Banniere-ClefsResmu-ok

Laurence Equilbey et La Fura dels Baus : foisonnante Création

À emporter, DVD, DVD Musique, Musique d'ensemble

Joseph Haydn (1732-1809) : La Création, oratorio en trois parties sur un livret de Gottfried van Swieten d’après Paradise lost de Milton. Mise en scène: La Fura dels Baus-Carlus Padrissa. Costumes : Clara Sullà. Vidéo: Marc Molinos. Avec: Mari Eriksmoen, Gabriel/Eva; Martin Mitterrutzner, Uriel, Daniel Schmutzhard, Raphael/Adam. accentus, Insula Orchestra, direction : Laurence Equilbey. 1 DVD Naxos. Réalisation de la vidéo : Isabelle Soulard. Filmé le 12 mai 2018 à l’Auditorium de La Seine Musicale. Supplément : La Création de la Création. Notice trilingue : anglais, français, allemand. Durée: 138’

 

La-Creation-DVD-naxos tente de transformer la plus célèbre partition de Haydn en une odyssée de l’espace et de l’espèce qui pourrait trouver place dans les salles de cinéma.

Création à tous niveaux. Quand, au printemps 2017 , la lumière fut sur la flambante Seine Musicale, le choix de sembla des plus appropriés pour tester les limites scéniques de son Auditorium. On retrouva donc les grandes qualités du collectif catalan (des vidéos sidérantes) mais aussi les défauts déjà patents d’un Ring pourtant encensé (kitsch costumier, arsenal balistique pesant, direction d’acteurs sommaire). Si Àlex Ollé a par la suite démontré qu’il pouvait donner chair et sang au spectaculaire, (Tristan, Holländer et Alceste à Lyon), son comparse en reste à l’émerveillement de la technologie. Cela convient pour partie au versant space opera de La Création. Avec le dialogue du virtuel (murs d’écrans mouvants s’effondrant au finale) et du réel (une armada planétaire de ballons en apesanteur), Padrissa n’a aucun mal à nous offrir le frisson du Big Bang, la rotation des planètes, l’infini galactique, la double hélice ADN, la naissance du premier homme et l’on ouvre grand les yeux, jusqu’à l’apparition émouvante, au Sixième jour, d’un Gerard Mortier disparu en 2014 et qui, dès 1999, avait révélé à Salzbourg (La Damnation de Faust) le style inédit de La Fura dels Baus.

Mais l’on demeure toujours circonspect face à la garde-robe chiffonnée des solistes, comme à l’utilisation d’un chœur aux déambulations migratoires indéchiffrables si l’on n’a pas lu la note d’intention, et muni de tablettes à tout faire : d’abord disposées en anneau wagnérien autour de l’entité créatrice, braseros de fortune, commodes pense-bêtes pour choristes, ces dernières seront aussi pots à lait sur Auf grünen Matten weidet schon das Rind et, plus sérieusement, messagères (la vibrante constellation finale égrenée lettre à lettre: Our thirst for life is infinite.)

Une ambition aussi généreuse aurait mérité un filmage plus prudent. Or Sylvie Soulard, inexplicablement soucieuse de se mettre à la place de chaque spectateur, multiplie à l’excès les plans de biais, ce qui est redoutable pour un spectacle qui fonctionne bien de face comme à une certaine distance. Les nombreux textes énoncés par la vidéo, à même d’éclairer la conception de Padrissa, l’intéressent de surcroît assez peu.

On n’aura qu’éloge pour la direction musicale, moderne, vivante et grandiose, qu’Equilbey ourle au moyen de délicates volutes de piano forte (ici tenu par ). Le chœur est transcendant. L’Uriel de est déjà le Tamino que nous avions décelé à La Côte-Saint-André. est tout aussi radieuse que . On entend chez , élégant et naturel, actuellement maître-chanteur chez Barrie Kosky à Bayreuth, le devenir des grands rôles wagnériens. Ajoutons que ces trois héros plongent tête baissée dans l’univers émerveillé de Padrissa qui les fait chanter dans les airs comme dans l’eau des origines.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.