À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Fantômas, Arsène Lupin, Cardillac ?

Plus de détails

Paul Hindemith (1895-1963) : Cardillac. Mise en scène : André Engel. Décors : Nicky Rieti. Costumes : Chantal de la Coste Messelière. Eclairages : André Diot. Avec : Angela Denoke, la Fille ; Hanna Esther Minutillo, la Dame ; Roland Bracht, le Marchand d’or ; Stephen Gadd, le Sergent-Prévôt ; Alan Held, Cardillac ; Christopher Ventris, l’Officier ; Charles Workman, le Chevalier. Orchestre et chœur de l’Opéra National de Paris, direction : Kent Nagano. Réalisation : Chloé Perlemunter. Bonus : découvrir un opéra, Cardillac. 1 DVD Bel Air classiques BAC 023. Filmé à l’Opéra national de Paris en 2005. Notice trilingue (anglais, français, allemand). Format son : PCM stéréo / Dolby digital 5. 1 / DTS 9 NTSC. Menu et sous-titres en français, anglais, allemand, espagnol et italien. Toutes zones. Durée : 148’

 

Les Clefs ResMusica

Le label Bel Air Classiques nous propose de manière fort opportune l’édition en DVD du spectacle d’ouverture de la saison 2005-2006 de l’Opéra national de Paris. Les opéras de Hindemith sont, en dehors du monde germanique, très rares à la scène. C’est donc avec grand intérêt que l’on se satisfaisait à l’idée de pouvoir redécouvrir sur ce support cette pièce et cette production.

Impatient de composer un premier « vrai » opéra après la réussite de trois petits opéras en un acte, le compositeur jeta son dévolu sur une nouvelle de E. T. A Hoffman : Mademoiselle de Scudéry tirée du recueil Contes des frères Sérapion. Terminée en 1926, l’œuvre sera créée à Dresde en novembre de la même année, avant de connaître une assez grosse douzaine de production en Allemagne jusqu’en 1932, dont l’une sous la baguette d’Otto Klemperer à Wiesbaden et Berlin. Après la seconde guerre mondiale, le compositeur retravailla le matériau pour donner naissance à une nouvelle version créée à Zurich en 1952. Assez courte (une grosse heure et demie), la partition est au croisement de plusieurs esthétique tout en affirmant un souhait indéniable de trouver de nouvelles solutions à l’opéra. Découpée en dix-huit numéros, la musique avance à un rythme quasiment cinématographique tandis que le chœur, assez imposant, est omniprésent, un peu à la manière d’un oratorio. Arias et scènes d’ensemble alternent suivant la structure endiablée de la musique.

La mise en scène et les décors replacent l’action dans le cadre du Paris des années folles. Le Paris de Louis XIV devient un hôtel de grande classe où déambulent luxueusement les protagonistes inquiétés par les agissements d’un assassin digne des grands criminels mythiques de l’imaginaire artistique de cette époque. Un grand soin a été apporté à la réalisation des décors et des costumes, le tout étant un véritable bonheur visuel. La partie musicale peut être considérée comme idéale. Dans la fosse, dirige avec tact et efficacité un Orchestre de l’Opéra de Paris porté par des pupitres de vents et de cuivres absolument merveilleux de clarté et de précision. La distribution est à l’avenant avec magistrale de musicalité, imposant et subtil. Très demandé sur les scènes internationales, le baryton-basse confirme son statut par un engagement vocal et scénique total. Souvent décriée, Hannah Ester Minutillo est parfaite dans le rôle de « la dame ». Très bien filmée, la réalisation place le spectateur au cœur de l’action et des mouvements de foule.

En complément, le DVD semble offrir un plantureux documentaire (du moins en terme de minutage). Il s’agit en fait de larges extraits vidéos commentés par Gérard Mortier, et Nicky Rieti. Le tout moyennement animé par Christian Leblé. Les propos sont parfois intéressants, mais ce documentaire manque cruellement de rythme et d’élan.

Cela étant, cette réserve est minime par rapport au haut niveau musical de cette réalisation, qui offre à cette partition une diffusion inespérée tout en stimulant les neurones des directeurs d’opéras qui planchent sur les saisons à venir. Les collectionneurs noteront au passage que ce DVD est la seule manière de découvrir dans des conditions optimales la première version de l’œuvre puisque DGG a cru bon supprimer de son catalogue son enregistrement de 1966 avec sous la direction de Joseph Keilberth.

Plus de détails

Paul Hindemith (1895-1963) : Cardillac. Mise en scène : André Engel. Décors : Nicky Rieti. Costumes : Chantal de la Coste Messelière. Eclairages : André Diot. Avec : Angela Denoke, la Fille ; Hanna Esther Minutillo, la Dame ; Roland Bracht, le Marchand d’or ; Stephen Gadd, le Sergent-Prévôt ; Alan Held, Cardillac ; Christopher Ventris, l’Officier ; Charles Workman, le Chevalier. Orchestre et chœur de l’Opéra National de Paris, direction : Kent Nagano. Réalisation : Chloé Perlemunter. Bonus : découvrir un opéra, Cardillac. 1 DVD Bel Air classiques BAC 023. Filmé à l’Opéra national de Paris en 2005. Notice trilingue (anglais, français, allemand). Format son : PCM stéréo / Dolby digital 5. 1 / DTS 9 NTSC. Menu et sous-titres en français, anglais, allemand, espagnol et italien. Toutes zones. Durée : 148’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.