L’oiseau de feu, formidable théâtre sonore de Mirga Gražynitė-Tyla

Concerts, La Scène, Musique symphonique

Luxembourg. Philharmonie. György Ligeti (1923-2006) : Concert Românesc ; Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Concerto pour piano et orchestre N° 5 ; Igor Stravinsky (1882-1971) : L’Oiseau de feu. Yuja Wang piano ; City of Birmingham Symphony Orchestra ; direction : Mirga Gražinyte-Tyla

190523_GA_GOR_CBSO_Grazinyte-Tyla_ Wang_c_Sébastien_Grébille (7) - CopieDirectrice musicale de l’orchestre de Birmingham depuis 2016, la jeune cheffe Mirga Gražynitė-Tyla enflamme également musiciens et public.

Tant de programmes de concerts se contentent d’accumuler des œuvres hétéroclites ; pour son étape à Luxembourg, le , lui, propose une soirée où la cohérence musicale est évidente même pour le plus inattentif des auditeurs ­– dans le travail du son, mais aussi dans le grand spectacle sonore. Le Concerto românesc de György Ligeti est encore pesamment marqué par l’influence de Bartók et par la chape de plomb stalinienne, même si les chefs-d’œuvre des années à venir pointent déjà leur nez ici et là. L’interprétation du CBSO et de sa directrice musicale ne refuse pas les plaisirs simples du folklore transylvain que la partition offre à profusion, avec une ivresse sonore qui n’interdit pas les aspérités que Ligeti y dissimule à plaisir.

Pas moins spectaculaire, le Concerto n° 5 de met en vedette . Elle s’y livre avec une énergie qui ne surprendra personne, avec un efficace sens de l’humour musical que Prokofiev distille généreusement. Son écriture pianistique n’oublie pas que le piano est après tout une sorte de percussion ; se saisit de l’occasion avec gourmandise, mais il n’est pas sûr que ce soit toujours au bénéfice de l’œuvre ; la virtuosité sans effort apparent dont elle fait preuve mérite l’admiration, mais ce jeu presque constamment fortissimo, écrasant les touches du Steinway, est trop monotone pour rendre pleinement justice à l’œuvre.

Malgré les généreux bis que lui offre, c’est la seconde partie du concert consacrée à qui suscite le plus d’enthousiasme de la part du public, à raison. L’Oiseau de feu est un révélateur idéal pour un orchestre et un chef, et Mirga Gražynitė-Tyla en propose une interprétation proprement ébouriffante. Cet Oiseau de feu ne se dépasse qu’à peine les 45 minutes habituelles, mais il donne l’impression que la jeune cheffe prend son temps. Le théâtre est présent de bout en bout ; le primitivisme du conte avec sa naïveté réjouissante est avec la rouerie moderniste de Stravinsky en un équilibre instable dont les paramètres ne cessent d’être réinventés. On peut admirer le travail de détail qui donne à chaque épisode sa plénitude sonore ; elle sait donner à telle mélodie des cordes un galbe généreux, mais aussi passer sans transition d’une atmosphère à une autre, et son travail rythmique va bien au-delà de la simple précision. Il y a là un plaisir enfantin à trembler devant le danger qui rôde, à se débattre avec l’oiseau, à se laisser surprendre par les brusques explosions de l’orchestre, et il y a aussi un art sonore d’une inouïe invention qui place le spectateur dans la position enviable des premiers spectateurs de 1910. L’orchestre atteint des sommets de plénitude sonore, mais c’est tout juste si on a le temps de goûter sa performance tant la force démiurgique de l’interprétation coupe le souffle.

Depuis 1998, on avait eu tendance à voir dans le CBSO d’abord l’ancien orchestre de Simon Rattle ; désormais, il a retrouvé avec Mirga Gražynitė-Tyla une artiste capable de le porter sur les sommets.

Crédit photographique : © Sébastien Grébille

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
  • dllerr

    If only the critic has ever opened a score of Prokofiev piano concerto 5, he would know Wang’s dynamics was played exactly as marked on the score by Prokofiev himself. She played constantly fortissimo? A bald-faced lie, and an easily disprovable one. Anyone can go onto medici. tv now and listen for free and with a score in hand to her recent performance of this concerto. You will start to wonder if reviewing this unfamiliar and rarely played concerto is quite beyond this critic’s capability.

  • Michel LONCIN

    Une seule remarque : l’ABSURDE « féminisation » de maints vocables français relevant du « genre » neutre … Ainsi l’affreuse féminisation « cheffe » !!!

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.