Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

L’Angleterre aime la France !

Plus de détails

Bagnols-en-Forêt. Eglise. 12-VIII-10. Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Motet « Lobet den Herrn ». Françis Poulenc (1899-1963) : Salve Regina. Michael Tippett (1905-1998) : Negro Spirituals. Graham Ross : L’Heure du Berger. Gabriel Faure (1845-1924) : Requiem. Orchestre et chœur de l’Ensemble Cordial, direction : Tom Seligman.

Festival Musiques cordiales

Nos amis anglais ont, outre leur charme inné, une simplicité envers la musique qui n’a d’égale que leur talent et leur enthousiasme. C’est peu dire de l’ambiance conviviale et chaleureuse qui régnait autour des tables, sur le parvis de l’Eglise de Bagnols en Forêt, entre les musiciens de l’Ensemble Cordial après le merveilleux concert qu’ils venaient de donner.

Depuis six ans, la municipalité de Seillans donne carte blanche à l’organisatrice, – au demeurant excellente violoniste et altiste, pour animer ce festival particulier qui rayonne dans le pays varois.

Pendant quelques jours, musiciens professionnels et amateurs de haut niveau se retrouvent et forment une communauté vouée entièrement à la cause musicale, en toute passion.

D’emblée, le chœur montre, dans le Motet Lobet den Herrn alle Heiden de Jean-Sébastien Bach toute les qualités que l’on envie aux chœurs anglais depuis la Renaissance ; fraîcheur des timbres, bel équilibre, justesse et jubilation. Le Salve regina de Poulenc nous apparaît dans toute sa mélancolie dépouillée. Intense et douloureux en son milieux, il se termine dans une atmosphère quasiment irréelle. Les Negro Spirituals de , magifiquement ciselés et très émouvants permettent à la soprano Rosie Bell, au ténor et à la basse Richard Latham de faire valoir leurs grandes qualités expressives. Commandée part pour le festival 2010, L’Heure du Berger de Graham Ross, pour chœur et harpe sur un texte de Verlaine, est un bel hommage à la poésie française par un compositeur d’outre-Manche. On y décèle quelques influences debussystes qui sied fort bien à la nature de l’œuvre. Là encore, le chœur fait preuve d’une délicatesse et d’une finesse extrêmes, superbement soutenu par la harpiste Tanya Houghton.

Le Requiem de Fauré confirme les immenses qualités de l’Ensemble Cordial, émotion infine, pertinence du style et qualité remarquable des solistes. Le jeune Marmaduke Leforestier nous émeut profondément dans le Pie Jesu. Tout au long du concert, le chef Tom Seligman impose son constant souçi de faire en toute simplicité de la très belle musique. Il tient à bout de bras le chœur et ne lâche rien sur l’expressivité, la justesse, l’équilibre des parties ; aucun détail ne lui échappe et c’est pour notre plus grand bonheur.

Crédit photographique : © Jonathan Barker

Plus de détails

Bagnols-en-Forêt. Eglise. 12-VIII-10. Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Motet « Lobet den Herrn ». Françis Poulenc (1899-1963) : Salve Regina. Michael Tippett (1905-1998) : Negro Spirituals. Graham Ross : L’Heure du Berger. Gabriel Faure (1845-1924) : Requiem. Orchestre et chœur de l’Ensemble Cordial, direction : Tom Seligman.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.