Picasso au Châtelet et Sylvie Guillem à Garnier

Danse , La Scène, Opéra, Opéras, Spectacles Danse

Paris. Théâtre du Châtelet. Palais Garnier. 28.VI.2003 ; 25.VI.2003 ; 07.VII.2003. Picasso et la Danse par le Ballet de l’Opéra national de Bordeaux dirigé par Charles Jude ; L’Histoire de Manon, chorégraphie de Kenneth MacMillan ; Giselle, chorégraphie de Patrice Bart et Eugène Polyakov par le Ballet de l’Opéra de Paris L’Orchestre Colonne dirigé par Paul Connely.

Des classiques pour clore la saison chorégraphique

Sylvie Guillem (c)photo : droits réservés

Picasso retrouve le Châtelet

Événement attendu, la visite de l’Opéra National de Bordeaux au Théâtre du Châtelet aura permis de voir deux spectacles d’importance : la rare Fiancée du Tsar de Nicolaï Rimski-Korsakov et Picasso et la danse par le Ballet de l’Opéra National de Bordeaux dirigé par Charles Jude. Conçu sur une idée de Jean-Albert Cartier, ce dernier spectacle, assez inégal, permettait d’admirer toiles peintes et costumes dessinés par Pablo Picasso et des chorégraphies majeures du début du XXe siècle. Parade sur un argument de Jean Cocteau et une musique d’, a, hélas, mal vieilli. Il faut être bien naïf pour s’émouvoir de tant de niaiserie. Plus intéressant, Le Tricorne sur une musique de , charme par ses costumes colorés, son argument distrayant tiré d’une nouvelle de Alarcón et sa chorégraphie enjouée remontée par Susanna Della Pietra. On retiendra surtout Icare de sur une musique d’ et Joseph-Emile Szyfer. Charles Jude y a montré sa suprématie dans ce rôle dont il était un spécialiste au temps qu’il était danseur étoile du Ballet de l’Opéra de Paris, et qu’il a dansé avec infiniment de grâce et d’esprit. La suite de danses andalouses Cuadro Flamenco remontée par le Grupo del Ballet Cristina Hoyos, malgré son beau décor de Picasso tombait un peu comme un cheveu sur la soupe après tant de poésie mythologique, ce malgré l’excellence de la troupe qui l’interprétait. Un beau spectacle, avant tout très pédagogique.

invitée de Garnier

A Garnier, c’est avec deux classiques du répertoire que la saison s’est achevée. L’Histoire de Manon de (1974), souvent repris, a bénéficié cette année de la présence de dont Manon est assurément l’un des meilleurs rôles. Au-delà des aspects superlatifs de sa virtuosité, on admire son expression. , son partenaire en Des Grieux, est totalement à la hauteur d’une telle performance. Assurément l’une des soirées les plus excitantes de la saison ! Avec Giselle dans la production historique d’après Coral et Perrot remontée en 1991 par et pour le Ballet de l’Opéra de Paris, on retrouvait dans le rôle d’Albrecht dans lequel il fut nommé Danseur étoile il y a juste dix ans et où il excelle toujours techniquement. La jeune étoile , en revanche, débutait dans le rôle-titre qu’elle aborde avec beaucoup de fraîcheur et d’expression. Très émouvant aussi était dans le rôle d’Hilarion. L’ dirigé dans Manon par David Coleman, pour Giselle par Paul Connely, était à la hauteur de cette excellente compagnie qui finissait ainsi sa saison en beauté.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.