Danse , La Scène, Spectacles Danse

Le virus d’Ohad Naharin prend à Chaillot

Plus de détails

Paris. Théâtre national de Chaillot. 17/XII/14. Batsheva Dance Company : Naharin’s Virus. Chorégraphie : Ohad Naharin, en collaboration avec les danseurs. D’après la pièce de Peter Handke, « Outrage au public ». Musique originale et conseiller musical : Karni Postel. Musique : Samuel Barber, Carlos D’Alessio, P. Stokes, P. Parson. Musique traditionnelle : Habib Alla Jamal. Chant : Shama Khader. Répétiteur : Luc Jacobs. Assistant : Gili Navot Friedman. Costumes : Zohar Shoef, Rakefet Levy. Lumières : Avi Yona Bueno (Bambi). Son : Frankie Lievaart, Haim Laroz. Tradution : Michael Roloff. Avec William Barry, Omri Drumlevich, Bret Easterling, Iyar Elezra, Rani Lebzelter, Eri Nakamura, Rachael Osborne, Shamel Pitts, Oscar Ramos, Nitzan Ressler, Ian Robinson, Or Meir Schreiber, Maayan Sheinfeld, Bobbi Smith, Zina (Natalya) Zinchenko, Adi Zlatin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERADe retour à Chaillot pour les fêtes avec deux spectacles, la tend la main à la Palestine dans Naharin’s Virus.

A partir d’un texte de Peter Handke sur le théâtre, qui interpelle, loue et insulte les spectateurs, le chorégraphe israélien a créé en 2001 une pièce en abîme, où le texte se reflète dans la danse. Elle est aujourd’hui présentée pour la première fois à Paris.

Avec son exceptionnelle compagnie de danseurs, à la fois souples et toniques, il tire un fil œcuménique et multiculturel en écho aux trois religions partagées sur la terre d’Israël. Musique palestinienne, chants sacrés, évocation d’une Bat Mitsvah… les croisements sont nombreux et toujours employés avec réserve et modestie. Tout en étant politique, cette pièce n’attise jamais les tensions et enrichit le terreau de la réconciliation.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La danse, comme toujours chez , la danse est énergétique, mais pas ethnique, ni folkorique. Cette neutralité corporelle et chorégraphique des danseurs, aux cheveux tirés en chignons, est renforcée par les costumes unisexes et androgynes : un académique couleur de craie aux jambières noires.

Au fil du spectacle, le texte de Handke prononcé par l’un des danseurs, juché sur le sommet d’un immense tableau noir placé au fond de la scène, devient de plus en plus violent et insultant en direction des spectateurs. Devant lui, les quinze autres danseurs entament une danse traditionnelle répétitive, la main tendue vers le ciel, comme en transe. C’est calme et impressionnant…

Photo : © Gadi Dagon

Plus de détails

Paris. Théâtre national de Chaillot. 17/XII/14. Batsheva Dance Company : Naharin’s Virus. Chorégraphie : Ohad Naharin, en collaboration avec les danseurs. D’après la pièce de Peter Handke, « Outrage au public ». Musique originale et conseiller musical : Karni Postel. Musique : Samuel Barber, Carlos D’Alessio, P. Stokes, P. Parson. Musique traditionnelle : Habib Alla Jamal. Chant : Shama Khader. Répétiteur : Luc Jacobs. Assistant : Gili Navot Friedman. Costumes : Zohar Shoef, Rakefet Levy. Lumières : Avi Yona Bueno (Bambi). Son : Frankie Lievaart, Haim Laroz. Tradution : Michael Roloff. Avec William Barry, Omri Drumlevich, Bret Easterling, Iyar Elezra, Rani Lebzelter, Eri Nakamura, Rachael Osborne, Shamel Pitts, Oscar Ramos, Nitzan Ressler, Ian Robinson, Or Meir Schreiber, Maayan Sheinfeld, Bobbi Smith, Zina (Natalya) Zinchenko, Adi Zlatin.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.