À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Premier enregistrement mondial de La concordia de pianetti de Antonio Caldara

Plus de détails

Antonio Caldara (c.1670-1736) : La Concordia de’ pianeti. Delphine Galou, Venere ; Veronica Cangemi, Diano ; Ruxandra Donose, Giove ; Franco Fagioli, Apollo ; Carlos Mena, Marte ; Daniel Behle, Mercurio ; Luca Tittoto, Saturno. La Cetra Barockorchester Basel ; Ensemble vocal de Bâle, dir. Andrea Marcon. 2 CD Archiv Production. Réf. : 479 3356, code barre : 0 28947 93356 4. Enregistrement réalisé au Konzerthaus de Dortmund du 13 au 19 janvier 2014. Notice trilingue (français-allemand-anglais). Durée : 58’14 et 49’53

 

caldara_concordia-archivLa discographie éparse de Antonio Cadara ne rend pas compte de l’immensité de sa production.Voici une étape majeure de sa résurrection.

Elève de Giovanni Legrenzi, Caldera devient successivement violoncelliste, chantre à Saint-Marc de Venise, maître de chapelle du duc de Mantoue, compositeur lié au théâtre San Giovanni Chrisostomo à Venise et maître de chapelle du prince Ruspoli à Rome (1709-1716). Plus tard, après être passé par Barcelone, il gagne Vienne appelé par l’empereur Charles VI au mariage duquel il avait participé en Espagne. Nommé vice-maître de chapelle impérial, il demeure y demeure jusqu’à sa mort et œuvre sous l’autorité de Johan Joseph Fux (1660-1741). Tout au long de cette brillante carrière il compose énormément.

Dans son article du New Grove, Robert Freeman avance le chiffre astronomique de 3400 partitions ! C’est dire si marqua de son empreinte son époque ; sa musique fut connue de Joseph Haydn, du grand Mozart et de l’école de Mannheim. Caldara au plan esthétique se positionne entre le baroque et le pré-classicisme. Ses exceptionnels dons mélodiques et son art consommé du contrepoint sont redevables de Corelli et Gabrieli, de l’opéra vénitien et annoncent l’art vocal de l’école napolitaine tout en enrichissant sa musique de beaux thèmes, d’un lyrisme plus présent et d’un traitement encore peu répandu des sentiments ressentis et exprimés.Toutes ces qualités et leur progression se retrouvent dans ses nombreux opéras (au moins 90 !), dans ses oratorios (plus de 30), ses messes (une trentaine), motets et pièces sacrées, ses cantates profanes (une centaine) sans oublier sa musique instrumentale (profusion de sonates, quatuors, pièces pour clavecin…).

Les magnifiques acteurs de ce premier enregistrement mondial de La Concorde des planètes, une fête théâtrale, composée en 1723 sur un texte de Pariati, réussissent à nous transporter avec allégresse au sein d’un monde certes révolu mais néanmoins dispensateur d’un climat subtil et multiple. Merci donc à pour cette réalisation de très haut vol qui sans aucun doute fera date grâce à ses musiciens (superbe orchestre renforcé de trompettes et des timbales) et à ses chanteurs impliqués et admirables, et ce en dépit d’un livret plus que daté voire totalement désuet.

(Visited 295 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Caldara (c.1670-1736) : La Concordia de’ pianeti. Delphine Galou, Venere ; Veronica Cangemi, Diano ; Ruxandra Donose, Giove ; Franco Fagioli, Apollo ; Carlos Mena, Marte ; Daniel Behle, Mercurio ; Luca Tittoto, Saturno. La Cetra Barockorchester Basel ; Ensemble vocal de Bâle, dir. Andrea Marcon. 2 CD Archiv Production. Réf. : 479 3356, code barre : 0 28947 93356 4. Enregistrement réalisé au Konzerthaus de Dortmund du 13 au 19 janvier 2014. Notice trilingue (français-allemand-anglais). Durée : 58’14 et 49’53

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.