À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Opéra

Avec Luigi Rossi, la lyre d’Orphée et la harpe de David

Plus de détails

Diverses pièces vocales et instrumentales de Giovanni Felice Sances (c.1602-1679), Marco Marazzoli (c.1602-1662) et Luigi Rossi (1597-1653), dont plusieurs extraites des opéras Il Palazzo Incantato et Orfeo de Rossi. Avec Véronique Gens et Céline Scheen, sopranos ; Giuseppina Bridelli, mezzosoprano ; Philippe Jaroussky, Jakub Józef Orliński et Valer Sabadus, contre-ténors. Ensemble L’Arpeggiata, direction, harpe baroque et théorbe : Christina Pluhar. 3 CD. Erato 0190295372309. Enregistré en juin 2005 (CD1 « La lyra d’Orfeo ») et en avril/mai 2019 (CD2 & 3 « Arpa davidica »). Notice de présentation trilingue (anglais, français et allemand). Durée : 53:53, 50:24 et 55:09

 

On se précipitera sur ce superbe album de 3 CD consacré à l’un des compositeurs phares du dix-septième siècle, en Italie comme en France. Interprétation de choix pour des pièces dont beaucoup sont données ici en première mondiale. Rossi est décidément un compositeur que l’on gagne à redécouvrir.
Rossi
L’Orfeo de Rossi mis en scène en 2016 à Nancy par Jetske Mijnssen, repris ensuite à Versailles et à Bordeaux, avait enchanté le public français. Le premier opéra italien joué en France en 1646, à la demande de Mazarin et d’Anne d’Autriche, ce même ouvrage avait également joué un rôle essentiel dans le développement de l’art lyrique en France au cours de la deuxième moitié du dix-septième siècle. L’excellent texte de présentation du musicologue italien Alessio Ruffatti – et comment ne pas admirer, de façon générale, la beauté et la qualité de la merveilleuse plaquette qui accompagne cet enregistrement – rappelle à point nommé la popularité dont jouit Rossi en France de nombreuses années après sa mort, bien au-delà le passage au dix-huitième siècle. On se doute qu’une musicienne comme , passionnée de cordes pincées mais également du répertoire du seicento italien, ne pouvait pas ne pas s’intéresser à ce compositeur majeur également célébré en son temps pour son talent de harpiste.

Le point de départ de cet album est un enregistrement réalisé en 2005 en compagnie de l’exquise dont le public avait été privé en raison d’un différend juridique aujourd’hui résolu. La beauté envoûtante de ce legato de miel, la musicalité raffinée de l’interprète, la sensualité de la déclamation font tout le prix du premier CD du coffret, intitulé « la lyra d’Orfeo », même si la diction italienne n’a pas le caractère précis et percutant qui a marqué les grandes incarnations de cette tragédienne hors pair dans le répertoire français. Pour les deux autres CD qui composent l’album, tous deux nommés « Arpa davidica », a fait appel à cinq excellents jeunes chanteurs tous spécialisés dans ce répertoire complexe afin de compléter son projet. Des trois contre-ténors, est de loin celui qui possède l’instrument le plus rond et le plus sensuel, étant davantage à son aise dans les pages plus éthérées qui composent le programme. Sa virtuosité légendaire est cependant également sollicitée dans le redoutable « Presso l’onde tranquille » de Sances sur laquelle s’achève le deuxième CD. est tout à fait à son avantage lui aussi dans les morceaux chambristes qui ne l’obligent pas à vibrer artificiellement sa voix, comme il est parfois amené à le faire lors de ses incarnations théâtrales. Chez les dames, on retiendra pour les couleurs argentées de son soprano, retenant davantage l’attention par le caractère emporté et dramatique de sa déclamation. Aux commandes de son ensemble , donne vie à ces extraits d’opéra et ces cantates de chambre, tant elle sait travailler la diversité des coloris et les chatoiements des timbres. En l’absence de parties instrumentales écrites, c’est elle qui a dû écrire la plupart des accompagnements. Certains sourcilleront devant la modernité assumée de certains rythmes ou certains assemblages instrumentaux. La plupart se laisseront captiver par des sonorités véritablement enchanteresses qui ouvrent tout grand les portes du rêve et de l’imaginaire.

Plus de détails

Diverses pièces vocales et instrumentales de Giovanni Felice Sances (c.1602-1679), Marco Marazzoli (c.1602-1662) et Luigi Rossi (1597-1653), dont plusieurs extraites des opéras Il Palazzo Incantato et Orfeo de Rossi. Avec Véronique Gens et Céline Scheen, sopranos ; Giuseppina Bridelli, mezzosoprano ; Philippe Jaroussky, Jakub Józef Orliński et Valer Sabadus, contre-ténors. Ensemble L’Arpeggiata, direction, harpe baroque et théorbe : Christina Pluhar. 3 CD. Erato 0190295372309. Enregistré en juin 2005 (CD1 « La lyra d’Orfeo ») et en avril/mai 2019 (CD2 & 3 « Arpa davidica »). Notice de présentation trilingue (anglais, français et allemand). Durée : 53:53, 50:24 et 55:09

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.