Danse , La Scène, Spectacles Danse

Danse sportive made in L.A.

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 31-X-2019. L.A. Dance Project / Benjamin Millepied : Made in L.A. Split Step : Chorégraphie : Emily Mast et Zack Winokur. Lumières : Christopher Kuhl. Musique originale : Evan Mast. Design sonore : Yehuda Duenyas. Costumes : Emily Mast & Zack Winokur, en collaboration avec Anthony Bryant, Daisy Jacobson, David Freeland Jr., Doug Baum, Gianna Reisen, Janie Taylor, Mario Gonzalez et Rachelle Rafailedes et Jessica Owen.
Kinaesonata : Chorégraphie : Bella Lewitzky, remontée par Walter Kennedy. Concept visuel : Charles Gaines. Musique : Alberto Ginastera, Sonate pour piano n°1, Op. 22 (interprété par HyeJin Kim, enregistrée avec le soutien de la Colburn School). Lumières : François-Pierre Couture. Costumes : Jessica Owen, costumes
5 live calibrations. Chorégraphie : Madeline Hollander. Musique originale : Celia Hollander. Lumières : François-Pierre Couture. Costumes : Anna-Sophie Berger.
Hearts & Arrows. Chorégraphie : Benjamin Millepied. Musique : Philip Glass, Quatuor pour cordes n° 3, interprété par le Kronos Quartet (enregistrement). Concept visuel : Liam Gillick.
Lumières : Roderick Murray. Costumes : Janie Taylor

Retour à Paris du Los Angeles Dance Project dirigé par , avec un programme mixte qui met en valeur la singularité et l’athlétisme de ses danseurs d’exception.

Hearts & Arrows_Benjamin Millepied-photo Rose Eichenbaum

Dans Split Step, la première pièce de ce programme mixte, les chorégraphes Emily Mast et Zack Winokur offrent un exercice de style fait d’étirements, de figures étranges et de rencontres improbables dans une atmosphère urbaine et crépusculaire un peu brumeuse. Malgré le peu d’intérêt de la chorégraphie, juxtaposition d’intentions sans recherche de mouvements continus, les danseurs du Los Angeles Dance Project font preuve d’une belle présence et d’une qualité de danse intense et mystérieuse.

La deuxième pièce, Kinaesonata, est une reprise de la célèbre pièce de de 1970, sur une musique pianistique, dynamique et enlevée d’. Dans une structure classique, comme pouvaient l’adopter à la même époque Robbins ou Balanchine, Lewitzky avait conçu une chorégraphie athlétique, voir gymnastique, plein de sauts et de portés périlleux. Bondissants et colorés, les danseurs sont toniques, mais pas très harmonieux (problèmes d’en dehors, épaulements disgracieux, sauts manquants d’élégance). Les décors sont réalisés à partir d’une partition musicale, les costumes ressemblent à des costumes de fitness. Pour les danseurs du L.A. Dance Project, plus lourds et moins entraînés que ceux de Bella Lewitsky à la création de la pièce, c’est un peu difficile d’évoquer aujourd’hui la légèreté et la joie que mentionnait la critique de l’époque.

KINAESONATA2Cette appétence tout américaine pour une approche sportive de la danse se poursuit avec 5 Live calibrations de Madeleine Hollander. La pièce se construit sur un mode aléatoire, puisque les instructions données aux danseurs en cours d’exécution influent sur sa composition et sa structure. Vêtus de larges pantalons faits de bandes colorées et portant des hauts noir, les danseurs enchaînent des figures improbables. Dictées par le hasard, il en ressort une certaine absence d’harmonie et de musicalité.

La soirée se termine heureusement par Hearts & Arrows, une superbe proposition en noir et blanc de , déjà présentée en 2015 à Paris, et qui fait partie de sa trilogie Gems, fruit de la collaboration entre le  et Van Cleef and Arpels sur le thème des pierres précieuses. Taillée sur-mesure pour sa compagnie aux corps athlétiques, ici virtuoses, la pièce est un écrin pour les danseurs, qui combinent musicalité et fluidité dans des enchaînements ininterrompus de mouvements. Sur la musique inspirante de , on admire la très belle intrication des corps dans des portés inattendus. Une pièce jubilatoire qui emporte l’adhésion du public.

Crédits photographiques : © LADP

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 31-X-2019. L.A. Dance Project / Benjamin Millepied : Made in L.A. Split Step : Chorégraphie : Emily Mast et Zack Winokur. Lumières : Christopher Kuhl. Musique originale : Evan Mast. Design sonore : Yehuda Duenyas. Costumes : Emily Mast & Zack Winokur, en collaboration avec Anthony Bryant, Daisy Jacobson, David Freeland Jr., Doug Baum, Gianna Reisen, Janie Taylor, Mario Gonzalez et Rachelle Rafailedes et Jessica Owen.
Kinaesonata : Chorégraphie : Bella Lewitzky, remontée par Walter Kennedy. Concept visuel : Charles Gaines. Musique : Alberto Ginastera, Sonate pour piano n°1, Op. 22 (interprété par HyeJin Kim, enregistrée avec le soutien de la Colburn School). Lumières : François-Pierre Couture. Costumes : Jessica Owen, costumes
5 live calibrations. Chorégraphie : Madeline Hollander. Musique originale : Celia Hollander. Lumières : François-Pierre Couture. Costumes : Anna-Sophie Berger.
Hearts & Arrows. Chorégraphie : Benjamin Millepied. Musique : Philip Glass, Quatuor pour cordes n° 3, interprété par le Kronos Quartet (enregistrement). Concept visuel : Liam Gillick.
Lumières : Roderick Murray. Costumes : Janie Taylor

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.