À emporter, CD, Musique symphonique

Hommage de la radio bavaroise à Bernard Haitink pour ses 90 ans

Plus de détails

Bernard Haitink – Portrait. Joseph Haydn (1732-1809): La Création ; Les Saisons. Ludwig van Beethoven (1770-1827): Missa Solemnis. Anton Bruckner (1824-1896): Symphonies n° 5 et 6. Gustav Mahler (1860-1911): Symphonies n° 3, 4 et 9. Camilla Tilling, Genia Kühmeier , Julie Kaufmann, Juliane Banse (sopranos), Elisabeth Kulman, Gerhild Romberger (mezzo-sopranos), Herbert Lipper, Mark Padmore (ténors), Hanno Müller-Brachmann (baryton-basse), Alan Titus (basse) , Augsburger Domsingknaben (direction Reinhard Kammler), Choeur de la radio bavaroise (direction Peter Dijkstra, Yuval Weinberg), orchestre symphonique de la radio bavaroise, direction Bernard Haitink . 1 coffret 11 CD BR Klassik 900174. Enregistré entre novembre 1997 et mai 2017 à la Herkulesaal et la philharmonie de Gasteig, Munich. Notice bilingue (anglais, allemand) Durée : 11h21

 

Les Clefs ResMusica

haitink

aura quatre-vingt dix ans en mars prochain. Pour lui rendre hommage, la firme discographique de la radio bavaroise publie quelques gravures avec l’orchestre maison, dans un coffret où ne figurent que des chefs d’oeuvre tous interprétés avec l’intimidante hauteur de vue et la pureté de style du maître.

Aujourd’hui, le vétéran Haitink n’a guère de rival dans le monde des grands chefs d’orchestre, hormis sans doute son aîné de deux ans Herbert Blomstedt. Comme lui, il est parvenu à une maîtrise du style telle que ses interprétations ont un goût d’évidence particulièrement impressionnant.

Le coffret de la radio bavaroise présente deux chefs-d’oeuvre auxquels le maître néerlandais n’est venu que tardivement, les deux grands oratorios de Haydn. Il y développe un style d’une parfaite pureté et d’un lyrisme plus humain que Karajan jadis, moins tourné vers l’effet de l‘instant que Harnoncourt. Mais, bénéficiant d’un orchestre somptueux, d’un chœur d’une perfection plastique absolue, il entoure des solistes d’exception et recrée un monde rayonnant et d’une plénitude esthétique qui nous comble. Un pas supplémentaire est franchi avec la Missa Solemnis, grandiose, une vraie réussite d’un chef dont l’approche beethovénienne n’a paradoxalement jamais été considérée comme essentielle, comme si sa trop grande probité ne suffisait pas face aux géants du passé. Et pourtant, dans cette page que Furtwängler dans sa maturité n’osait plus aborder, Haitink impose à nouveau un équilibre souverain et une intensité orante qui nous touchent immédiatement.

En revanche, le maestro a, dès l’époque où il dirigeait le Concertgebouw, toujours démontré ses évidentes affinités avec Bruckner et Mahler, alors que ses prédécesseurs avaient cultivé tantôt le maître de saint Florian (Jochum, van Beinum) soit son disciple (Mengelberg), mais pas les deux à la fois. Ses Symphonies n° 5 et n° 6 d’ s’imposent avec une lisibilité d’où naît le lyrisme et l’émotion, aussi loin de la tension apocalyptique d’un Furtwängler ou des fulgurances mystiques de Jochum que de la démesure d’un Celibidache. De même ses symphonies de se gardent des excès (parfois sublimes) d’un Bernstein à fleur de peau, ou des tourments d’un Karajan dans l’ultime Neuvième. Mais aucun chef n’a jamais dominé l’immense architecture de la Symphonie n° 3 comme Haitink, unifiant les éléments disparates de cette partition gigantesque avec élévation. L’adagio final de cette symphonie respire avec une intensité et une splendeur sonore sans égal, qui en fait sans doute, plus encore que celui de la Symphonie n° 9, l’apothéose de ce coffret.

Les solistes sont tous d’un niveau digne du chef, notamment dans le lied final de la Symphonie n°4 et l’ensemble constitue un hommage superbe à un immense chef d’orchestre, musicien avant tout. Ennemi de l’effet mais capable de mener un orchestre précisément là où il le veut, Haitink est l’un des plus grands maîtres de notre époque. Ce portrait lui rend un hommage particulièrement émouvant.

Plus de détails

Bernard Haitink – Portrait. Joseph Haydn (1732-1809): La Création ; Les Saisons. Ludwig van Beethoven (1770-1827): Missa Solemnis. Anton Bruckner (1824-1896): Symphonies n° 5 et 6. Gustav Mahler (1860-1911): Symphonies n° 3, 4 et 9. Camilla Tilling, Genia Kühmeier , Julie Kaufmann, Juliane Banse (sopranos), Elisabeth Kulman, Gerhild Romberger (mezzo-sopranos), Herbert Lipper, Mark Padmore (ténors), Hanno Müller-Brachmann (baryton-basse), Alan Titus (basse) , Augsburger Domsingknaben (direction Reinhard Kammler), Choeur de la radio bavaroise (direction Peter Dijkstra, Yuval Weinberg), orchestre symphonique de la radio bavaroise, direction Bernard Haitink . 1 coffret 11 CD BR Klassik 900174. Enregistré entre novembre 1997 et mai 2017 à la Herkulesaal et la philharmonie de Gasteig, Munich. Notice bilingue (anglais, allemand) Durée : 11h21

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

  • Michel LONCIN

    Dommage qu’il n’ait pas dirigé Chostakovitch avec les Bavarois : Haitink est un des rarissimes directeurs musicaux de « l’ouest » à avoir rendu comme il convient, sans concession aucune au « musicalement correct », le « son » chostakovien et la tragédie de sa pensée !!!

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.