La Scène, Opéra, Opéras

Théâtre d’Herblay : l’éternelle jeunesse de Vanessa

Plus de détails

Herblay, Théâtre Roger Barat. 20-V-2012. Samuel Barber (1910-1981) : Vanessa, op. 32, opéra en trois actes sur un livret de Gian-Carlo Menotti. Mise en scène : Bérénice Collet ; scénographie et costumes : Christophe Ouvrard ; lumières : Alexandre Ursini ; chorégraphie : Anne Minetti. Avec : Yun Jung Choi, Vanessa ; Hélène Delavault, la Baronne ; Jacques Bona, le Docteur ; Diana Axentii, Erika ; Thorbjorn Gulbrandsoy, Anatol ; Aurélien Pernay, Nicholas ; Anne Barthel, la Gouvernante ; Yvan Serouge, le domestique. Élèves et professeurs du Conservatoire de musique d’Herblay (chef de chœur : Adam Vidović) ; Orchestre-atelier OstinatO, direction : Jean-Luc Tingaud

C’est un plaisir rare de voir cette œuvre superbe, qui n’a encore jamais été représentée à Paris, d’autant plus que la qualité de l’interprétation donnée au Théâtre d’Herblay (Val d’Oise) est évidente. Les voix sont de dimension adéquate pour cette scène, les timbres mêmes bien adaptés aux personnages, le mezzo frémissant de se heurtant aux timbres plus froids de Vanessa et d’Anatol. Tous enfin, malgré une diction plus ou moins soignée, rendent naturellement et sans effort l’alternance de lyrisme et de conversation en musique. est parfaite, à cela près qu’elle demeure tout au long de l’opéra trop placide. Le choix de la partition révisée par le compositeur ne lui donne pas l’occasion de montrer l’excellence de sa technique dans « l’air du patinage ». donne à son Anatol l’élégance du séducteur, avec des aigus peu appuyés d’ancien baryton. Face à ce couple dont l’égoïsme est récompensé à la fin, Erika et le Docteur demeurent les seuls personnages sympathiques, la présence chaleureuse de et de mettant ainsi en évidence l’une des principales faiblesses de l’œuvre.

Des choix de mise en scène, on peut regretter que certains accentuent encore ce déséquilibre d’une intrigue déjà fort mélodramatique. La fête de fiançailles de Vanessa devient ici une orgie qui touche au grotesque lorsqu’un homme à tête de cheval apparaît, buvant du champagne au goulot, juché sur un gigantesque Ferrero Rocher. Erika, dont l’avortement demeure suggéré dans le livret, est ici accouchée par le docteur derrière un paravent, avec linges sanglants et forceps. Enfin, si les nombreux domestiques sont efficacement utilisés, on ne voit pas bien l’intérêt de doubler la Baronne d’, déjà suffisamment impressionnante, par un personnage muet de gouvernante. Néanmoins, la mise en scène est dans l’ensemble habile et d’une grande beauté, notamment en ce qui concerne la scénographie, les lumières et les costumes.

L’orchestre est quasiment au complet, malgré l’exiguïté du lieu, et les élèves et professeurs du Conservatoire municipal jouent en coulisses pour le bal. Les musiciens se montrent à la hauteur d’une partition orchestrale dont la subtilité et la densité expliquent également pourquoi cet opéra ne séduit pas facilement le public amateur de voix. , attentif à la forme et à la couleur, sait pousser ses troupes au delà de leur timidité, afin d’exalter le jeu des passions qui donne à l’œuvre sa puissance et son charme.

Fierté municipale légitime, donc, en ce dimanche de première. Mais cette brillante entreprise ne verra son aboutissement que lorsque l’opéra de Barber occupera dans le répertoire la place qu’elle mérite auprès des grands drames de Puccini.

Plus de détails

Herblay, Théâtre Roger Barat. 20-V-2012. Samuel Barber (1910-1981) : Vanessa, op. 32, opéra en trois actes sur un livret de Gian-Carlo Menotti. Mise en scène : Bérénice Collet ; scénographie et costumes : Christophe Ouvrard ; lumières : Alexandre Ursini ; chorégraphie : Anne Minetti. Avec : Yun Jung Choi, Vanessa ; Hélène Delavault, la Baronne ; Jacques Bona, le Docteur ; Diana Axentii, Erika ; Thorbjorn Gulbrandsoy, Anatol ; Aurélien Pernay, Nicholas ; Anne Barthel, la Gouvernante ; Yvan Serouge, le domestique. Élèves et professeurs du Conservatoire de musique d’Herblay (chef de chœur : Adam Vidović) ; Orchestre-atelier OstinatO, direction : Jean-Luc Tingaud

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.