Mot-clef : Andrew Greenan

unspecified2

Caurier et Leiser dépoussièrent Don Giovanni

En 2008, sur cette même scène, Patrice Caurier et Moshe Leiser avaient tenté de mettre à nu Tosca en la dépouillant des repères imposés par la tradition. Leur réalisation nous avait alors inspiré des impressions contrastées. Guidée par la même ambition, cette mise en scène de Don Giovanni nous apparaît bien plus aboutie. Le mythe est transposé de nos jours avec pour décor l’entrée d’un hall d’immeuble avec son digicode, son ascenseur ...
Molière chanté en langue allemande

Die Schuler der Frauen de Rolf Liebermann, Molière chanté en allemand

L’Ecole des femmes Molière chanté, et en allemand ! Rolf Liebermann – dont nous fêtons le centenaire de la naissance – et Heinrich Strobel, plutôt que de traduire simplement, ont préféré rendre hommage au plus connu des écrivains de notre langue. Dans cette Ecole des femmes, pardon, Schule der Frauen, Molière est en scène et commente l’adaptation de son œuvre jusqu’à y prendre part (car le chanteur prévu pour le rôle d’Alain ...
L’Ondine du Muséum

Rusalka, l’Ondine du Muséum

Avant-dernier de la série des dix opéras composés par Antonín Dvořák, avec des fortunes diverses, Rusalka en est certainement le chef d’œuvre et le plus retentissant succès. Inspirée au librettiste Jaroslav Kvapil par des sources aussi diverses que Undine de La Motte Fouqué, La Petite Sirène d’Andersen et La Cloche engloutie de Hauptmann, l’histoire tragique de cette ondine qui troque sa voix pour acquérir des jambes et accéder ainsi à ...
Albert Dohmen, le Dieu de Wagner.

Albert Dohmen, le Dieu de Wagner

Parsifal Au tombé du rideau, le public ne semble pas outrageusement enthousiaste vue la relative brièveté de ses applaudissements. Pourtant la production de ce Parsifal est superbe, les chanteurs magnifiques, l’orchestre et les chœurs somptueux, les décors et les costumes très beaux. Alors ? Alors, peut-être qu’un opéra de cinq heures en milieu de semaine, c’est long ? Trop long pour peut-être avoir encore assez d’énergie pour applaudir à tout rompre ? Si avec son «Trop de ...
Sublime Albert Dohmen

Sublime Albert Dohmen dans les Maîtres Chanteurs à Genève

En 1979, le Hans Sachs de Karl Riddersbusch et le Walther von Stolzing de René Kollo montaient sur les planches du Grand-Théâtre de Genève. On imaginait mal qu’une nouvelle production puisse détrôner le souvenir encore vivace de ces monstres sacrés du chant. Vingt-sept ans plus tard, c’est chose faite. Le chant et ses interprètes ont repris leur place sur une scène que le prestige passé n’aurait jamais dû abandonner. Les ...
Wozzeck

Wozzeck de légende à Nancy

Avec ce nouveau Wozzeck, Nancy a conclu de façon magistrale sa saison 2005-2006. Joué sans entracte, ce qui permet de conserver toute la tension dramatique sans l’altérer, ce spectacle a montré la grande intelligence dont a fait preuve le metteur en scène, Michel Deutsch. Les décors, ne recherchant absolument pas le réalisme, sont superbes, à mi-chemin entre cabaret, cinéma et théâtre à l’ancienne, avec ses effets de profondeur obtenus en ...
Entre rêve et réalité

Les Contes d’Hoffmann, entre rêve et réalité

Créée à Metz l’an passé, cette production des Contes d’Hoffmann, qui adopte la traditionnelle version Choudens, refuse le pittoresque des trois actes, et tente au contraire d’unifier le récit en soignant les enchaînements et en laissant toujours deviner sous les costumes des invités de Spalanzani ou des carnavaliers vénitiens, l’uniforme des étudiants qui s’invitent dans le délire du poète (c’est ainsi par exemple que Nathanaël se transforme à vue en ...
rose_nancy

C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante

Le Chevalier à la rose Vous souvenez-vous de cette publicité Kenzo qui avait surpris plus d’un parisien lorsqu’un matin, au sortir de chez lui, il s’était retrouvé face à de superbes parterres rouges, telle la place du Panthéon parsemée de grands coquelicots ? Il en fut de même ce soir-là au lever de rideau lorsque est apparue une scène recouverte de photos de roses accrochées à des centaines de tiges bien trop figées. ...
La générosité avant tout !

La générosité avant tout !

Richard Wagner, Tristan und Isolde « Ce Tristan devient quelque chose d’effroyable […] Quelle impitoyable impression j’ai de ma musique, je ne puis assez le dire ; de tout mon cœur j’ai le sentiment de n’être rien qu’un bousilleur. […] Quelle intime conviction de ma médiocrité de musicien ! Je crois que je n’ai pas grand-chose dans le ventre », telle était, aussi surprenant que cela puisse paraître, la pensée du maître de Bayreuth durant ...