Danse , La Scène, Spectacles Danse

Hunt, Noces, Mariage : Stravinsky d’hier à aujourd’hui

Plus de détails

Paris, théâtre du Châtelet. 05-IV-2008. Hommage à Stravinsky. Tero Saarinen : HUNT ; musique : Le sacre du printemps (version enregistrée : The Philharmonia Orchestra, direction : Esa-Pekka Salonen, Sony). Bronislava Nijinska : Noces ; musique : Noces (version française de Charles-Ferdinand Ramuz). Tero Saarinen : Mariage ; musique : Noces (version russe). Marita Liulia, direction multimédia et projections (HUNT) ; Jacke Kastelli, programmation multimédia (HUNT) ; Mikki Kunttu, lumières ; Erika Turunen, costumes (HUNT, Mariage) ; Natalia Gontcharova, décors et costumes (Noces). Khatouna Gadelia, soprano : Katalin Varkonyi, mezzo ; Avi Klemberg, ténor ; Igor Gnidii, basse ; Solange Fober, Natalia Golovchanskaya, Thierry Garin, Vincent Royer, pianos ; Percussions de l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy ; Chœur de l’Opéra National de Lorraine (chef de chœur : Merion Powell) ; direction : Jonathan Schiffmann. Tero Saarinen Compagny (HUNT), CCN-Ballet de Lorraine (Noces, Mariage).

Reprise partielle d’un spectacle déjà présenté cette saison à Nancy, cet « Hommage à » encadrait la version « historique » de Noces pas deux lectures plus actuelles de ces mêmes Noces et du Sacre du printemps.

HUNT, solo de plus d’une demi-heure, dansé par lui-même, ne garde de l’idée de base du Sacre du printemps que celle du rapt. Le chorégraphe figura la première partie du Sacre comme une chasse à l’homme, une course éperdue d’un animal en fuite, rattrapé par ses poursuivants. La seconde partie voit le même danseur vêtu d’un complexe ensemble feuilleté blanc sur lequel sont projetés diverses images, immobiles ou en mouvement, correspondant à des yeux, des regards, etc.., symboles de la cage dans laquelle la bête traquée est exposée. Une chorégraphie qui privilégie les gestes lents et amples, rendant ainsi l’expression encore plus poignante.

Les deux œuvres suivantes reprenaient les deux versions de Noces de 1923 de Stravinsky, en français et en russe, dans la chorégraphie originale de Nijinska et la création très récente de Saarinen, avec de la musique « en vrai » et non enregistrée. Noces vue par ne tolère aucun manque de rigueur, les mouvements doivent être réglés au millimètre près sinon l’édifice s’écroule. Et l’édifice s’est écroulé : les décalages sur scène fusent, les figures géométriques que doivent dessiner les danseurs sont brouillonnes. Dans la fosse, les musiciens ne s’en tirent pas mieux : Noces ne supporte décidément pas d’être chanté en français. Du fond de scène au fond de salle l’ennui s’installe, la chorégraphie de Nijinska perd tout intérêt si ce n’est documentaire…

Changement radical lors de la version russe chorégraphiée par . Chanteurs comme danseurs semblent libérés d’un carcan. Dans tous les cas l’expression se fait plus franche. Rebaptisé Mariage pour l’occasion, le propos reste le même : la cérémonie de préparatifs de noces chez la promise puis le promis, les pleurs des mères avant le départ pour l’église et le festin qui suit la cérémonie. Stravinsky voyait ce mariage archétypal, Saarinen replace la lutte de l’individu déjà vue dans HUNT à un niveau plus vaste et concret : le mariage forcé devenu viol conjugal. Chacun des mariés est isolé, le corps de ballet fait office de turba, tandis que le chœur et les solistes, véritables commentateurs, figurent des complices passifs de cette cérémonie quasi bestiale. Les époux forcés ne se rejoignent que sur les accords finaux, à la fin du repas de noces, vraisemblablement ivres, unis sans avoir la conscience d’être unis. Réussite globale de tout le plateau – dont se distinguent Khatouna Gadélia, et Jonathan Schiffmann, Noces étant pour un chef d’orchestre une œuvre-test. Le Ballet de Lorraine est plus à l’aise dans cette lecture moderne dans laquelle ses danseurs exultent.

Crédit photographique : © Marita Liulia (HUNT) ; © Laurent Philippe (Noces, Mariage)

Plus de détails

Paris, théâtre du Châtelet. 05-IV-2008. Hommage à Stravinsky. Tero Saarinen : HUNT ; musique : Le sacre du printemps (version enregistrée : The Philharmonia Orchestra, direction : Esa-Pekka Salonen, Sony). Bronislava Nijinska : Noces ; musique : Noces (version française de Charles-Ferdinand Ramuz). Tero Saarinen : Mariage ; musique : Noces (version russe). Marita Liulia, direction multimédia et projections (HUNT) ; Jacke Kastelli, programmation multimédia (HUNT) ; Mikki Kunttu, lumières ; Erika Turunen, costumes (HUNT, Mariage) ; Natalia Gontcharova, décors et costumes (Noces). Khatouna Gadelia, soprano : Katalin Varkonyi, mezzo ; Avi Klemberg, ténor ; Igor Gnidii, basse ; Solange Fober, Natalia Golovchanskaya, Thierry Garin, Vincent Royer, pianos ; Percussions de l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy ; Chœur de l’Opéra National de Lorraine (chef de chœur : Merion Powell) ; direction : Jonathan Schiffmann. Tero Saarinen Compagny (HUNT), CCN-Ballet de Lorraine (Noces, Mariage).

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.