Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 16-II-2011. Gustav Mahler (1860-1911) : Todtenfeier, Des Knaben Wunderhorn (extraits), das Klagende Lied (création belge de la version originale). Gabriele Fontana, Hendrickje Van Kerckhove, Ilse Eerens, soprani ; Birgit Remmert, Angélique Noldus, Margriet van Reisen, alti ; Jason Collins, Gijs Van der Linden, Willem Van der Heyden, ténors ; Thomas Johannes Mayer, Friedemann Röhlig, Guillaume Antoine, barytons. Carlo Wilfart et Jannik Georg, solistes des Petits Chanteurs de la Chorakademie de Dortmund. Chœur de La Monnaie, direction : Winfried Maczewski ; The European Union Choir, direction : Dirk De Moor. Orchestre symphonique de La Monnaie, direction : Hartmut Haenchen

Ambiance des grands soirs et foule compacte pour l’un des évènements de la saison de La Monnaie : une création belge d’une œuvre de Mahler ! En effet, la version originale du Klagende Lied n’avait jamais été donnée ! C’est désormais chose faîte sous la battue du grand chef d’orchestre et avec la complicité des forces de l’opéra fédéral belge, largement étoffée dans les rangs de l’orchestre et des chœurs.

Très conceptuel, le programme de ce long concert mettait en confrontation trois partitions du jeune Mahler. Poème symphonique qui sera ensuite étoffé pour devenir le premier mouvement de la symphonie n°2, Todtenfeier ouvrait cette soirée. met en avant la solidité de la construction et de la science orchestrale de Mahler, mais il bute sur un orchestre de La Monnaie qui peine à rentrer dans la pièce. Cinq extraits du Knaben Wunderhorn complétaient cette première partie. Haenchen, avec une vision très noire et expressionniste, de ces pièces impose un accompagnement assez tendu. Le trio de chanteur se tire avec plus (Gabriele Fontana) ou moins ( trop expressionniste et Birgit Remmert trop réservée) des pièges expressifs de cette musique. L’orchestre fait bonne figure mais manque de raffinement.

On pouvait craindre un Klagende Lied appuyé et volontairement dramatique, mais le chef replace cette pièce aux confluences des inspirations et des modèles d’un jeune compositeur. Sa direction se fait fluide et aérée, même si l’orchestre, n’est pas exempt d’un manque de précision, plutôt chez les cuivres et les vents. L’imposante masse chorale manque d’homogénéité et peine à mesurer son enthousiasme, laissant une impression brouillonne. Quant aux chanteurs, ils font preuve de vaillance, d’endurance et de maîtrise face à un effectif instrumental et choral qui remplit fort généreusement la salle du Palais des Beaux-Arts.

Un concert, sur le papier passionnant, mais qui a certainement buté sur le planning de travail actuel de l’orchestre et du chœur, en pleines représentations de Parsifal de Wagner. Le point de satisfaction résidait dans la programmation du Klagende Lied, très rare au concert car passablement coûteux pour les institutions.

Crédit photographique © Hartmut Haenchen / Frank Höhler

 

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 16-II-2011. (1860-1911) : Todtenfeier, Des Knaben Wunderhorn (extraits), das Klagende Lied (création belge de la version originale). Gabriele Fontana, , , soprani ; Birgit Remmert, , , alti ; Jason Collins, Gijs Van der Linden, Willem Van der Heyden, ténors ; , Friedemann Röhlig, Guillaume Antoine, barytons. Carlo Wilfart et Jannik Georg, solistes des Petits Chanteurs de la Chorakademie de Dortmund. Chœur de La Monnaie, direction : Winfried Maczewski ; The European Union Choir, direction : Dirk De Moor. , direction : Hartmut Haenchen

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 16-II-2011. Gustav Mahler (1860-1911) : Todtenfeier, Des Knaben Wunderhorn (extraits), das Klagende Lied (création belge de la version originale). Gabriele Fontana, Hendrickje Van Kerckhove, Ilse Eerens, soprani ; Birgit Remmert, Angélique Noldus, Margriet van Reisen, alti ; Jason Collins, Gijs Van der Linden, Willem Van der Heyden, ténors ; Thomas Johannes Mayer, Friedemann Röhlig, Guillaume Antoine, barytons. Carlo Wilfart et Jannik Georg, solistes des Petits Chanteurs de la Chorakademie de Dortmund. Chœur de La Monnaie, direction : Winfried Maczewski ; The European Union Choir, direction : Dirk De Moor. Orchestre symphonique de La Monnaie, direction : Hartmut Haenchen

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.