À emporter, Audio, Musique symphonique

La Deutsche Sinfonie d’Hanns Eisler par Inbal

Plus de détails

Hanns Eisler (1898-1962). Deutsche Sinfonie op. 50. Sophie Koch, mezzo-soprano ; Carolin Masur, alto ; Eike Wilm Schulte, baryton ; Kurt Rydl, basse ; Jean-Louis Depoil, récitant ; Pierre Roux, récitant. Chœur de Radio France. Direction : Norbert Balatsch (invité). Orchestre Philharmonique de Radio France. Direction Eliahu Inbal. 1 CD Naïve Radio France. V5031. Enregistré en 2005. 1h02’10’’.

 

Les Clefs ResMusica

Depuis plusieurs années maintenant Radio-France et son distributeur Naïve se sont mis d’accord pour éditer, en collaboration avec l’INA, les concerts les plus remarqués parmi les dizaines produits par la maison ronde. Bien en fasse à cette initiative qui nous permet aujourd’hui de découvrir un compositeur engagé politiquement qui luttera tout d’abord contre le nazisme (sa tête est mise à prix par la gestapo) puis subira plus tard l’expulsion des Etats-Unis dans l’élan d’un maccarthysme tout aussi navrant.

Hanns Eisler, compositeur allemand aux idéaux communistes, est un paria politique alors qu’il crée la nouvelle musique. Disciple d’Arnold Schœnberg, il prend son élan en rejetant la vision trop sacralisée de l’Art que lui enseigne son maître. Il s’éloigne du post-romantisme qu’il qualifie d’« embourgeoisé » en intégrant des éléments de Jazz dans la tradition chorale allemande. Puis travaille avec Bertolt Brecht pour mettre en avant les vertus pédagogiques du Song.

La Deutsche Sinfonie a une histoire aussi compliquée que la vie de son auteur. Il aura fallu 12 ans (1935-1947) pour que celle-ci voit le jour. Comble de bonheur, la création a lieu, après quelques ajouts, au Staatsoper de Berlin (RDA) le 24 avril 1959 ! Pourtant … L’idée était belle « (…) Je veux écrire une grande symphonie qui aura pour sous-titre Symphonie des camps de concentration ». Dans une lettre envoyée à Bertolt Brecht en juillet 1935, le compositeur montre d’un côté son opposition marquée envers le nazisme mais aussi sa totale dévotion à celui qui deviendra l’auteur des textes de cette symphonie.

En forme de vaste oratorio, la Deutsche Sinfonie est un précieux mélange de parties orchestrales et chantées. On y voit clairement l’influence de Schœnberg mais c’est aussi Mahler que l’on entend dans l’utilisation des musiques populaires. Plus qu’une symphonie, cette œuvre est un hymne au courage des ouvriers allemands et du reste du Monde.

(Visited 407 times, 1 visits today)

Plus de détails

Hanns Eisler (1898-1962). Deutsche Sinfonie op. 50. Sophie Koch, mezzo-soprano ; Carolin Masur, alto ; Eike Wilm Schulte, baryton ; Kurt Rydl, basse ; Jean-Louis Depoil, récitant ; Pierre Roux, récitant. Chœur de Radio France. Direction : Norbert Balatsch (invité). Orchestre Philharmonique de Radio France. Direction Eliahu Inbal. 1 CD Naïve Radio France. V5031. Enregistré en 2005. 1h02’10’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.