant pas totalement convaincus. Patrice Bart, Maître de ballet et chorégraphe, signe ici une reprise du ballet d’Arthur Saint-Léon. Coppélia est inspiré du conte de Hoffmann, L’Homme au sable, publié en 1816. Patrice Bart souhaitait que sa version se rapproche de l’univers sombre et fantastique de ...
Premiers pas de chorégraphes

Premiers pas de chorégraphes à l’Opéra de Paris

Danseurs chorégraphes Régulièrement, l’Opéra de Paris offre à ses danseurs l’occasion de faire leurs premiers pas de chorégraphes. Parmi ces pièces courtes, interprétées ici par les danseurs de la compagnie, figurent quelques bonnes surprises. Les sources d’inspiration des jeunes apprentis chorégraphes de la compagnie nationale sont variées, allant du tango au cinéma, mais les opus les plus réussis font délibérément confiance au contemporain. Pour preuve, l’écriture chorégraphique complexe de Bless – ainsi ...
Le sacre du Sacre

Balanchine/Brown/Bausch, le sacre du Sacre

Choc visuel et émotion esthétique pour la reprise du Sacre du printemps de Pina Bausch, dans une soirée consacrée à trois chorégraphes majeurs du XXe siècle. C’est par Le Sacre du printemps que l’on se doit de commencer cette chronique. Même si la couche de terre répandue sur le plateau sur laquelle danse les interprètes repousse nécessairement cette pièce en fin de soirée, marquant l’odorat, la vue et l’ouïe avec intensité. ...
Certes

Le Lac des Cygnes, certes

Certes Mlle Pagliero danse pour la première fois le Lac, certes c’est une Première Danseuse, certes sa Paquita était absolument exquise. Mais le rythme imposé lors de cette soirée qui se situe au début de la reprise du Lac pour les fêtes de fin d’année est marqué d’une longueur incommensurable. Ce qui péche ce soir là n’est pas une question de technique ; la danseuse s’en tire fort bien et ...

Beaucoup d’oubliées, de nombreux élus…

Concours annuel du Ballet de l’Opéra Le concours de promotion de l’Opéra de Paris demeure le seul moyen de gravir les échelons hiérarchiques au sein du Corps de ballet. En dépit d’un très bon cru, très peu de postes Femmes étaient malheureusement à pourvoir cette année, et seules deux danseuses furent promues à l’issue des épreuves. En revanche, du côté des Hommes, de nombreux postes étaient disponibles, alors que le niveau ...
Virtuosité et grand spectacle au Palais Garnier

Paquita : virtuosité et grand spectacle au Palais Garnier

Paquita, actuellement présenté sur la scène du Palais Garnier, est le fruit d’un méticuleux travail de reconstitution du chorégraphe Pierre Lacotte, considéré à juste titre comme le spécialiste de l’école française du XIXe Siècle. Ce ballet-pantomime nous narre les aventures de Paquita, jeune fille de noble lignée, enlevée dans son enfance par des gitans. Elle sauve d’un complot Lucien d’Hervilly, un jeune officier français dont elle tombe amoureuse et qu’elle ...
Existentialisme et humanisme

Roland Petit, existentialisme et humanisme

Ne cherchons pas plus loin ! Avec Roland Petit, la France a eu ses Ballets Russes, juste après la seconde guerre mondiale. Petit aperçu avec cette remarquable soirée "patrimoine" qui enchaîne trois histoires d’amour tragiques. Le répertoire de l’Opéra National de Paris recèle de véritables pépites. Leur exhumation permet de concocter des soirées patrimoniales tout à fait exceptionnelles, telle cette soirée Roland Petit qui ouvre la saison du Ballet à l’Opéra Garnier. ...
Naturalisme

Naturalisme pour La Petite Danseuse de Degas par Patrice Bart

Alors que l’exposition Crime et châtiment, où La Petite Danseuse de Degas figurait en bonne place, vient de s’achever au Musée d’Orsay, la reprise de cette production est une occasion de s’intéresser aux bas-fonds de l’Opéra au XIXème siècle. Vaste fresque illustrant de façon naturaliste le Paris de la fin du XIXème siècle dans le quartier de l’Opéra, La Petite Danseuse de Degas a l’ambition de montrer jusqu’où pouvait mener l’amour ...
Conte japonais

Kaguyahime, conte japonais de Jiří Kylián

L’entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra national de Paris de Kaguyahime, ballet chorégraphié par Jiří Kylián en 1988, est un événement tant chorégraphique que musical à ne pas manquer. La présence pour la première fois dans la fosse de l’Opéra Bastille de trois musiciens Gagaku, la musique de Cour japonaise, juchés sur une estrade de bois clair, mais aussi des tambours Kodô à double paroi, expression par excellence de la ...
Tout ce que qui est connu

La Bayadère : tout ce que qui est connu

Comme il est surprenant de constater que l’amateur de ballet en revienne toujours à ses premières amours et à ses Etoiles dont il ne pensait plus forcément les voir ensemble, et comme à chaque fois renouvelées, la joie et le surprise des retrouvailles, et malgré tout, du temps qui passe. Cela est flagrant sur cette reprise de La Bayadère, au Palais Garnier, alors que le ballet a vécu pas mal ...
Tout pour la musique

Hommage à Jerome Robbins : tout pour la musique

Autour du répertoire de Chopin et de Ravel, cet hommage à Jerome Robbins conjugue gaieté, nostalgie et humour dans une soirée très variée. Avec, en contrepoint, la reprise d’une création de Benjamin Millepied, ancien élève du chorégraphe américain. En Sol, chorégraphié dans les années 1970 par Jerome Robbins sur le magnifique Concerto pour piano et orchestre en sol majeur de Ravel est un ballet tonique et rafraîchissant. C’est une pièce joyeuse ...
Une réussite totale !

Siddharta : une réussite totale !

Une réussite totale pour cette commande de l’Opéra national de Paris à Angelin Preljocaj, Bruno Mantovani, Claude Lévêque et Eric Reinhardt sur la jeunesse de celui qui devint Bouddha : le prince Siddharta. C’est une équipe artistique exceptionnelle qui a œuvré de concert pour cette création mondiale, commande de l’Opéra national de Paris pour le Ballet. La chorégraphie a été confiée à Angelin Preljocaj, dont c’est la quatrième pièce pour l’Opéra. Il ...
Invariable et inconstant

La Dame aux Camélias : Invariable et inconstant

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de ce ballet, que ce soit lors de chroniques de représentations ou de DVD. Le couple Ganio-Osta a déjà été éprouvé lors des séries précédentes, mais a eu, lors de ces retrouvailles, quelques difficultés à trouver ses repères. Non tant dans l’art de danser, car à ce sujet il n’y a pas grand-chose à reprocher ; Ganio est toujours d’une grande pureté, avec un ...
Messieurs, mesdames, applaudissez !

Ballets Russes : Messieurs, mesdames, applaudissez !

Une salle cacochyme accueille sans chaleur cette remarquable soirée en hommage aux Ballets Russes, créés il y a cent ans par Serge de Diaghilev. Pour le centenaire des Ballets Russes, l’Opéra National de Paris se devait de nous concocter une soirée patrimoniale, mais vivante, dont il a le secret ! C’est donc à un beau programme de répertoire que les spectateurs cacochymes de l’Opéra Garnier ont eu le droit en ce froid ...
Où en est-on avec le « style » Noureev ?

Où en est-on avec le « style » Noureev ?

Casse-Noisette Une reprise, pour les fêtes, d’un ballet qui ravit le néophyte ne doit pas faire oublier l’importance pour une compagnie internationale qu’elle a à défendre sa grandeur. Cela se traduit aussi bien par les Étoiles qui la composent que le corps de ballet qui soutient la trame du ballet. En ce qui concerne ce dernier, pour une Première, il est surprenant de constater que tout est très en place, et ...
Relève néo-classique

Millepied / Paul / McGregor : Relève néo-classique

A Garnier, un programme contemporain équilibré et sans surprises avec les pièces de trois jeunes chorégraphes néo-classiques français et britannique. On croit toujours au miracle en assistant à la première mondiale d’une création chorégraphique. S’agira-t-il de la révélation d’un nouveau chorégraphe, d’un chef d’œuvre qui marquera l’histoire de la danse ou tout simplement d’une pièce que l’on aura plaisir à voir et à revoir ? Rien de tel malheureusement avec Répliques de Nicolas ...
Lumineux

Joyaux au Ballet de Paris : Lumineux

En cette matinée de la reprise de Joyaux, le Corps de Ballet de l’Opéra National de Paris, bien rodé après une tournée à Montpellier et Grenoble, a été d’une qualité rare tant dans la recherche de la beauté purement esthétique que dans l’élaboration du style balanchinien. En ouverture, Émeraudes confirmait le lyrisme attachant de Mathieu Ganio, bien à l’aise dans un vocabulaire si français dans la chorégraphie, et Mlle Pujol, avec ...
L’apanage de l’Opéra National de Paris… ?

Giselle, apanage de l’Opéra National de Paris… ?

En allant voir Delphine Moussin dans la seconde représentation de la reprise du ballet prétendument phare de la Grande Boutique, il était peu prévisible de savoir ce que nous allions voir, tout en étant conscient de ce que nous n’avions plus à espérer. Mlle Moussin, au crépuscule de sa carrière, n’a pas réussi, techniquement parlant, à combler tout ce qu’il aurait été en droit d’attendre d’une Etoile de la compagnie ...
gisel_odp2009

Giselle : Couleurs d’automne à l’Opéra Garnier

Pour l’ouverture de la saison du Ballet de l’Opéra de Paris à Garnier, rien n’a changé en ce début de l’ère Nicolas Joël, si ce n’est l’ouverture d’une boutique de souvenirs de luxe dans la galerie Halévy. La première distribution de Giselle, Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche, se tire admirablement de cette énième reprise du plus romantique des ballets français. L’inaltérable duo Dupont/Le Riche a la lourde tâche d’incarner une ...
Évidence et simplicité

La fille mal gardée : évidence et simplicité

La reprise de La fille mal gardée clôt, tout comme il y a deux ans, lors de son entrée au répertoire, la saison chorégraphique 2008-2009 du Ballet de l’Opéra National de Paris. Ce ballet, facile de compréhension, et attirant toutes les sympathies est absolument adorable quant à le revoir, et c’est un réel plaisir que de retrouver les solistes déjà si appréciés auparavant ; Mlle Ould-Braham, avec sa délicatesse coutumière a ...
A l’ombre des tourments

Proust ou les intermittences du cœur : à l’ombre des tourments

Le propos de Roland Petit lors de la création de Proust ou les intermittences du cœur en 1974 pour le Ballet de Marseille était de faire «danser les sentiments». Vingt cinq ans plus tard, la dimension érotique se fait plus évidente dans cette transposition chorégraphique du roman monde de Marcel Proust. Tout, dans Proust ou les intermittences du cœur nous ramène aux émois amoureux et aux tourments sexuels des personnages de ...
Lyrisme et austérité

Gat / Duato / Preljocaj : Lyrisme et austérité

Programme contemporain à Garnier, avec les reprises de White Darkness de Nacho Duato et du controversé MC 14/22 d’Angelin Preljocaj. Le chorégraphe israélien Emmanuel Gat, désormais installé à Istres avec sa compagnie, offre au Ballet de l’Opéra une création mondiale exclusivement féminine intitulée Hark ! C’est un groupe de femmes, austères et attentives les unes aux autres comme le suggère le titre Hark !, qui signifie «attention extrême» en anglais élisabéthain. Pour cette ...
Quand je n’ai plus d’honneur, l’honneur n’existe plus

Eugène Onéguine par John Cranko : Quand je n’ai plus d’honneur, l’honneur n’existe plus

L’Opéra National de Paris possède un nouveau ballet à son répertoire qui lui faisait jusque là cruellement défaut, Eugène Onéguine de Cranko, très présent sur les scènes européennes, qui a par ailleurs permis la consécration de deux Étoiles lors de la Première, Mathias Heymann et Isabelle Ciaravola. Le ballet est d’une construction très fouillée, et, habitué de voir Neumeier et Kylián, on en pouvait oublier leur maître à eux deux, qui ...
Le Riche prodigieux dans Neumeier

Nicolas Le Riche prodigieux dans Neumeier

Troisième Symphonie de Gustav Mahler Pari gagné avec l’entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra National de Paris de l’une des premières chorégraphies de Neumeier sur la musique de Gustav Mahler. Nicolas Le Riche est prodigieux de présence dans ce ballet fleuve, emblématique des années 70. De prime abord, le pari n’était pas gagné ! Quelle mouche avait piqué Brigitte Lefèvre, directrice du Ballet de l’Opéra national de Paris, de faire entrer au ...
Le Parc

Le Parc d’Angelin Preljocaj, ou les jeux de l’amour

Quinze ans après sa création pour le Ballet de l’Opéra de Paris, Le Parc d’Angelin Preljocaj est devenu un classique indémodable, donné pour la sixième fois par la compagnie ! Dans un décor paysager se jaugent et se rencontrent, en trois actes, des garçons et des filles dans les jeux de l’amour et du hasard. Des premières approches à l’abandon final, le chorégraphe a recherché l’inspiration dans la littérature française des XVIIe ...
Nicolas Le Riche triomphe dans Boléro

Nicolas Le Riche triomphe dans Boléro

Lifar / Petit / Béjart L’école de danse française, de Serge Lifar à Maurice Béjart, met dans ce programme de rentrée superbement en valeur les étoiles et solistes du Ballet de l’Opéra national de Paris. L’école française, dans toute sa puissance et sa maîtrise réserve un morceau de choix aux solistes de la compagnie. Créativité et inventivité chorégraphique, alliées à une grande rigueur et pureté de style sont au programme de Suite ...
Sauvée !

Raymonda à l’Opéra de Paris : sauvée !

Il convient parfois de laisser passer quelques représentations avant d’émettre un jugement que d’aucuns jugeraient définitif. Autant Mlle Gillot se montrait jusque là quelque peu hésitante, autant, ce 15 décembre, elle livre un personnage des plus pertinents qu’il puisse être fourni par les Étoiles de l’Opéra. Là où, parfois, on attend de la virtuosité, elle surprend en y apportant de la douceur, et malgré de longs membres, elle en tire ...
Béjart célébré

Maurice Béjart célébré par l’Opéra de Paris

Un an après la mort du chorégraphe, l’Opéra national de Paris lui rend hommage dans ce programme en trois ballets, emblématiques de la symbolique béjartienne. Serait-ce la mort ? créé en 1970 par le Ballet du XXe siècle, mais entré au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris neuf années plus tard, n’est pas une œuvre majeure de Maurice Béjart, mais elle permet de mettre en valeur cinq très beaux interprètes. A ...
Remake

Les Enfants du paradis : le remake de José Martinez

José Martinez fait le pari d’une mise en scène chorégraphiée pour donner vie au chef d’œuvre de Marcel Carné, le film Les enfants du paradis. Un remake qui remet la pantomime au goût du jour et réserve de savoureux seconds rôles aux danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris, mais qui n’est pas à la hauteur du film. Un rôle pour tous, tel était le souhait de José Martinez pour incarner ...
Humour et fantaisie

Hommage à Jerome Robbins : humour et fantaisie

Le Ballet de l’Opéra National de Paris ouvre sa saison avec un hommage au chorégraphe américain Jerome Robbins, dix ans après sa disparition. Mêlant romantisme, humour et fantaisie, ce tonique programme de rentrée était aussi l’occasion d’une commande à Benjamin Millepied, danseur frenchy du New York City Ballet. Dans En Sol, ballet ensoleillé et balnéaire vivifié par le décor et les costumes d’Erté, la compagnie prouve qu’elle a du peps ! Parfaitement ...