Mot-clef : Alex Esposito

Le_nozze_di_Figaro_4._Akt_c__W._H_Asl_

Figaro à Munich, mariage de routine

La direction prétentieuse et maniérée de Constantinos Carydis pèse sur une soirée d'honorable routine. Vingt ans ! Créée en 1996, la mise en scène des Noces de Figaro par le pape du théâtre munichois Dieter Dorn a occupé le plateau du Nationaltheater jusqu'en novembre 2016 : un spectacle sobre, sans grandes ambitions mais efficacement divertissant. Moins d'un an après la dernière, c'est à Christoph Loy que l'Opéra de Bavière a confié ...
076_K65A0252(1)

À la Scala, le retour virevoltant d’une Pie voleuse toute en grâce

Après 176 ans d’absence, la Scala de Milan retrouve son oiseau préféré, la Gazza Ladra de Rossini (la Pie Voleuse). Curieux, curieux en effet, qu’après un succès triomphal pour sa première en 1817, et des reprises sans relâche jusqu’en 1841, l’oiseau espiègle tombe aux oubliettes jusqu’à la veille de son bicentenaire. Et enfin la voici, intensément désirée par Alexander Pereira, le surintendant du théâtre milanais, et par Riccardo Chailly, son directeur ...
Semiramide Alex_Esposito_Daniela_Barcellona

Semiramide à Munich, musique sans théâtre

À défaut de théâtre, Munich offre au Rossini sérieux un orchestre somptueux et une distribution solide. Dans Semiramide, le personnage principal est au fond Azema, l'objet du désir des trois protagonistes masculins. Mais ni Rossini, ni son librettiste ne font d'elle autre chose que cela : un objet qui n'a guère le droit à la parole. David Alden a bien saisi ce paradoxe et l'illustre de façon frappante : on retrouve ...
Lucrezia Borgia 1

Lucrezia Borgia à Munich, Gruberova toujours ?

Une Lucrezia Borgia dominée par Alex Esposito plutôt que par la reine Gruberova. Les relations entre Edita Gruberova et l’Opéra de Bavière sont un phénomène unique dans le monde lyrique d’aujourd’hui : des applaudissements sans fin, des salles toujours pleines, des mises en scène taillées sur mesure, et pendant des années une quasi-exclusivité sur le bel canto. Le triomphe pour la chanteuse à la fin de cette Lucrezia Borgia, plus de 45 ...
13466320_1055877904494812_1448551852162071039_n

Belle reprise de Faust en fin de saison du Capitole

Après ses débuts à Toulouse en tant que metteur en scène avec Faust de Gounod en 1983, Nicolas Joel avait clôturé en 2009 sa dernière saison au Capitole avec cet ouvrage que nous retrouvons sur cette même scène en cette fin de saison brillante. C'est aujourd'hui un Faust empreint de l'excellence des productions antérieures avec une distribution entièrement revue tout en conservant les décors et costumes des proches collaborateurs de ...
Marthaler et Cambreling unis pour de sombres Contes d’Hoffmann

Marthaler et Cambreling unis pour de sombres Contes d’Hoffmann

Les Contes d'Hoffmann sont une affaire sérieuse : belle démonstration à Stuttgart, avec une distribution largement dominée par Eric Cutler. Après sa création à Madrid, le dernier spectacle voulu et pensé par Gerard Mortier parvient à Stuttgart, qui l’avait coproduit, avec une distribution largement renouvelée, mais avec les mêmes maîtres d’œuvre, le metteur en scène Christoph Marthaler et le chef Sylvain Cambreling, directeur musical de la maison et grand spécialiste des ...
gatti

Roméo et Juliette par l’Orchestre National : la grande symphonie de l’amour

L'Orchestre national et Daniele Gatti en très bonne forme pour Roméo et Juliette au Théâtre des Champs-Elysées. On insiste fréquemment sur le caractère hétéroclite de Roméo et Juliette, peut-être pour justifier qu'on en extraie l'aérien Scherzo de la Reine Mab et les "Premiers transports". L'exécution sans entr'acte et ô combien passionnée a permis de saisir l’œuvre comme un tout. Le geste tracé par Daniele Gatti semble se poursuivre épisode après épisode. Même ...
1966774_10152240932213794_897365608_n

À Munich, le fantôme de Ponnelle joue toujours contre La Cenerentola

C’est mardi gras, et en cet étrange jour semi-férié sur lequel on ne plaisante pas en Bavière, l’Opéra de Munich affiche non sans pertinence un ouvrage du maître du comique lyrique. Une reprise de routine, certes, vendue à un prix modeste pour attirer un public qui ne vient sans doute pas souvent. Il y avait une bonne raison, pourtant, de se déplacer : Lawrence Brownlee est sans nul doute non seulement ...
5575_723

Les Noces de Figaro à l’ombre de Strehler

Quant on dispose dans son catalogue d’un spectacle aussi emblématique que ces Noces de Figaro signé Giorgio Strehler, plongeant sa source au tout début du « festival permanent » de l’ère Rolf Liebermann en 1973, on peut comprendre la volonté de l’Opéra de Paris de mettre à disposition des nouvelles générations une telle légende. D’ailleurs ces Noces enregistraient ce soir leur 181ième représentation, fort joli score, mais, du coup, le ...
Don Giovanni à Salzbourg 2008

Don Giovanni à Salzbourg 2008

Mozart au Festival de Salzburg, beaucoup sans doute en rêvent encore sans pouvoir assouvir leur désir. Aussi la publication vidéo des spectacles du prestigieux festival est toujours la bienvenue pour permettre au plus grand nombre de profiter, aujourd’hui dans d’excellentes conditions techniques (image haute définition, son au confort moderne) et pour quelques euros, de ce qui est réservé à quelques happy few chaque été. On le sait toutefois, le prestige ...
Louis Langrée à La Scala !

Don Giovanni : Louis Langrée à La Scala !

La Scala de Milan inscrit à son répertoire une production de Don Giovanni partagée avec le Staatsoper de Berlin et réglée par Peter Mussbach. Créé sur cette scène en 2006, ce spectacle risque, hélas, de rester un moment dans la programmation de l’illustre institution ! Il faut tristement constater que cette mise en scène est un nouvel échec d’un scénographe qui enchaîne des productions éternellement décevantes. Tout d’abord, il faut compter avec ...
Quella buona perla di Suzanna !!

Quella buona perla di Suzanna !

Les Nozze di Figaro En tout point classique, impeccablement mise en scène dans des décors superbes, cette production du Capitole a ravi un public venu nombreux au point d’afficher complet. C’est Da Ponte et Mozart qui sont les vainqueurs, car très souvent le public a ri de l’émotion que cette comédie douce amère a diffusée constamment avec un charme réconfortant. Les décors reprennent des plafonds peints à la manière de Tiepolo. ...