À emporter, Audio, Opéra

Philip Glass : La Chute de la Maison Usher

Plus de détails

Philip Glass (né en 1937) : The Fall of the House of Usher, opéra de chambre sur un livret d’Arthur Yorinks, basé sur une nouvelle d’Edgar Allan Poe. Jonas Hacker, Roderick Usher; Ben Edquist, William ; Matthew Adam Fleischer, Servant ; Nicholas Nestorak, Physician ; Madison Leonard, Madeline. Inscape Chamber Orchestra, direction Joseph Li. Enregistré à la Barns at Wolf Trap en novembre 2017. 1 CD OMM. Notice et livret en anglais. Durée : CD1 : 49:27 ; CD2: 33:33

 

Les Clefs ResMusica

Régulièrement monté, The Fall of the House of Usher connaît enfin les honneurs du disque.

TFOTHOULe septième opéra de , composé en 1987, est un jalon important dans le parcours lyrique d’un compositeur dont le style, contrairement à ce que l’on a longtemps prétendu, n’a eu de cesse de se métamorphoser. Einstein on the beach (1976) fait figure de fondations : un petit ensemble électronique créé spécialement accompagne un chant fait de notes et de chiffres, sans dramaturgie. Le geste se fait plus ample avec Satyagraha (1983) : le petit orchestre électronique se glisse dans le grand, tandis que se profile, en sanskrit, l’envie dramaturgique. Avec un orchestre symphonique sans violons, et en égyptien ancien, Akhnaten (1985) boucle au sommet cette trilogie de type incantatoire.

The Fall of the House of Usher se situe au mitan de cette série d’ « opéras portraits » et de la Trilogie Cocteau des années 90. L’opéra de chambre tiré, par Arthur Yorinks de la nouvelle d’Edgar Poe, permet de voir comment Glass, enfin seul aux commandes d’un opéra plus traditionnel (le précédent, The Juniper Tree, avait été co-composé avec ), va devenir progressivement un des compositeurs lyriques les plus féconds (26 titres à ce jour) de notre temps. Le synthétiseur infiltre encore un corpus classique de 12 instrumentistes mais les héros chantent enfin, avec un prégnant lyrisme, les mots d’une véritable intrigue.

Un scénario gothique en diable : manoir dans la brume dont les murs sont en pierres tombales, dialogue du végétal et de l’aqueux sous un ciel d’orage… Autre aubaine pour les metteurs en scène, il est difficile, comme chez Poe, d’identifier les motivations des deux héros masculins: le narrateur, William, rend visite, après des décennies de silence, à son ami d’enfance Roderick, dernier descendant de la famille Usher, enfermé, avec sa sœur jumelle Madeline, dans la maison ancestrale. La jeune fille décède, mais son corps, un temps conservé dans un cercueil par Roderick qui veut la soustraire à la science, reprend vie, à la grande terreur du narrateur qui finit par fuir les lieux. Les didascalies du livret ne font pas mention de l’engloutissement final de la Maison Usher mais le postlude orchestral de Glass pourra aider les metteurs en scène désireux de ne pas se priver de ce moment-phare de la nouvelle.

La partition, très sombre, à peine diaprée d’une guitare et d’une boîte à musique, ciselée par l’Inscape Chamber Orchestra sous la baguette de , fait merveille dans la peinture d’un décor et d’une intrigue qui ne verront jamais la lumière. Exceptés le Prologue, la scène 5 du I, la scène 1 du II, The Fall of the House of Usher n’atteint pas encore les climax, la constance d’inspiration de la future Trilogie Cocteau (et notamment La Belle et la bête). L’enregistrement a vu le jour à la faveur de la reprise de l’oeuvre par le Wolf Trap Opera en 2017. La prise de son (réalisée en studio) est superbe, qui place idéalement au sein de la toile orchestrale, les cinq chanteurs finement élus par la production : et , respectivement ténor et baryton, délivrent un dialogue ému autour de la Madeline troublante de , ectoplasme vocal échappé du Bed d’Einstein, pour qui Glass n’a prévu que des voyelles. L’oeuvre (1h25) est peu bavarde, les mots laissant régulièrement la part belle à la mélancolie orchestrale du compositeur, parfaitement adaptée à l’atmosphère délétère de cette Nouvelle histoire extraordinaire.

The Making of the Representative for Planet 8The Marriages Between Zones Three, Four and FiveWhite RavenAppomattox : quatre titres manquent encore et la liste discographique des opéras de Glass sera intégrale. Vite, la suite…

(Visited 636 times, 1 visits today)

Plus de détails

Philip Glass (né en 1937) : The Fall of the House of Usher, opéra de chambre sur un livret d’Arthur Yorinks, basé sur une nouvelle d’Edgar Allan Poe. Jonas Hacker, Roderick Usher; Ben Edquist, William ; Matthew Adam Fleischer, Servant ; Nicholas Nestorak, Physician ; Madison Leonard, Madeline. Inscape Chamber Orchestra, direction Joseph Li. Enregistré à la Barns at Wolf Trap en novembre 2017. 1 CD OMM. Notice et livret en anglais. Durée : CD1 : 49:27 ; CD2: 33:33

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.