Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Des mondes percussifs riches

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 28-III-2010. François-Bernard Mâche (né en 1935) : Khnoum ; Gérard Grisey (1946-1998) : Stèle ; André Jolivet (1905-1974) : Suite en concert pour flûte et percussions, Cérémonial ; Edgard Varèse (1883-1965) : Ionisation. Hélène Pierrakos, présentation. Jean-Baptiste Leclère, Jean-Yves Sebillote, Christophe Vella, Michel Gastaud, Damien Petitjean, Cécile Bailla, Jérôme Guicherd, percussions. Céline Nessi, flûte.

Salon Musical à l’Opéra Garnier

Le Palais Garnier proposait une soirée presque exclusivement consacrée à la percussion, présentant des œuvres du XXème siècle de différents compositeurs, et dans lesquelles l’influence d’Edgar Varèse, et en particulier de son Ionisation, se faisait toujours ressentir.

La première œuvre jouée, Khnoum, nom qui désigne le dieu égyptien des cataractes, est un morceau dans lequel réside une force brute, animale. Dans ce morceau, le compositeur fait se succéder des passages de musique en suspens et d’autres aux rythmes très saccadés, le tout jusqu’à un final dense dans lequel Khnoum nous démontre toute sa puissance. L’œuvre suivante, Stèle, est elle tout en subtilité. , dans ce morceau écrit pour deux grosses caisses préparées, a su utiliser avec précision et créativité les possibilités inattendues des deux instruments pour façonner un univers beaucoup plus riche et intéressant que ce que l’on pourrait imaginer à partir de cette formation réduite.

La flûte se joint alors aux percussions dans la Suite d’. La flûtiste excelle dans l’exécution d’une partition très ardue, où le compositeur parvient à donner une véritable personnalité à l’instrument, qui semble tenter successivement d’échapper à l’atmosphère inquiétante des percussions puis de dialoguer avec eux. Enfin, les musiciens de l’orchestre de l’Opéra ont montré dans Ionisation, un des premiers morceaux écrits exclusivement pour percussions, les mêmes qualités que dans le reste du programme, et le concert s’est terminé par un autre morceau d’, Cérémonial, écrit en hommage à , et qui, tout en restant dans la continuité d’Ionisation, fait preuve d’un moins grand désir de modernité, et donc d’une moins grande violence, que l’œuvre de son aîné. Les explications d’Hélène Pierrakos sur les différents morceaux joués étaient bienvenus et intéressants, et ont parachevé cette soirée somme toute bien agréable.

Crédit photographique : © DR

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 28-III-2010. François-Bernard Mâche (né en 1935) : Khnoum ; Gérard Grisey (1946-1998) : Stèle ; André Jolivet (1905-1974) : Suite en concert pour flûte et percussions, Cérémonial ; Edgard Varèse (1883-1965) : Ionisation. Hélène Pierrakos, présentation. Jean-Baptiste Leclère, Jean-Yves Sebillote, Christophe Vella, Michel Gastaud, Damien Petitjean, Cécile Bailla, Jérôme Guicherd, percussions. Céline Nessi, flûte.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.