Concerts, La Scène, Musique symphonique

Cendrillon glacée par Vladimir Jurowski à Berlin

Plus de détails

Berlin. Philharmonie. 23-XII-2021. Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Cendrillon, ballet en trois actes, version de concert. Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin ; direction : Vladimir Jurowski

À la Philharmonie de Berlin, Prokofiev version moderne, mais sans féerie sous la baguette de .

Un ballet pour Noël, quoi de plus classique ? Pointes, tutus, et si possible flocons de neige, une expérience familiale parfaite pour les fêtes. Le Rundfunk-Sinfonieorchester n’est pas en reste, mais il y a un hic : ce n’est pas la danse qui règne, mais la musique. Comme il y a deux ans pour La Belle au bois dormant, est à la tête de son orchestre berlinois, cette fois pour Cendrillon de Prokofiev, et toujours sans un danseur à l’horizon.

La musique de Prokofiev a plus de diversité que celle du conte de Tchaïkovski, et la production en série de musique de fond pour la danse est à mille lieues de son ambition artistique. Pas d’éternelles répétitions comme dans La Belle au bois dormant, pas de valses interchangeables, mais une partition pensée de bout en bout, et qui mérite bien de faire une apparition au concert symphonique, et peut-être, à terme, dans la discographie de Jurowski. Dans l’interprétation, cependant, nos réserves sur La Belle se répètent ici : pas d’alanguissement, pas de complaisance avec les moments les plus féeriques, en toute conformité avec la modernité assumée de la partition, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose ; la sécheresse du son de l’orchestre, cependant, le choix de couleurs froides, certainement assumés par le chef, entraîne une lassitude croissante. La malice de Prokofiev, son goût pour les arts forains ne transparaissent jamais ici, même dans les scènes comiques des deux sœurs méchantes.

Il faut toujours admirer la manière dont Jurowski ne laisse jamais le discours musical retomber, la netteté du tranchant, l’implacable précision rythmique. Mais il n’est pas dans l’esprit de la partition de lui refuser à ce point la respiration, la chaleur et le sourire.

Crédits photographiques : © Robert Niemeyer – RSB

(Visited 487 times, 2 visits today)

Plus de détails

Berlin. Philharmonie. 23-XII-2021. Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Cendrillon, ballet en trois actes, version de concert. Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin ; direction : Vladimir Jurowski

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.