Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

2E2M, programme à haute tension

Plus de détails

Paris, Conservatoire National de Région de Paris. 17-IV-2008. Georgia Spiropoulos (né en 1965) : Bouches (création) pour mezzo-soprano et ensemble instrumental ; Morton Feldman (1926-1987) : The viola in my life II et III pour alto et ensemble  ; Paul Méfano (né en 1937) : Cendre (création), pour mezzo-soprano et ensemble instrumental ; Franck Bedrossian (né en 1971) : Tracés d’ombre pour quatuor à cordes. Valérie Joly, mezzo-soprano ; Isabel Soccoja, mezzo-soprano ; Claire Merlet, alto ; Ensemble 2E2M, direction : Pierre Roullier

Pour son troisième et dernier concert de l’année au Conservatoire National de Région rue de Madrid où il est en résidence depuis la saison dernière, l’ poursuivait sa programmation centrée sur l’œuvre du compositeur de l’année Franck Bedrossian (voir notre chronique du 13/03) : Une collaboration concrétisée par la publication d’un ouvrage collectif, De l’excès du son, réunissant un certain nombre d’articles ; les plumes d’Omer Corlaix, de Philippe Leroux, de Raphaël Cendo… de Bedrossian lui-même s’y confrontent avec bonheur pour cerner les enjeux et l’itinéraire sonore du compositeur.

Au programme de ce concert était inscrit son quatuor à cordes Tracés d’ombres, une œuvre de 2007 empruntant son titre à l’un des chapitres de Alternatives (ou bien…ou bien…) du philosophe Søren Kierkegaard. Dans cette œuvre en trois mouvements dirigée ce soir par Pierre Roulier, Bedrossian plie cet « instrument à 16 cordes » à son désir sonore repoussant comme il aime le faire, les limites de la perception. Matière ductile mise à l’épreuve par une série de modes de jeu explorant les potentialités multiples de ce « méta-instrument, les cordes sont ici « traitées » par le compositeur à l’aune du travail de l’électroacousticien : distorsion du son menée à l’excès jusqu’à saturation (les archets écrasent la corde derrière le chevalet) ou au contraire liquéfaction de la matière lissée par des glissandi sur la touche pour évoquer, à la fin du second mouvement, comme des effluves de sons flûtés. Le troisième mouvement déploie par contraste une virtuosité phénoménale ; travaillant dans l’univers des sons complexes, Bedrossian y pousse plus avant « l’articulation du bruit » rejoignant dans sa manière subversive l’univers atomisé et fantomatique d’un Gérard Pesson.

Le Quatuor, qui terminait la soirée, était précédé de deux créations mondiales : celle de , Bouches, une œuvre étrange à l’écriture risquée et fort bien assumée par les musiciens, dans laquelle la voix – celle de Valérie Joly toujours masquée et hybridée par des phénomènes annexes – « parfois se lance dans des vocalisations brutes parfois emprunte les chemins de la tradition orale » précise la compositrice : une seule bouche à vocalités multiples ».

La deuxième œuvre en création donnait à entendre une partition de , fondateur, rappelons le, de 2E2M » en 1972 et relayé aujourd’hui par un collectif présidé par Bernard Cavanna. Dans Cendre pour mezzo et ensemble instrumental, les errements de la voix – celle d’ très investie – balbutiant un texte impossible à dire libère une émotion à fleur de lèvres entretenue par les colorations instrumentales. S’opposent à ces textures fragiles, les réactions impulsives du clavier électronique, « aphone » lui aussi, dont les sons étouffés confère à l’ensemble son intensité tragique. Cette œuvre – « monde calciné de la mémoire » – est dédiée à Guy Krivopissko, directeur du Musée de la Résistance Nationale à Champigny-sur-Marne.

Au cœur de ce programme « à haute tension », The viola in my life II et III extrait d’un cycle de quatre pièces de ménageait une plage sonore méditative et hors temps d’une sensualité délicate que l’on devait à l’interprétation sensible de l’altiste Claire Merlet parvenant à nous communiquer, avec ses partenaires instrumentistes ou avec le seul piano dans la troisième pièce, l’intensité vibratoire et hypnotique du son projeté dans un univers de silence.

Crédit photographique : © Philippe Gontier

Plus de détails

Paris, Conservatoire National de Région de Paris. 17-IV-2008. Georgia Spiropoulos (né en 1965) : Bouches (création) pour mezzo-soprano et ensemble instrumental ; Morton Feldman (1926-1987) : The viola in my life II et III pour alto et ensemble  ; Paul Méfano (né en 1937) : Cendre (création), pour mezzo-soprano et ensemble instrumental ; Franck Bedrossian (né en 1971) : Tracés d’ombre pour quatuor à cordes. Valérie Joly, mezzo-soprano ; Isabel Soccoja, mezzo-soprano ; Claire Merlet, alto ; Ensemble 2E2M, direction : Pierre Roullier

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.