La Scène, Opéra, Opéras

La folie de Lucia à l’Opéra de Wallonie-Liège

Plus de détails

Liège. Opéra Royal de Wallonie-Liège. 30-XI-2021. Gaetano Donizetti (1797-1848) : Lucia di Lammermoor, opéra en 3 actes sur un livret de Salvatore Cammarano, d’après le roman The Bride of Lammermoor de Sir Walter Scott. Mise en scène : Stefano Mazzonis di Pralafera. Reprise : Gianni Santucci. Décors : Jean-Guy Lecat. Costumes : Fernand Ruiz. Lumières : Franco Marri. Avec : Zuzana Marková, Lucia ; Julien Behr, Sir Edgardo de Ravenswood ; Lionel Lhote, Lord Enrico Ashton ; Luca Dall’Amico, Raimondo Bidebent ; Oreste Cosimo, Lord Arturo Bucklaw ; Julie Bailly, Alisa ; Filippo Adami, Normanno. Chœur de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège (Chefs de chœur : Denis Segond). Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège, direction : Renato Balsadonna

Alors que la reprise de cette production de l’ancien directeur de l’Opéra de Liège a refait parler d’elle juste avant la première, à cause de deux brusques remplacements, Lucia di Lammermoor retrouve en Wallonie une belle interprète du rôle-titre grâce à .


L’évènement a alimenté les sites lyriques ces dernières semaines, car un communiqué de presse reçu quelques jours avant la générale prévenait que deux chanteurs n’ayant « pas en ce moment la qualité nécessaire » allaient être remplacés. Rude entrée en matière pour le nouveau directeur, Stefano Pace, interviewé quelques jours seulement avant les évènements, et difficile de dire si un habitué des lieux sous Stefano Mazzonis, comme Maxime Melnik, encore présent en septembre pour Trabuco dans Forza del Destino, n’aurait pas fait l’affaire pour le court rôle d’Arturo.

Déjà vue en 2015, la production de l’ancien directeur est comme à son habitude très classique, faite de deux demi-tours alternativement tournées pour montrer soit leur mur extérieur, soit laisser apparaître les salles intérieures, la plus petite des deux ne contenant qu’un trône. Les costumes de Fernand Ruiz s’accordent à la proposition par leur classicisme et se montrent d’une très belle qualité, tandis que les lumières de Franco Marri reprises par Sylvain Geerts baignent la scène d’une douce lumière. La dramaturgie se limite à traiter simplement l’action, mais n’oblige heureusement personne à chanter toujours face à la scène, ni n’empêche les chanteurs d’apporter leur propre personnalité aux rôles.

Ainsi de , Lucia pour la cinquième fois et dont la voix plus mûre se montre aujourd’hui légèrement moins lumineuse qu’à Marseille ou Avignon, mais toujours aussi colorée et infaillible sur les vocalises, particulièrement lorsqu’il faut exploser à l’aigu. Encore timorée dans son premier air, elle marque une scène de la folie dans laquelle, laissée à elle-même sous un maquillage fantomatique, elle déploie toute la palette de la meurtrière sous l’emprise de son traumatisme.

Son amant, Edgardo, retrouve en le ténor vaillant déjà entendu à Bordeaux en 2018, très à l’aise avec sa partie et moins en force que pour d’autres rôles ces dernières années. Il tient particulièrement bien son grand air, Tombe degl’avi miei, avec un italien clair. pour Enrico et Luca Dall’Amico pour Raimondo apportent leurs couleurs dans le bas-médium et le grave ainsi qu’un superbe chant, dont on peut toutefois penser qu’il s’accorde mieux à Verdi qu’à Donizetti. Julie Bailly porte Alisa par une ligne lyrique ainsi qu’un registre haut-médium dynamique, très bien démarqué dans les ensembles, notamment au sextuor.

devenu Arturo et Filippo Adami devenu Normanno convainquent pour leurs quelques phrases, chacun aidé par un italien natif qui leur permet une diction précise du texte de Cammarano. Les Chœurs de l’Opéra Wallonie-Liège préparés par Denis Segond nous ont habitués à leur excellent niveau dans l’opéra italien et développent toutes leurs scènes, tandis qu’en fosse, (qui remplace Speranza Scappucci d’abord prévue) parvient à toujours dynamiser l’action, au risque de jouer parfois fort ou de tendre trop le matériau symphonique, surtout soutenu par le soyeux des cordes.

Crédits photographiques © J. Berger/Opéra Royal de Wallonie-Liège

(Visited 210 times, 1 visits today)

Plus de détails

Liège. Opéra Royal de Wallonie-Liège. 30-XI-2021. Gaetano Donizetti (1797-1848) : Lucia di Lammermoor, opéra en 3 actes sur un livret de Salvatore Cammarano, d’après le roman The Bride of Lammermoor de Sir Walter Scott. Mise en scène : Stefano Mazzonis di Pralafera. Reprise : Gianni Santucci. Décors : Jean-Guy Lecat. Costumes : Fernand Ruiz. Lumières : Franco Marri. Avec : Zuzana Marková, Lucia ; Julien Behr, Sir Edgardo de Ravenswood ; Lionel Lhote, Lord Enrico Ashton ; Luca Dall’Amico, Raimondo Bidebent ; Oreste Cosimo, Lord Arturo Bucklaw ; Julie Bailly, Alisa ; Filippo Adami, Normanno. Chœur de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège (Chefs de chœur : Denis Segond). Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège, direction : Renato Balsadonna

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.