Plus de détails

Paris, L’européen. 16-X-2009. Fritz Kreisler (1875-1962) : Praeludium et Allegro* ; Schön Rosmarin***. Henryk Wieniawski (1835-1880) : Légende en sol mineur op. 17 **. Tomaso Antonio Vitali (1663-1745) : Chaconne en sol mineur*. Franz Schubert (1797-1828) : Rondo en la. Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) : Souvenir d’un lieu cher op. 42*. Giuseppe Tartini (1692-1770) : Sonate en sol mineur « Le trille du diable » op. 1 n°4 ***. Pablo de Sarasate (1844-1908) : Romanza andaluza op. 22. Les Trilles du Diable. Nemanja Radulovic, violon solo. Quatuor Illico : Guillaume Fontanarosa, violon ; Frédéric Dessus, violon ; Bertrand Causse, alto ; Anne Biragnet, violoncelle. Stanislas Kuchinski, contrebasse.

Nemanja Raducolvic

Il y a des moments magiques qui font que l’on est heureux de se trouver au bon moment et au bon endroit. Ce soir L’Européen affichait «complet» pour ce concert programmé à l’occasion de la sortie du disque de Nemanja Radulovic «Les trilles du Diable». Ce titre est un clin d’œil, emprunté à la fameuse sonate en sol mineur op. 1 N°4 de Le trille du diable, en passant au pluriel, il nous invite à confirmer que la virtuosité du répertoire choisi est effectivement de haut vol. L’enregistrement, fait en public aux Flâneries de Reims, est déjà un événement tant artistique que commercial. Ce soir à l’Européen, le concert surpasse le disque. Cette salle, de taille humaine, donne l’impression que les musiciens jouent pour chaque auditeur.

Ce tout jeune soliste a une aisance scénique exceptionnelle. Le jeu de Nemanja Radulovic, d’une élégance rare, donne à ces pièces de virtuosité une dimension toute nouvelle. Les arrangements réalisés – par Marc-Olivier Dupin*, Gilles Rupert** et par l’ensemble «Les Trilles du Diable»*** pour violon solo, quatuor à cordes et contrebasse – sont raffinés et chaque protagoniste s’y investi entièrement.

Sur scène, les échanges de regards complices ne laissent aucune place à la tension, et Nemanja Radulovic partage généreusement sa passion avec ses amis et le public. L’un des moments les plus intenses de ce concert a bien été la cadence de la sonate de Tartini qui reçu une salve d’applaudissements admiratifs. Les rappels furent nombreux et le public a été rassasié avec trois bis de choix, une danse serbe Pašona puis Romanza andaluza et enfin Schön Rosmarin.

Le public, radicalement sous le charme, a acclamé triomphalement les artistes de la soirée. Deux autres dates ont été programmé dans cette même salle les 18 et 19 janvier 2010 pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y assister.

Crédit photographique : © Eric Manas TransArt Productions

(Visited 355 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, L’européen. 16-X-2009. Fritz Kreisler (1875-1962) : Praeludium et Allegro* ; Schön Rosmarin***. Henryk Wieniawski (1835-1880) : Légende en sol mineur op. 17 **. Tomaso Antonio Vitali (1663-1745) : Chaconne en sol mineur*. Franz Schubert (1797-1828) : Rondo en la. Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) : Souvenir d’un lieu cher op. 42*. Giuseppe Tartini (1692-1770) : Sonate en sol mineur « Le trille du diable » op. 1 n°4 ***. Pablo de Sarasate (1844-1908) : Romanza andaluza op. 22. Les Trilles du Diable. Nemanja Radulovic, violon solo. Quatuor Illico : Guillaume Fontanarosa, violon ; Frédéric Dessus, violon ; Bertrand Causse, alto ; Anne Biragnet, violoncelle. Stanislas Kuchinski, contrebasse.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.