Livestream, Opéra

À l’Opéra de Paris, la Flûte de Robert Carsen en livestream

Plus de détails

Paris, Opéra Bastille. 22-I-2021. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Die Zauberflöte (La Flûte enchantée), Singspiel en deux actes sur un livret d’Emmanuel Schikaneder. Mise en scène : Robert Carsen. Décors : Michael Levine. Costumes : Petra Reinhardt. Lumières : Robert Carsen et Peter van Praet. Vidéo : Martin Eidenberger. Dramaturgie : Ian Burton. Avec : Cyrille Dubois, ténor (Tamino) ; Julie Fuchs, soprano (Pamina) ; Nicolas Testé, basse (Sarastro) ; Sabine Devieilhe, soprano (la Reine de la nuit) ; Alex Esposito, baryton (Papageno) ; Mélissa Petit, soprano (Papagena) ; Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, ténor (Monostatos) ; Tamara Banjesevic, soprano (Première Dame) ; Kai Rüütel, mezzo-soprano (Deuxième Dame) ; Marie-Luise Dressen, contralto (Troisième Dame) ; Martin Gantner, baryton (L’Orateur) ; Michael Nagl, basse (Premier Prêtre et Deuxième Homme armé) ; Franz Gürtelschmied, ténor (Deuxième Prêtre) ; Lucian Krasznec, ténor (Premier Homme armé). Maîtrise des Hauts-de-Seine/Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris. Chœurs de l’Opéra national de Paris (chef de chœur : Alessandro Di Stefano). Orchestre de l’Opéra national de Paris, direction : Cornelius Meister. Réalisation : Jérémie Cuvillier
Spectacle sans public diffusé en direct sur le site l’Opéra chez soi

En livestream depuis Bastille, une belle distribution illumine un spectacle lisse et quelque peu routinier. On attend avec impatience le retour du public dans les salles.

On sait depuis longtemps que La Flûte enchantée n’est pas la plus grande réussite de et de son équipe. Initialement créé pour le festival de Baden-Baden en 2013, le spectacle occupe la scène de la Bastille depuis le printemps 2014.

On continue cependant à rester sous le charme de la scénographie de Michael Levine, habilement rehaussée des effets vidéo de Martin Eidenberger, sans être vraiment convaincu par les divers partis pris du metteur en scène. Ces derniers, on le sait, reviennent à gommer le manichéisme initial du livret de Schikaneder pour le remplacer par un conte initiatique, version New Age, dans lequel Sarastro et la Reine de la Nuit, couple apparemment uni à la ville, mettent en commun leurs efforts pour éprouver sur le rude sentier de la vie les deux jeunes gens appelés à se retrouver et à guider plus tard les destinées de la collectivité. Cette lecture globalement optimiste et positive de l’ouvrage ne va pas jusqu’à effacer toute référence à la violence et la mort, comme le montrent par exemple les tentatives de viol sur Pamina, plus qu’explicites, ou bien la présence sur le plateau de cercueils et d’ossements, clin d’œil à Shakespeare et à Hamlet. Quelques belles images resteront dans les mémoires, comme par exemple la scène des épreuves, particulièrement réussie. Tout cela fonctionne admirablement, sans le moindre heurt, pour terminer sur un hymne jubilatoire célébrant la force de l’amour et de la raison.

Dans un tel concept, ce sont clairement Pamina et Tamino qui sont mis en avant. et sont tous deux idéaux par leur jeunesse, leur exquise musicalité, la fraicheur de leur timbre et l’intensité de leur engagement. Des ornementations un peu hardies auront quelque peu éprouvé notre jeune ténor dans les hauteurs de la voix. De saison en saison, s’affirme comme une très grande titulaire du rôle de la Reine de la Nuit, et l’on s’émerveille devant la force de projection dont cette voix essentiellement légère est capable. , en revanche, est un Sarastro caverneux mais à la recherche de ses graves. Si l’on ne peut que se réjouir de la présence de tant de jeunes Français pour des rôles de premier plan, on pourra s’interroger sur la pertinence du choix de l’allemand original pour les dialogues parlés, épicés d’intonations comiquement francophones. Aucune critique, cependant, sur la qualité de l’allemand chanté. Échappe à ce défaut le baryton italien , très bien chantant dans son incarnation d’un Papageno vu comme un routard baba cool et débonnaire, tout à fait en adéquation avec l’ambiance New Age qui règne sur cette production. Belles prestations également des solistes des rôles dits secondaire, des trois Garçons, du chœur et de l’orchestre. Les tempi allègres du chef confortent la lecture résolument optimiste de l’ouvrage.

L’absence de public pour ce spectacle donné dans le respect des règles sanitaires apporte évidemment un élément un peu glaçant, qui prive le principe de la mise en scène d’une partie de son sens. On continuera cependant à saluer les initiatives de ce genre, qui consistent vaille que vaille à maintenir la survie du spectacle vivant, tout en s’interrogeant sur les trente minutes de vide et de silence proposé, à l’entracte, au spectateur installé devant son écran. Davantage de communication ne nuirait à personne.

Crédits photographiques : © Charles Duprat – ONP

(Visited 663 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Opéra Bastille. 22-I-2021. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Die Zauberflöte (La Flûte enchantée), Singspiel en deux actes sur un livret d’Emmanuel Schikaneder. Mise en scène : Robert Carsen. Décors : Michael Levine. Costumes : Petra Reinhardt. Lumières : Robert Carsen et Peter van Praet. Vidéo : Martin Eidenberger. Dramaturgie : Ian Burton. Avec : Cyrille Dubois, ténor (Tamino) ; Julie Fuchs, soprano (Pamina) ; Nicolas Testé, basse (Sarastro) ; Sabine Devieilhe, soprano (la Reine de la nuit) ; Alex Esposito, baryton (Papageno) ; Mélissa Petit, soprano (Papagena) ; Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, ténor (Monostatos) ; Tamara Banjesevic, soprano (Première Dame) ; Kai Rüütel, mezzo-soprano (Deuxième Dame) ; Marie-Luise Dressen, contralto (Troisième Dame) ; Martin Gantner, baryton (L’Orateur) ; Michael Nagl, basse (Premier Prêtre et Deuxième Homme armé) ; Franz Gürtelschmied, ténor (Deuxième Prêtre) ; Lucian Krasznec, ténor (Premier Homme armé). Maîtrise des Hauts-de-Seine/Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris. Chœurs de l’Opéra national de Paris (chef de chœur : Alessandro Di Stefano). Orchestre de l’Opéra national de Paris, direction : Cornelius Meister. Réalisation : Jérémie Cuvillier
Spectacle sans public diffusé en direct sur le site l’Opéra chez soi

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.