La Scène, Opéra, Opéras

Asmik Grigorian, juvénile Jenůfa au Staatsoper Berlin

Plus de détails

Berlin. Staatsoper. 10-VI-2022. Leoš Janáček (1854-1928) : Jenůfa, opéra en trois actes d’après une pièce de Gabriela Preissová. Mise en scène : Damiano Michieletto ; décor : Paolo Fantin ; costumes : Carla Teti. Avec Hanna Schwarz (Grand-mère) ; Stephan Rügamer (Laca) ; Alexey Dolgov (Števa) ; Dalia Schaechter (Sacristine) ; Asmik Grigorian (Jenůfa) ; Jan Martiník (Compagnon) ; Victoria Randem (Jano)… Chœur de la Staatsoper Berlin ; Staatskapelle Berlin, direction : Thomas Guggeis

La mise en scène de Damiano Michieletto et la direction de limitent l’éclat d’une distribution prometteuse.

Damiano Michieletto est présent sur toutes les grandes scènes du monde. Une fois de plus, à voir cette Jenůfa, on se demande bien pourquoi. Le joli décor contemporain de Paolo Fantin a sa place dans un magazine de design, mais il ne dit rien, ou presque : à l’acte II, une masse descend des cintres quand Jenůfa dit en rêve qu’une pierre tombe sur elle ; à l’acte III, cette masse fond comme la glace qui va révéler le corps de l’enfant. Ce n’est certes pas faux, mais il ne fait ainsi qu’illustrer le plus évident de l’œuvre, ce qui est une vision pour le moins limitée des pouvoirs du théâtre. La direction d’acteurs est marquée par les conditions de la première en février 2021, en un temps de distanciation physique, où chacun doit rester à distance et où le chœur n’est généralement pas visible ; certains personnages sont raisonnablement bien dessinés (Laca, Jenůfa), d’autres beaucoup plus transparents : Jenůfa mérite mieux.

Dans la fosse, , protégé de Daniel Barenboim après avoir été son assistant, a visiblement une conception très romantique de la partition, avec une générosité sonore qui a ses charmes, mais qui écrase implacablement toutes les aspérités qui font la singularité du langage de Janáček. Le principal intérêt de cette reprise enfin avec public était sa distribution : hélas, Evelyn Herlitzius a déclaré forfait à quelques heures du lever du rideau. C’est qui la remplace, dans des conditions qui ne permettent pas de juger sa prestation – on aurait peut-être aimé qu’elle se concentre un peu plus sur la partition que sur le jeu scénique. est là, elle, et bien là : sa Jenůfa, plutôt qu’une figure déjà engluée dans son destin, est une très jeune femme qui vit sa situation avec une intensité émotionnelle à vif plutôt qu’avec une douleur résignée ; autant de vivacité, de fraîcheur et de pure beauté sonore font du bien à cet opéra.

Parmi les rivaux masculins, en Laca surclasse aisément , et parmi les petits rôles on remarque en particulier en Jano, qui avait fait merveille dans le beau Sleepless de Peter Eötvös sur la même scène. Une belle distribution donc, mais cela ne sauve que partiellement une soirée plombée par la fosse et la mise en scène.

Crédits photographiques : Bern Uhlig (distribution de 2021)

(Visited 164 times, 1 visits today)

Plus de détails

Berlin. Staatsoper. 10-VI-2022. Leoš Janáček (1854-1928) : Jenůfa, opéra en trois actes d’après une pièce de Gabriela Preissová. Mise en scène : Damiano Michieletto ; décor : Paolo Fantin ; costumes : Carla Teti. Avec Hanna Schwarz (Grand-mère) ; Stephan Rügamer (Laca) ; Alexey Dolgov (Števa) ; Dalia Schaechter (Sacristine) ; Asmik Grigorian (Jenůfa) ; Jan Martiník (Compagnon) ; Victoria Randem (Jano)… Chœur de la Staatsoper Berlin ; Staatskapelle Berlin, direction : Thomas Guggeis

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.