Plus de détails

Paris. Cité de la musique. 21-I-2009. Le Piano Ambulant : La boîte à joujoux. Musique : Claude Debussy (1862-1918). Texte : André Hellé (1871-1945). Mise en scène : Bénédicte Ober et André Fornier. Création lumière et scénographie : Pierre-Yves Boutrand. Avec François Salès, manipulations, caméra et boniments ; Christine Comtet : flûte, orgue indien, papier de verre… ; Antoinette Lecampion : violon, alto, crécelle, mélodica… ; Joël Schatzman : violoncelle, cymbale indienne ; Roger Sala : piano, carillon, kazoo…

La Boîte à joujoux

La partition de , orchestrée par André Caplet en 1917 sur un livret d’André Hellé proposé au compositeur en 1913, sert de trame à une délicieuse fantaisie lumineuse pour les enfants.

Les histoires de poupées, de soldats et de polichinelles fascineront toujours les enfants, a fortiori si elles mises en musique par , puis joliment racontées et filmées par un bonimenteur. La compagnie Le Piano Ambulant, fondée par deux jeunes musiciennes lyonnaises, ambitionne de mettre la musique qu’elle aime à portée de tous. C’est chose faite avec cette partition de , composée pour piano en 1913 et orchestrée quelques années plus tard par André Caplet. André Hellé, auteur et illustrateur de livres pour enfants, souhaitait faire de La boîte à joujoux un spectacle mettant en scène des enfants. Debussy en fera un spectacle de marionnettes pour les enfants.

L’intrigue est on ne peut plus classique : une poupée, qui a déjà donné son cœur à un polichinelle paresseux, frivole et querelleur, tombe amoureuse d’un soldat de bois. Elle recueille celui-ci après qu’il fut blessé à la guerre, l’épouse et lui fait de nombreux enfants. Pour conter cette histoire édifiante, un bonimenteur joint la parole aux images vidéo qu’il réalise lui-même en filmant un décor de caisses en bois et de poupées de cire. Chaque personnage est identifié par un thème musical, une valse pour la poupée, un air militaire pour le soldat, un air plus vif pour le polichinelle, et la partition s’enrichit de clins d’œil à des thèmes aussi célèbres qu’»Il pleut bergère».

Les costumes des interprètes, le décor début de siècle, le drap tendu en guise d’écran, tout concourt à faire de ce spectacle un moment magique et suranné où musique, texte et mise en scène rendent hommage à l’amour universel des poupées de cire et des soldats de bois. Le Soldat Rose avait un ancêtre et nous ne le savions pas !

Crédit photographique : © François Salès

Plus de détails

Paris. Cité de la musique. 21-I-2009. Le Piano Ambulant : La boîte à joujoux. Musique : Claude Debussy (1862-1918). Texte : André Hellé (1871-1945). Mise en scène : Bénédicte Ober et André Fornier. Création lumière et scénographie : Pierre-Yves Boutrand. Avec François Salès, manipulations, caméra et boniments ; Christine Comtet : flûte, orgue indien, papier de verre… ; Antoinette Lecampion : violon, alto, crécelle, mélodica… ; Joël Schatzman : violoncelle, cymbale indienne ; Roger Sala : piano, carillon, kazoo…

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.