Banniere-ClefsResmu-ok

Ibsen et Grieg décemment fêtés à Zurich

À emporter, Danse , DVD, DVD Danse

Edvard Grieg (1840-1907) : Peer Gynt. Mise en scène, conception et chorégraphie : Heinz Spœrli. Décors : Florian Etti. Lumière : Martin Gebhardt. Avec : Marijn Rademaker, Philipp Schepmann, Peer Gynt ; Yen Han, Solveig ; Ana Carolina Quaresma, Åse ; Juliette Brunner, Ingrid ; Julie Gardette, Anitra ; Arman Grigoryan, Le Roi de la Montagne ; Sarah-Jane Brodbeck, la Fille du Roi de la Montagne ; Vahe Martirosyan, la Mort. Ballet de Zurich. Christiane Kohl, Solveig, soprano ; Boguslaw Bidzinski, Peer Gynt, ténor ; Agnieszka Adamczak, soprano ; Huiling Zhu, soprano ; Angelica Voje, mezzo-soprano. Chœur et Orchestre de Zurich, dir. Eivind Gullberg Jensen. Musique : Edvard Grieg, Mark-Anthony Turnage, Brett Dean. Filmé à l’Opéra de Zurich en novembre et décembre 2008. Texte dit en allemand, sous-titres : français, anglais. 1 DVD Bel Air classiques BACO50, code barre : 3760115 300507. Toutes zones. Son : PCM Stereo, Dolby Digital 5. 1. DTS 5. 1 ; vidéo : Couleur, 16/9. Durée : 110’.

 

D’aucuns statuent, à bon escient sans doute, que le Peer Gynt d’Henrik Ibsen (1879) constitue une invitation au voyage et à toutes les aventures comme on l’entendait au XIXe siècle. Avec ce ballet chorégraphié par , l’on suit les périples sélectionnés avec un grand intérêt d’autant que le double (la conscience) de Peer Gynt (interprété avec force et assurance par Philipp Schepmann) rappelle et commente opportunément certaines réflexions et situations que le danseur aurait seul du mal à renseigner avec suffisamment de précision.

interprète un Peer Gynt moderne et sans doute moins déluré et illogique que celui du texte original. Il ne danse que rarement en virtuose et paraphrase, si l’on peut dire, avec beaucoup de scrupules les divers épisodes de la narration. Par ailleurs, les décors, les éclairages, les costumes et le reste de la chorégraphie fourmillent d’inventions, de mouvements et de couleurs rendant le visionnage agréable et sans pesanteur excessive. Ces atouts doivent grandement également au compositeur. Grieg a composé une musique inspirée, riche en rebondissements qui, l’air de rien, conserve un ravissant pouvoir de séduction via ses mélodies travaillées finement et ses harmonies avancées qui lui permettent de plaire aux auditeurs de notre temps. Sa copieuse partition reçoit le renfort à priori un peu surprenant, mais en réalité habilement intégré, de deux compositeurs contemporains, à savoir Mark-Anthony Turnage et , qui se tiennent respectueusement à distance de tout plagiat ou clin d’œil griegiens. Et à ce titre s’intègrent, s’harmonisent et enrichissent la partition originale.

Le chœur et l’ communiquent manifestement leur enthousiasme à l’ensemble de la scène et de la salle. Tous se laissent guider en confiance par la baguette agile et diligente du chef Eivind Gullberg Jensen.

Il en résulte donc un pari vraiment transformé grâce à la cohabitation intelligente et synergique de tous les acteurs de ce généreux et mémorable spectacle.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.