À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Opéra

Elīna Garanča à en tomber amoureux

Plus de détails

Aria Cantilena. Airs, mélodies et lieder de Ruperto Chapí (1851-1909), Jules Massenet (1842-1912), Jacques Offenbach (1819-1880), Gioacchino Rossini (1792-1868), Heitor Villa-Lobos (1887-1959), Xavier Montsalvatge (1912-2002), Richard Strauss (1864-1949). Elīna Garanča, mezzo-soprano ; Diana Damrau, Adrianne Pieczonka ; sopranos. Staatsopernchor Dresden (chef de chœur : Matthias Brauer) ; Staatskapelle Dresden, direction : Fabio Luisi. 1 CD Deutsch Grammophon 477 6231. Enregistré en studio à Dresde en juillet 2006. Notice en anglais, français et allemand. 58’22’.

 

Après nous avoir éblouis avec un album Mozart – et après être passée de Virgin Classics à DG – présente aujourd’hui un nouveau récital au répertoire plus vaste, où elle fait des aller-retour assez surprenants entre la musique espagnole, les opéras de Rossini et le répertoire français, pour enfin arriver chez Richard Strauss. Mais ce petit bémol concernant le programme est vite balayé par une prestation hors normes de la chanteuse. En effet, il est osé de parler de perfection lorsqu’il s’agit d’un être humain, mais nous en sommes ici très proches.

En premier lieu, nous sommes fascinés par ce timbre, cette voix de velours, ronde et chaude – et très sensuelle. Nous admirons ensuite la maîtrise technique de l’instrument, l’homogénéité des registres, la facilité des vocalises, la puissance de l’aigu. Nous sommes enfin frappés par la maturité de l’interprète basée sur une palette riche de nuances et de couleurs. Elina Garança nous offre ainsi une Charlotte tourmentée (Werther), un Niklausse exalté (Les Contes d’Hoffmann) ainsi qu’une Grande-Duchesse de Gérolstein drôle et insolente. Elle est également la plus charmante des Isabella (L’Italiana in Algeri), une Angelina vraiment jubilatoire (La Cenerentola) et un Octavian franc et généreux (Der Rosenkavalier) – sans oublier une incursion enthousiasmante dans le répertoire de la zarzuela (Las hijas de Zebedeo) et un extrait des Bachianas braliseiras de Heitor Villalobos où elle nous enchante avec de superbes sons filés.

Heureusement, Garança trouve un partenaire de première classe en la sous la baguette de son futur directeur . Chef plutôt inégal lorsqu’il est invité dans des théâtres allemands, il se montre ici moins routinier et bien plus nuancé que d’habitude. Le récital se termine ainsi par un finale admirablement poétique du Chevalier à la rose où les formidables et se joignent à Elina Garança. Vous l’aurez compris, chers lecteurs : voilà un CD à passer en boucle et à en tomber amoureux.

Plus de détails

Aria Cantilena. Airs, mélodies et lieder de Ruperto Chapí (1851-1909), Jules Massenet (1842-1912), Jacques Offenbach (1819-1880), Gioacchino Rossini (1792-1868), Heitor Villa-Lobos (1887-1959), Xavier Montsalvatge (1912-2002), Richard Strauss (1864-1949). Elīna Garanča, mezzo-soprano ; Diana Damrau, Adrianne Pieczonka ; sopranos. Staatsopernchor Dresden (chef de chœur : Matthias Brauer) ; Staatskapelle Dresden, direction : Fabio Luisi. 1 CD Deutsch Grammophon 477 6231. Enregistré en studio à Dresde en juillet 2006. Notice en anglais, français et allemand. 58’22’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.