Flash info

Décès d’Edita Gruberová

 

est décédée aujourd’hui à Zurich, a annoncé le Bayerische Staatsoper. La soprano slovaque, âgée de 74 ans, avait mis fin à sa carrière en 2020 et venait de recevoir cette année un ICMA (International Classical Music Awards) pour l’ensemble de sa carrière. Après avoir débuté à Bratislava en 1968 dans le rôle de Rosine du Barbier de Séville, elle fut engagée à l’Opéra de Vienne pour y chanter La Reine de la nuit. Elle se fit très vite une solide réputation de soprano colorature, notamment avec le rôle de Zerbinette d’Ariane à Naxos dans lequel elle débuta à Salzbourg en 1976. Dans ce rôle elle resta, sur toutes les scènes de la planète, inégalable pendant près d’une trentaine d’années.

Non contente de s’imposer dans les rôles mozartiens et straussiens où elle était sans égale, elle aborda assez rapidement les parties belcantistes du premier novecento : Lucia, Gilda, Giulietta de I Capuleti firent partie de ses héroïnes d’élection. Plus tard, Gruberová ajouta à son répertoire les grands rôles de soprano colorature dramatique comme Normal’Elvira des Puritains, Anna Bolena, Maria Stuarda, la Manon de Massenet ou Elisabetta de Roberto Devereux. Durant toute sa longue carrière elle conserva son incroyable virtuosité, ainsi que l’insolence d’un suraigu puissant et cristallin que ses plus jeunes collègues lui enviaient. À plus de 70 ans, elle chantait comme personne nombre de rôles comme Norma, Lucia ou Anna Bolena. Paris l’avait entendue tardivement chanter les airs de Constance de L’Enlèvement au sérail. Mozart, qu’elle avait chanté avec Karajan, Solti, Böhm, Muti ou Harnoncourt, resta jusqu’au bout l’un de ses compositeurs fétiches, notamment dans des opéras moins connus comme Mitridate ou Lucio Silla.

En plus de ses extraordinaires capacités vocales, était dotée d’une exquise musicalité qui fit aussi d’elle une grande interprète de lieder et de mélodies. Dans Strauss, Dvořák ou Schubert, notamment, cette grande vocaliste savait murmurer du bout des lèvres son amour du chant et de la musique. À ses admirateurs, elle laisse une très imposante discographie, ainsi qu’un certain nombre de vidéos. Rien, cependant, ne saurait reproduire l’excitation et l’émotion que savait susciter cette voix absolument hors du commun, autant par sa puissance et sa souplesse que par sa longueur ou la clarté lumineuse de son timbre.

(Visited 1 929 times, 1 visits today)
 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.