Concerts, La Scène, Musique symphonique

Du romantisme allemand à Graciane Finzi

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Elysées. 10-III-09. Felix Mendelssohn (1809-1847) : Le Songe d’une nuit d’été, ouverture ; Graciane Finzi (née en 1945) : La Tombée du jour, trois mélodies sur un texte de Michel Schneider ; Carl Maria von Weber (1786-1826) : Concerto pour basson en fa majeur op. 75 ; Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n° 2 en ut majeur op. 61. Laurent Naouri, baryton ; Fany Maselli, basson. Ensemble Orchestral de Paris, direction : Joana Carneiro.

C’est une ouverture qui a introduit – en bonne logique – le concert de mardi soir centré autour du romantisme allemand. Le tissu arachnéen et mobile du Songe d’une nuit d’été s’est déployé avec grâce sous la main leste de l’énergique . Mais en dépit de la direction fraîche et alerte, en harmonie avec l’œuvre d’un Mendelssohn de 17 ans, certains passages manquent d’homogénéité.

La présence de mélodies de dans ce programme romantique aurait pu sembler incongrue, mais leur inspiration a pour source le romantisme allemand : les trois poèmes de Michel Schneider, intenses, laissent la parole à Schumann interné dans l’asile d’Endenich. La palette de sentiments exprimés se traduit par un effet de fresque décousue, un patchwork aux couleurs sombres. Le tissu des cordes, avec ses frottements, y est tantôt lyrique, tantôt oppressant. Depuis les appels «Endenich» jusqu’au au cri final «Clara», la douleur est lancinante, intermittente. Le baryton a défendu avec poésie et émotion ce monologue solitaire et ces pensées incohérentes. Du chanté au parlé, des éclats lyriques aux appels désespérés, il a su exprimer la tristesse latente de ce cycle.

Dans le Concerto pour basson de Weber qui achevait la première partie, on a pu retrouver la fraîcheur du premier Romantisme. L’association de et de la jeune bassoniste Fany Maselli fut une réussite : soutenues par l’orchestre, elles ont su rendre la profondeur légère, le lyrisme juvénile, chantant et souriant, de Weber à l’âge de 25 ans. Dans le rondo final, Fany Maselli a joué avec les effets humoristiques du timbre du basson. Quelques rires ont ponctué les sauts comiques du grave à l’aigu et les traits rapides ou dansants un peu maladroits pour cet instrument. On a souri, on s’est amusé, et le concerto a été salué par des applaudissements mérités. La deuxième partie du programme a laissé place à la musique de Schumann lui-même, avec la Symphonie n° 2. Joana Carneiro a fait ressortir dynamisme, ardeur, ainsi que lyrisme et noblesse dans l’Adagio, avec les phrasés amples et mélancoliques des vents, et un fugato tout en légèreté.

Crédit photographique : Joana Carneiro © IMG Artists

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Elysées. 10-III-09. Felix Mendelssohn (1809-1847) : Le Songe d’une nuit d’été, ouverture ; Graciane Finzi (née en 1945) : La Tombée du jour, trois mélodies sur un texte de Michel Schneider ; Carl Maria von Weber (1786-1826) : Concerto pour basson en fa majeur op. 75 ; Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n° 2 en ut majeur op. 61. Laurent Naouri, baryton ; Fany Maselli, basson. Ensemble Orchestral de Paris, direction : Joana Carneiro.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.