FBS-ResMusica-mégaBannière

Spectacle de l’École de danse de l’Opéra : à l’image de la compagnie

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Paris. Palais Garnier. 13-IV-2018.
Suite de danses. Chorégraphie: Ivan Clustine, réglée par Pierre Lacotte. Musique : Frédéric Chopin.
Un Ballo. Chorégraphie: Jiří Kylián. Musique : Maurice Ravel. Costumes : Joke Visser. Lumières : Joop Caboort.
Spring and Fall. Musique : Antonín Dvořák. Chorégraphie : John Neumeier.
École de danse de l’Opéra national de Paris. Direction : Élisabeth Platel. Orchestre de l’Opéra national de Paris ; direction musicale : Felix Krieger

Ecole de danse 2018Le Spectacle de l’École de danse de l’Opéra national de Paris est un des rendez-vous réguliers annuels de la saison au Palais Garnier permettant de suivre l’évolution des jeunes danseurs qui pourront intégrer la compagnie pour certains d’entre eux à la fin de l’année alors que la plupart devront trouver un engagement dans une troupe à l’international – ou très rarement en France.

C’est, à chaque fois, un déchirement de voir tant d’années de travail devoir partir ailleurs alors qu’ils ont été repérés et admirés au gré des saisons dans les Démonstrations et le Spectacle. En entrée de cette soirée, le classique comme fer de lance de la Troupe avec Suite de Danses, ballet dans la lignée des Sylphides de Fokine et dont l’idée d’un académisme romantique (et finalement assez peu commun encore en 1913, année de la création) sera repris dans Suite en Blanc de Lifar et Soir de Fête d’Aveline. C’est dans cet exercice de style rigoureux que se développent toutes les qualités travaillées sans relâche par les danseurs. Là se trouvent toute la propreté de l’en-dehors (débarrassé de toute l’emphase excentrique de la démonstration gymnastique), le croisement net et brillant des entrechats, l’équilibre dans les figures académiques tels que l’arabesque ou les grands sauts. Sans avoir à relever un nom d’artiste en particulier, on décèle déjà des graines de soliste qui auront fort à faire pour se démarquer de leurs aînés une fois arrivés dans la compagnie s’ils sont engagés, d’autant que les exigences demandées à l’École seront forcément en butte avec la frustration engendrée par la composition des saisons de la compagnie qui est de plus en plus tournée vers le répertoire néoclassique.

C’est ainsi que les deux autres pièces présentées correspondent à l’image de ce que donne en spectacle le Corps de Ballet. Un Ballo de fait son entrée au répertoire de l’École de danse ; composée à l’origine pour le Nederlands Dans Theater (NDT) 2 (la compagnie des « jeunes » en contraste de la « régulière » NDT 1 et celle des plus avancés en âge NDT 3), elle met en scène cinq couples qui doivent intégrer un langage très singulier, faisant intervenir une expressivité importante dans le haut du corps. C’est une très belle réussite de voir combien l’apprentissage de la danse académique permet d’appréhender avec autant de finesse la versatilité des différentes grammaires chorégraphiques.

En revanche, pour le troisième ballet, Spring and Fall, qui fait également son entrée au répertoire de L’École, l’ensemble paraît un peu plus poussif. Maintenir l’attention pendant près de 35 minutes est un enjeu plus important que pour la dizaine de minutes d’Un Ballo. Certes, Spring and Fall permet de faire intervenir beaucoup plus d’élèves sur scène. La danse de est de plus assez organique, saine, évidente, et ne violente pas ces corps d’adolescent en formation. Sur le support musical de la Sérénade pour cordes en mi majeur (opus 22) d’Antonín Dvořák, cette pièce a l’avantage d’être extrêmement agréable ; mais malgré les efforts des danseurs, les entrées successives semblent se suivre sans réellement permettre une démarcation qui frapperait les esprits et c’est dans une certaine langueur que se clôt un spectacle plutôt bien ficelé, comme ce que propose habituellement la directrice de L’École , et qui est à l’image de l’inclination artistique prise par la direction de la danse de l’Opéra de Paris.

Crédit photographique : Suite de danses © David Elofer/ Opéra National de Paris

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.