Carmen-banniere-728x90

Vesselina Kasarova et l’Ensemble 415, moments de magie

Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Cologne. Philharmonie. 11-XII-2005. Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto en sol-mineur, Concerto en fa-mineur RV 143, Stabat Mater en fa-mineur RV 621, Concerto pour deux violons en la-mineur RV 522, Concerto en ré-mineur RV 129, Nisi Dominus en sol-mineur RV608. Vesselina Kasarova, mezzo-soprano ; Chiara Banchini et David Plantier, violons, Ensemble 415, direction : Chiara Banchini

chante le Stabat Mater de Vivaldi – cela pouvait paraître surprenant. Depuis bien des années, la mezzo-soprano fascine les mélomanes du monde entier avec ses interprétations vibrantes d’énergie scénique et vocale. Mais ce ne sont pas exactement les qualités requises pour le fameux Stabat Mater

Et pourtant, dès les premières mesures, Kasarova dissipe nos doutes. Elle plie son tempérament aux règles stylistiques du chant baroque, elle contrôle son vibrato et, en évitant soigneusement tout accent exagéré, elle nous offre une interprétation d’autant plus bouleversante. Certains spectateurs auraient préféré la voix cristalline d’un contre-ténor au timbre rond et chaud de la Kasarova. Mais pourquoi comparer l’incomparable ?

En deuxième partie, interprète le psaume Nisi dominus. Dans cette œuvre plus dramatique, plus lyrique aussi, elle révèle toutes les richesses de son art : une voix tout à fait homogène, un contrôle du souffle exemplaire, des vocalises flamboyantes et une palette quasiment infinie de nuances et de couleurs. En bis, Kasarova livre un dernier moment de magie : l’air d’Ariodante « Scherza infida » de l’opéra homonyme de Georg Friedrich Händel. Encore une fois, la mezzo-soprano touche avec son chant sublime et démontre combien de nuances il y a entre pianissimo et mezzoforte, combien de possibilités existent pour exprimer le désespoir et la douleur.

Mais le succès de la soirée n’est nullement dû à Kasarova seule. L’ qui l’accompagne et qui interprète, en complément de programme, quelques concerti de Vivaldi ne réunit que des spécialistes, qui, depuis plus de 20 ans, explorent l’univers baroque. Aujourd’hui, ils ont atteint un niveau technique et stylistique qui approche de la perfection. Côté interprétation, ils misent sur des sonorités plus rondes que d’autres ensembles historiques, sans négliger pourtant les contrastes, les accents, les effets forte-piano. C’est la première fois qu’ils se sont produits à Cologne – espérons les revoir bientôt.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.