Salonen et le Philharmonia Orchestra, tambour battant

Concerts, La Scène, Musique symphonique

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 07-XII-2015. Ludwig Van Beethoven (1770-1827) : Zur Namensfeier, ouverture symphonique en ut majeur op. 115 ; Symphonie n° 2 en ré majeur op. 36. Johannes Brahms (1833-1897) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op. 77. Arabella Steinbacher, violon. Philharmonia Orchestra, direction : Esa-Pekka Salonen.

8939b602c769ee8257f6e92691046a32244e39e1La superbe machine orchestrale du est menée par au Théâtre des Champs-Elysées. Dès le premier accord de l’Ouverture de Beethoven, la manière est entendue : ce sera vite, fort et souvent un peu brusque.

Le concert débute en fanfare, presqu’au sens propre, avec cette ouverture peu jouée de Beethoven, puisque le thème est celui du Postillon de Karlsbad. C’est enlevé, rapide, un peu tonitruant aussi par moments mais l’orchestre brille de tous ses feux.

Cette direction dynamique mais souvent un peu lourde, va nuire au concerto de Brahms et étouffer quelque peu le jeu de la soliste . Elle a du mal à lutter avec la masse de l’orchestre avec qui le dialogue ne s’établit pas vraiment. C’est ainsi par exemple que la thématique tsigane du début du troisième mouvement ne semble pas comprise tout à fait de la même façon à l’archet (convaincant) qu’au pupitre (pas tout à fait dans l’esprit). La violoniste donnera un beau bis, Obsession d’, où l’on pourra mieux percevoir toutes les qualités de son jeu.

Le premier mouvement de la deuxième symphonie de Beethoven séduit : tempo rapide, élan irrésistible, précision de tous les instants, le chef fait rutiler l’orchestre, notamment les bois et les cuivres trop relégués dans Brahms. Mais le mouvement lent semble s’enliser par moments. Ce qui peut rester des époques antérieures dans cette œuvre est gommé, au profit d’une vision tournée vers les symphonies à venir.

Esa-Pekka Salonen propose une vision de ces pages orientée plus dans le sens d’une jouissance, voire d’une excitation sonores que dans la mise en valeur de la construction et du matériau thématique et peine à susciter une vraie émotion musicale, notamment dans les mouvements lents. Cette vision est servie par un Philharmonia brillant et puissant : une superbe machine orchestrale dont on regrette qu’elle ait été conduite trop souvent « à la baguette », sans vraie mise en valeur du potentiel de tous les pupitres et de la soliste.

Crédit photographique : © DR

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.