Concerts, La Scène, Musique symphonique

Kirill Petrenko et les modernités marginales du XXe siècle à Berlin

Plus de détails

Berlin. Philharmonie. 11-VI-2022. Erwin Schulhoff (1894-1942) : Symphonie n° 2 ; Leone Sinigaglia (1868-1944) : Romance pour violon et orchestre op. 29 ; Rapsodia piemontese pour violon et orchestre op. 26 ; Alexander von Zemlinsky (1871-1942) : Lyrische Symphonie op. 18. Noah Bendix-Balgley, violon ; Lise Davidsen, soprano ; Christian Gerhaher : baryton. Berliner Philharmoniker, direction : Kirill Petrenko

Pas de grande révélation, mais un travail intègre et divertissant sur trois compositeurs de la première moitié du siècle dernier.

Si la tâche du directeur musical d’un grand orchestre est de ressasser les grands chefs-d’œuvre du répertoire (Beethoven-Bruckner-Mahler-Beethoven-Bruckner-Mahler-…), alors d’autres chefs sont certainement plus qualifiés que . Si au contraire la curiosité et le goût des marges sont des vertus fondamentales, il est difficile de trouver mieux que lui, et ce concert en est un bon exemple. Consacré à trois compositeurs juifs morts en 1942-1944 dans des circonstances très différentes mais toujours liées aux persécutions nazies, il n’est pour autant pas un moment de deuil. La deuxième symphonie d’, composée en 1932, est au contraire une œuvre pleine de vie, à la fois résolument moderne et irrésistiblement légère, depuis le solo initial du basson jusqu’au finale irrésistible, en passant par les influences jazz qui s’imposaient aux jeunes loups de son temps. n’a jamais dédaigné la muse légère, et il s’y sent visiblement très bien : la musique danse, persifle, pépie, et un tel divertissement, à défaut d’ouvrir de nouveaux horizons, a ses qualités aussi.

Petrenko partage ensuite la scène avec l’un des premiers violons de l’orchestre, , qui vient défendre deux courtes pièces d’un compositeur presque totalement oublié aujourd’hui, – les compositeurs italiens de son temps qui ne s’intéressaient pas à l’opéra sont rares, mais Sinigaglia était sous l’influence de la musique allemande de son temps, en particulier Brahms (un disque de quatuors chez Naxos en témoigne). Comme Brahms entre Volkslieder et danses hongroises, il s’est intéressé au folklore de sa terre de prédilection ; les deux œuvres ici présentées sont efficaces et variées, mais pas nécessairement un témoignage suffisant des talents du jeune Sinigaglia. On peut imaginer, à vrai dire, un peu plus de couleurs dans la partie soliste qui aiderait à convaincre de la profondeur de l’inspiration musicale dont Sinigaglia pouvait être capable.

Après l’entracte, Petrenko convoque deux solistes de haut niveau pour la Symphonie Lyrique de Zemlinsky, de loin la plus connue des œuvres de la soirée – mais toujours dans l’ombre du Chant de la terre de Mahler auquel Zemlinsky la comparait lui-même, et désormais aussi dans l’ombre des Gurre-Lieder, beaucoup plus souvent joués ces dernières années. Sous la baguette de , le début de l’œuvre prend des dimensions hollywoodiennes (avant la lettre…) particulièrement impressionnantes, qui donne le ton de la suite. Les deux solistes font au contraire dans la sobriété, s’en tenant à la lettre du texte un peu daté de Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature en 1913 : la voix de pourrait s’ouvrir un peu plus, mais son travail est très nuancé et sa voix est intelligemment mariée avec les couleurs orchestrales. est parfois capable de couleurs plus chaudes qui seraient bienvenues ici, mais l’intelligence poétique du plus grand diseur de notre temps fait toujours merveille.

L’approche spectaculaire de Petrenko ne convainc à vrai dire pas vraiment que l’œuvre peut atteindre les mêmes sommets émotionnels que les deux chefs-d’œuvre cités ci-dessus, mais elle permet de goûter à la fois la splendeur de l’écriture orchestrale de Zemlinsky et les prouesses de l’Orchestre philharmonique de Berlin.

Crédits photographiques © Stephan Rabold

(Visited 313 times, 1 visits today)

Plus de détails

Berlin. Philharmonie. 11-VI-2022. Erwin Schulhoff (1894-1942) : Symphonie n° 2 ; Leone Sinigaglia (1868-1944) : Romance pour violon et orchestre op. 29 ; Rapsodia piemontese pour violon et orchestre op. 26 ; Alexander von Zemlinsky (1871-1942) : Lyrische Symphonie op. 18. Noah Bendix-Balgley, violon ; Lise Davidsen, soprano ; Christian Gerhaher : baryton. Berliner Philharmoniker, direction : Kirill Petrenko

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.