Début discographique du ténor Michael Fabiano

À emporter, CD, Opéra

Giuseppe Verdi (1813-1901) : « Oh! fede negar potessi … Quando le sere al placido » de Luisa Miller ; « La donna è mobile » de Rigoletto ; « Forse la soglia attinse … Ma se m’è forza perderti » d’Un ballo in maschera ; « Qual sangue sparsi … S’affronti la morte » de La forza del destino ; « Odi il voto … Sprezzo la vita » d’Ernani ; « Notte, perpetua notte … Non maledirmi » d’I due Foscari ; « Ciel, che feci! … Ciel pietoso » d’Oberto ; « Ah sì, ben dite … Tutto parea sorridere … Pronti siate a seguitarmi » d’Il corsaro. Gaetano Donizetti (1797-1848) : « Veleno è l’aura ch’io respiro … Fu macchiato l’onor mio … Sfolgorò divino raggio » de Poliuto ; « Tombe degli avi miei … Fra poco a me ricovero » de Lucia di Lammermoor ; « Alma soave e cara » de Maria di Rohan. Michael Fabiano, ténor ; London Philharmonic Orchestra ; London Voices ; direction : Enrique Mazzola. 1 SACD hybride Pentatone. Enregistré en église Saint Jude-on-the-Hill à Londres en août et septembre 2018. Notes de présentation en anglais. Durée : 57:03

 

Les Clefs ResMusica

827949075063Voici un récital pleinement réussi du ténor .

Ayant pris, avec beaucoup de succès, le rôle de Rodolfo dans La Bohème de Puccini, ainsi que celui de Cassio dans Otello de Verdi, , né en 1984 aux États-Unis, nous a déjà montré son goût de l’opéra italien. Pour le présent disque, pour lequel il est tout seul à chanter, il aborde des airs extraits d’œuvres scéniques de et de .

Michael Fabiano est doté d’une voix profonde, d’une étendue et d’une agilité impressionnantes, avec un timbre mélodieux et agréable. Il convainc aussi bien par la souplesse dans l’émission et la clarté de la diction que par le sens du tragique et, pour les cantilènes, celui de la poésie et d’une passion sublime. Ses interprétations combinent aisément la sincérité, l’élégance du phrasé, la simplicité des moyens (ce qui est probablement ce qu’il y a de plus difficile dans ce répertoire) et l’intensité expressive. Les héros qu’il incarne éprouvent – et nous font donc percevoir – des émotions fortes, que ce soit le désespoir dû aux tourments d’une passion amoureuse, le désir de vengeance ou la prière à Dieu.

Le et le chœur London Voices dirigés par s’avèrent un excellent et attentif accompagnateur de ces moments, surtout en pleine harmonie avec les états d’âme des personnages créés par le ténor, mais également parce qu’ils offrent une belle diversité des couleurs.

Bien que le minutage de cette parution ne soit pas trop généreux, nous nous délectons du début à la fin.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.