La Scène, Opéra, Opéras

Wozzeck de légende à Nancy

Plus de détails

Nancy. Opéra. 25-06-2006. Alban Berg (1885-1935)  : Wozzeck, opéra en trois actes et quinze scènes sur un livret de du compositeur. Mise en scène : Michel Deutsch ; décors : Jean-Marc Stehlé ; costumes  : Arielle Chanty ; lumières : Hervé Audibert. Avec : Marjorie Elinor Dix, Marie ; Tómas Tómasson, Wozzeck ; Louis Gentile, le Tambour-Major ; John Bellemer, Andreas ; Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Hauptmann ; Andrew Greenan, Docktor ; Marie-Thérèse Keller, Marjorie. Chœurs de l’Opéra National de Lorraine (chefs de chœur : Merion Powell, Frank Markowitsch), Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, direction : Sebastian Lang-Lessing.

Avec ce nouveau Wozzeck, Nancy a conclu de façon magistrale sa saison 2005-2006. Joué sans entracte, ce qui permet de conserver toute la tension dramatique sans l’altérer, ce spectacle a montré la grande intelligence dont a fait preuve le metteur en scène, Michel Deutsch. Les décors, ne recherchant absolument pas le réalisme, sont superbes, à mi-chemin entre cabaret, cinéma et théâtre à l’ancienne, avec ses effets de profondeur obtenus en trompe-l’œil et ses couleurs vives. Cette impression cinématographique est renforcée par certains déplacements des chanteurs propres au cinéma muet, comme cette course insensée du Docteur et du Capitaine, qui pourtant n’avance jamais, puisque les chanteurs courent sur place face au public.

Ce qui frappe dans cette mise en scène, c’est la tension progressive qui s’installe, le malaise qui progresse dans le public, tandis que les décors, sous nos yeux, perdent peu à peu leurs couleurs « naturelles » pour se teinter progressivement de rouge, le rouge du sang, pour rappeler un peu plus chaque instant le drame terrible qui se joue devant nous. La lune, elle aussi, rougeoie progressivement et grandit au fur et à mesure que la tragédie avance, jusqu’à, à la fin, occuper quasiment tout l’arrière plan, spectatrice muette et immense du désespoir de Wozzeck.

Par chance, pour habiter sa vision du drame, Michel Deutsch a pu diriger une formidable équipe de chanteurs-acteurs. Si, dans ce type d’opéra, l’ensemble et le travail d’équipe priment sur les détails de chacune des individualités, pour former une équipe aussi formidable, il fallait disposer d’excellents solistes parmi lesquels on distinguera qui incarne, avec sa voix de ténor étrange et tranchante comme une lame de rasoir, un Capitaine remarquable, mais aussi qui campe un Docteur inquiétant et macabre, sa belle voix de basse achevant de compléter le portrait. Marjorie Elinor Dix met plus de temps à habiter le rôle de Marie, mais lorsqu’elle y parvient, devient bouleversante d’engagement et de sensibilité. Quant à Wozzeck, il est formidablement incarné par qui, grâce à une technique très sûre, déploie toutes les ressources de nuances dont regorge le rôle. Sa stature imposante et ses dons d’acteur font le reste, ce qui, au final, lui permet d’offrir au public nancéien un portrait de parmi les plus accomplis vus à ce jour.

Pour finir, il serait injuste de ne pas citer le chœur de l’Opéra National de Lorraine, qui s’est montré sous son meilleur jour, et l’ dont on mesure les progrès qu’il a faits en quelques années sous la baguette de qui, aujourd’hui, cède la place à . Ce répertoire lui va merveilleusement bien il y déploie ses plus belles couleurs. Saluons donc le travail de , souhaitons-lui bonne chance pour la suite de sa carrière et félicitons l’Opéra National de Lorraine pour ce spectacle magnifique. Que dire de plus ? Bravo !

Crédit photographique : © Opéra de Nancy

(Visited 192 times, 1 visits today)

Plus de détails

Nancy. Opéra. 25-06-2006. Alban Berg (1885-1935)  : Wozzeck, opéra en trois actes et quinze scènes sur un livret de du compositeur. Mise en scène : Michel Deutsch ; décors : Jean-Marc Stehlé ; costumes  : Arielle Chanty ; lumières : Hervé Audibert. Avec : Marjorie Elinor Dix, Marie ; Tómas Tómasson, Wozzeck ; Louis Gentile, le Tambour-Major ; John Bellemer, Andreas ; Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Hauptmann ; Andrew Greenan, Docktor ; Marie-Thérèse Keller, Marjorie. Chœurs de l’Opéra National de Lorraine (chefs de chœur : Merion Powell, Frank Markowitsch), Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, direction : Sebastian Lang-Lessing.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.