Concerts, Danse , La Scène, Spectacles Danse

Pléiades : un concert de musique et de danse

Plus de détails

Théâtre national de Chaillot. 13/II/13. Alban Richard / Percussions de Strasbourg : Pléiades. Conception et chorégraphie : Alban Richard. Musique : Iannis Xenakis, Pléiades. Lumières : Valérie Sigward. Costumes : Corine Petitpierre. Danseurs : Céline Angibaud, Arnaud Cabias, Mélanie Cholet, Max Fossati, Laurie Giordano, Kevin Jean. Percussions de Strasbourg : Claude Ferrier, Bernard Lesage, Keiko Nakamura, Minh-Tam Nguyen, François Papirer, Olaf Tzschoppe

Donner à voir Pléiades de , créé par les en 1979 lors d’un concert avec le Ballet du Rhin, tel est le projet commun du chorégraphe et des percussionnistes alsaciens dans ce concert de musique et de danse.

Honneur à la musique, d’abord, avec Mélanges, la première section qui déploie l’ensemble du parc d’instruments, entre lesquels les musiciens se déplacent, parfois obligés de courir pour respecter les tempi. Silences ensuite pour une pièce de danse, comme en écho à ce que l’on vient d’entendre. Les danseurs ne se distinguent des musiciens en noir que par les paillettes qu’ils portent sur leurs chemises. La chorégraphie, simple, est basée sur des marches, des torsions, des mouvements de bras. Les comptes, dans la danse, sont, comme la battue dans la musique, un point de repère essentiel.

Une fois posées les bases de la pièce, danse et musique peuvent enfin dialoguer, côte à côte ou entremêlées. Il faut, pour cela, faire un peu de place et rouler les instruments sur le côté dans un lent ballet qui évoque les déplacements des avions dans un aéroport. Claviers propose deux espaces différenciés, où musique et danse se côtoient. Métaux intègre le parcours des danseurs à l’intérieur du parc d’instruments. Souvent, la musique domine la danse, en créativité, en présence, en puissance. Parfois, le dialogue est équilibré, équitable, comme si la musique cédait enfin la place au mouvement pur. Danseurs et musiciens sont alors à l’unisson dans une explosion rythmique tout à fait fascinante.

Dans Peaux, la séquence finale, jubilatoire, montre qu’il a pu se mesurer au compositeur. Il se rapproche alors d’une Anne-Teresa de Keersmaeker ou d’une Lucinda Childs dans leur intelligence musicale et leur compréhension intime de la musique contemporaine. Mais il n’ose pas encore suffisamment s’éloigner du note à note, de la lecture littérale des lignes rythmiques pour proposer son propre langage chorégraphique.

Plus de détails

Théâtre national de Chaillot. 13/II/13. Alban Richard / Percussions de Strasbourg : Pléiades. Conception et chorégraphie : Alban Richard. Musique : Iannis Xenakis, Pléiades. Lumières : Valérie Sigward. Costumes : Corine Petitpierre. Danseurs : Céline Angibaud, Arnaud Cabias, Mélanie Cholet, Max Fossati, Laurie Giordano, Kevin Jean. Percussions de Strasbourg : Claude Ferrier, Bernard Lesage, Keiko Nakamura, Minh-Tam Nguyen, François Papirer, Olaf Tzschoppe

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.