Concerts, La Scène, Musique symphonique

Yutaka Sado, Verdi et Paris

Plus de détails

Paris, Salle Pleyel. 05-VI-2013. Jacques Ibert (1890-1962) : Divertissement ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Rhapsodie sur un thème de Paganini op.43 ; Giuseppe Verdi (1813-1901) : ouverture et choeurs d’opéras. Boris Berezovsky, piano. Choeur de l’Orchestre de Paris (chef de choeur : Lionel Sow), Orchestre de Paris, direction : Yutaka Sado

L’année Verdi n’a pas (encore) permis aux salles parisiennes de présenter des raretés du Maître de Bussetto. En dehors de l’avalanche de Requiems et autres choeurs d’opéras, on cherche encore l’ultime chef d’oeuvre, les Quattro Pezzi Sacri, la Missa di Gloria de jeunesse ou la première version du Libera me (de la Messa per Rossini).

C’est néanmoins par un programme composite, mêlant à Verdi Ibert et Rachmaninov, avec le pianiste-star que l’ rend hommage au compositeur de La Traviata. Le Divertissement pour orchestre de chambre de en ouverture se perd un peu dans la vaste conque de Pleyel. , ici en plein dans son répertoire, se perd pourtant dans des tempi trop rapides, privant l’oeuvre de son humour. Or sans la dérision nécessaire cette oeuvre tombe à plat.

La Rhapsodie sur un thème de Paganini est un des chevaux de bataille de tout pianiste désireux de montrer sa virtuosité. Evidemment avec le risque d’être déçu est quasi nul. Là encore les tempi se bousculent, l’oeuvre de respire guère, même dans ses variations les plus lentes. Orchestre et pianiste maîtrisent leur art et malgré la vitesse effrénée jamais l’un ne court derrière l’autre. En bis, une reprise de la variation XVIII (Adagio cantabile) cette fois plus calme – et pleinement réussie – et le Prélude n°5 en sol mineur op.23, virtuose à souhait.

Enfin vint Verdi. L’écriture chorale lyrique est-elle soluble dans un choeur amateur, fut-il de haut niveau ? Quand Verdi compose son Requiem ou ses Quattro Pezzi Sacri, prévus pour un vaste ensemble, son écriture n’est pas la même que celle pour les opéras – prévus tout au plus pour une quarantaine de chanteurs professionnels. Le Choeur de l’, très bien préparé par Lionel Sow, ne démérite pas mais manque de mordant et de précisions dans ces extraits d’opéras à l’écriture virtuose. , que l’on ne connaissait pas dans ce répertoire, se surpasse. L’orchestre, bien que toujours très lyrique, ne s’épanche jamais et ne couvre pas le choeur, l’ensemble chante et respire, loin de la course à la vitesse de la première partie. Avec en bis toute la scène triomphale d’Aida, on en redemande encore.

Plus de détails

Paris, Salle Pleyel. 05-VI-2013. Jacques Ibert (1890-1962) : Divertissement ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Rhapsodie sur un thème de Paganini op.43 ; Giuseppe Verdi (1813-1901) : ouverture et choeurs d’opéras. Boris Berezovsky, piano. Choeur de l’Orchestre de Paris (chef de choeur : Lionel Sow), Orchestre de Paris, direction : Yutaka Sado

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.