Banniere-ClefsResmu-ok

Voyage transcontinental avec Jordi Savall

Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Paris, Cité de la Musique. 10-I-2008. Christophe Colomb, à l’aube de la Renaissance : temps d’exil et de découvertes. Musiques arabo-andalouses, juives et chrétiennes de l’ancienne Hesperia à la découverte du Nouveau Monde. Textes récités de Sénèque, Ibn Battûta, Hernando Colomb, Salvador de Madariaga, Ibn Zamrak, Andres Bernaldez, Joan Coloma, Christophe Colomb, Isabelle de Castille, Miguel de Cervantes et anonyme aztèque. Musiques de Johannes Cornago, Josquin Des Prés, Juan del Encina, Juan Perez Bocanegra, Luys de Milan, Juan Arañes et anonymes divers. Montserrat Figueras, chant ; Begoñia Olavide, chant et kanon ; Driss El Maloumi, chant et oud ; Francisco Rojas, récitant en castillan ; Manuel Forcano, récitant en araméen, arabe, nahuatl et latin ; La Capella Reial de Catalunya ; Hespèrion XXI ; rebab, dessus de viole et direction : Jordi Savall.

Cycle « Terres promises » à la Cité de la Musique

Suite à une parution discographique fort remarquée, voilà enfin sur Paris le voyage musical de Christophe Colomb vu par . Fruit d’un travail d’érudit et de chercheur de haut niveau, ce concert traverse les cultures sans affèteries ni partis pris. replace quelques vérités historiques que la bonne conscience à tendance à oublier : 1492 n’est pas que la découverte du Nouveau Monde, la réunification de l’Espagne et l’entrée dans la Renaissance. C’est aussi l’expulsion sauvage (déjà à l’époque… notre gouvernement n’a donc rien inventé) des juifs non convertis et la conversion forcée de tous les maures d’Espagne sous le regard bienveillant de la Sainte Inquisition. Ajoutez à cela un poignant poème visionnaire en nahuatl sur la fugacité universelle (« Se peut-il vraiment que l’on vive sur terre »), prémonition de la Noche triste qui vit la destruction de Tenochtitlán, l’alchimie obtenue est un spectacle poignant, porté par des artistes du plus haut niveau.

et ses troupes vont des lamentations aux danses, de la musique séfarade aux villancicos castillans dans un geste confondant de naturel. L’oud, le kanon et le santur, instruments typiquement orientaux, se mêlent à la harpe, à la dulciane, à la guitare et autres violes. L’ensemble des interprètes vont tranquillement d’un style à un autre, d’une ambiance à une autre, aidés par les courtes transitions parlées des deux récitants, qui placent la narration dans une perspective chronologique de la naissance à la mort de Christophe Colomb.

Une croisière musicale, intemporelle et humaniste à laquelle a participé une salle comble et enthousiaste. ¡ Gracias al Amiral Savall !

Crédit photographique : Jordi Savall et © Nederlands Blazers Ensemble

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.