Festivals, La Scène, Musique symphonique

Martha Argerich, routine et savoir-faire

Plus de détails

Gstaad. Festival-Zelt. 01-IX-2007. Mikhaïl Ivanovitch Glinka (1804-1857) : Ruslan et Ludmilla, ouverture. Ludwig van Beethoven (1770-1857) : Concerto pour piano et orchestre n°1 en ut majeur op. 15. Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n°4 en fa mineur op. 34. Martha Argerich, piano. Orchestre National de Russie, direction : Charles Dutoit.

Menuhin Festival Gstaad 2007

Lorsque vous décidez de vous offrir un gueuleton dans un trois étoiles du Guide Michelin et que vous en ressortez en ne vous rappelant que du seul plat de poisson, votre frustration est légitime. S’offrir un concert (dont le prix des places se compare à celui d’un repas chez un grand cuisinier) auquel vous n’avez goûté qu’à quelques mesures sublimes du piano dans le Largo du Concerto n°1 de Beethoven, c’est aussi cher payé !

Si on ne peut demander à une artiste aussi exceptionnelle que d’être géniale à chacune de ses prestations, quel doit être le juste prix de ses concerts ? Doit-elle les annuler parce qu’elle ne se sent pas en excellente forme ? Doit-on rembourser une partie du prix des billets ? Insoluble, mais frustrant.

Avec un savoir faire indéniable, une grande expérience du clavier, la pianiste argentine a offert une prestation très routinière du concerto de Beethoven. Tout juste si, comme nous le relevons ci-dessus, les quelques moments de grâce proposés dans le deuxième mouvement ont permis de toucher à ce que est capable de donner. A ses côtés, , en parfait complice, s’est alors plié aux subtiles notes de la pianiste pour mettre l’orchestre en condition d’accompagnateur.

Dommage qu’avec un techniquement irréprochable et totalement au fait de ses capacités, n’ait pas su profiter de l’excellence de cet ensemble pour modeler la Symphonie n°4 de Tchaïkovski dans une interprétation empreinte de plus de musicalité au lieu de se complaire dans des tutti trop bruyants.

Crédit photographique : Martha Argerich © Menuhin Festival

Plus de détails

Gstaad. Festival-Zelt. 01-IX-2007. Mikhaïl Ivanovitch Glinka (1804-1857) : Ruslan et Ludmilla, ouverture. Ludwig van Beethoven (1770-1857) : Concerto pour piano et orchestre n°1 en ut majeur op. 15. Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n°4 en fa mineur op. 34. Martha Argerich, piano. Orchestre National de Russie, direction : Charles Dutoit.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.